Pourquoi est-il si important qu’on ait trouvé le tombeau vide ?


Question : « Pourquoi est-il si important qu’on ait trouvé le tombeau vide ? »

Réponse :
Dès le début de l'ère apostolique, le tombeau de Jésus de Nazareth, retrouvé vide par les disciples, est au centre du message chrétien. Les quatre Évangiles décrivent, à des degrés divers, les circonstances entourant sa découverte (Matthieu 28.1-6, Marc 16.1-7, Luc 24.1-12, Jean 20.1-12). Y a-t-il de bonnes raisons de croire en l'historicité de ces récits ? Une enquête impartiale doit-elle conclure que le tombeau de Jésus a bel et bien été trouvé vide le matin de Pâques ? Plusieurs arguments ont convaincu plus d’un historien que c’était bien le cas.

D'abord, l'emplacement du tombeau de Jésus était certainement connu des chrétiens comme de non-chrétiens. Certes, la plupart des crucifiés étaient jetés dans une fosse commune réservée aux criminels de droit commun ou tout simplement laissés sur la croix jusqu'à ce que les oiseaux et autres charognards les dévorent, mais ce n'était pas le cas de Jésus : le récit historique indique qu'il a été enterré dans un tombeau qui appartenait à Joseph d'Arimathée, un membre du Sanhédrin, ce même tribunal qui avait orchestré son exécution. Bien des sceptiques spécialistes du Nouveau Testament sont convaincus que l'enterrement de Jésus par Joseph d'Arimathée pourrait difficilement être une invention chrétienne, sachant l'hostilité bien compréhensible des premiers chrétiens envers le Sanhédrin, qu'ils tenaient pour responsable en grande partie de la mort de leur maître.

Par ailleurs, des découvertes archéologiques récentes ont montré que la forme de tombeau décrite dans les Évangiles (acrosolia, ou tombeau creusé) était couramment utilisée pour la sépulture des riches et des personnes de haut rang, ce qui correspond bien à ce que nous savons de Joseph d'Arimathée. De plus, Arimathée était une ville de peu d’importance, sans symbolisme biblique particulier ni autre tradition funéraire, ce qui permet d'éliminer tout doute à ce sujet.

Tous ces faits ne pouvaient passer inaperçus et le Sanhédrin connaissait certainement l'emplacement du tombeau de Joseph, où Jésus avait été enterré. Il aurait donc été impossible pour le christianisme de gagner en influence à Jérusalem, la ville où Jésus avait été enterré, s’il avait suffi aux responsables religieux juifs d'aller au tombeau de Joseph pour vérifier s'il était vraiment vide. Si le corps de Jésus avait été disponible, le Sanhédrin aurait eu tout intérêt à l’exhumer et à l’exposer pour faire taire une fois pour toutes les rumeurs de résurrection ! Le fait que le christianisme s'est répandu en premier à Jérusalem montre qu'aucun corps n'a été produit. Si tel avait été le cas, le christianisme, dont un enseignement central est la résurrection de Jésus, aurait été étouffé au berceau.

Ensuite, le tombeau vide est impliqué dans la formule orale antique citée par l'Apôtre Paul en 1 Corinthiens 15. Les quatre Évangiles l'attestent, mais le premier à le mentionner est Paul : dans sa lettre à l'église de Corinthe, vers 55 ap. J.-C., il cite un credo qu'il aurait reçu, selon la plupart des exégètes, des Apôtres Pierre et Jacques tout juste cinq ans après la crucifixion (Galates 1.18-19). Paul écrit : « Je vous ai transmis avant tout le message que j'avais moi aussi reçu : Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Écritures ; il a été enseveli et il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Écritures. Ensuite il est apparu à Céphas, puis aux douze. » (1 Corinthiens 15.3-5) En écrivant : « il a été enseveli et il est ressuscité », Paul sous-entend fortement que son tombeau était vide : pour un Pharisien comme lui, le corps enterré sort du tombeau à la résurrection. Le fait qu'il s'inspire certainement des Apôtres de Jérusalem, qui étaient les témoins immédiats des événements, montre que le tombeau a très certainement été trouvé vide et que ce fait était connu de toute la communauté chrétienne primitive. L'objection courante selon laquelle Paul ne parle pas d'un tombeau vide s'effondre quand on constate qu'il enseigne par ailleurs la résurrection physique de Jésus (Romains 8.11, Philippiens 3.21). Pour Paul, une résurrection sans tombeau vide aurait été contradictoire.

De plus, les ennemis des chrétiens attestent également de l'existence d'un tombeau vide. L’Évangile de Matthieu rapporte que les responsables juifs eux-mêmes reconnaissaient que le tombeau était vide (Matthieu 28.13-15) et prétendaient que les disciples étaient venus voler le corps de Jésus. Vu la proximité des événements, si Matthieu avait menti, alors ce qu'il a dit de la réaction juive face au tombeau resté vide aurait été facile à réfuter, puisque beaucoup de contemporains des événements étaient encore en vie à la mise en circulation de son Évangile. Pourquoi les Juifs auraient-ils accusé les disciples d'avoir volé le corps de Jésus si celui-ci était demeuré au tombeau ? Leur contre-accusation présuppose que le tombeau ait été vide.

Les accusations des Juifs sont corroborées par l'apologiste chrétien Justin Martyr au milieu du IIème Siècle (Dialogue avec Tryphon, 108), puis vers 200 ap. J.-C. par le père de l’Église Tertullien (De Spectaculis, 30). Ces deux auteurs, qui interagissaient avec des débatteurs juifs de leur époque, étaient bien placés pour savoir ce que disaient ces derniers. L’Évangile de Matthieu n'était pas leur seule source : tous deux mentionnent des détails spécifiques dont il n’est guère fait mention dans cet Évangile. En fait, les trois auteurs citent chacun des détails que les autres ignorent. Tout cela montre que les Juifs de cette époque reconnaissaient que le tombeau était vide.

Enfin, les quatre Évangiles rapportent que ce sont des femmes qui ont découvert le tombeau vide de Jésus, un point qui revêt une importance particulière dans la société patriarcale de la Palestine du Ier Siècle : si les femmes étaient bel et bien autorisée témoigner devant un tribunal, d’une manière très restreinte, leur témoignage ne valait cependant que la moitié de celui d'un homme. Si les disciples avaient inventé cet épisode afin de persuader autrui de la résurrection de Jésus, ils n'auraient jamais choisi des femmes comme témoins principaux, mais plutôt des disciples masculins comme Pierre, Jean ou André, dont le témoignage aurait été bien plus crédible.

Pourtant, les Évangiles racontent qu'alors que les disciples masculins de Jésus se terraient de peur devant les autorités, ce sont des femmes qui ont été les premières à voir le tombeau vide. L’Église primitive n'aurait eu aucun intérêt à inventer un tel scénario, qui présente les hommes comme des lâches et accorde aux femmes le rôle de témoins principaux. Marie-Madeleine, une de ces femmes qui avaient suivi Jésus, avait autrefois été possédée par sept démons ; son témoignage avait donc d'autant moins de valeur aux yeux de beaucoup. Pourtant, les premiers chrétiens ont insisté sur le fait que les premiers témoins du tombeau vide étaient des femmes. L'explication la plus plausible est que c'était effectivement le cas et que les premiers chrétiens n'ont pas voulu cacher cette vérité potentiellement gênante.

Ces quatre arguments sont autant de preuves que le tombeau de Jésus-Christ était vide le premier dimanche de Pâques. La conclusion de l'historien Michael Grant, lui-même sceptique de la résurrection de Jésus, est particulièrement frappante : « En appliquant les mêmes critères qu'aux autres sources littéraires antiques, il existe des preuves assez plausibles et convaincantes pour conclure que le tombeau a bien été trouvé vide. »

Le plus important n'est évidemment pas que le tombeau était vide, mais la raison pour laquelle il l'était : parce que l'homme qui y était enterré était ressuscité. Jésus n'est pas seulement sorti du tombeau : il est apparu à de nombreuses personnes, individuellement (Luc 24.34) et en groupe (Matthieu 28.9, Jean 20.26-30, 21.1-14, Actes 1.3-6, 1 Corinthiens 15.3-7). Sa résurrection est la preuve ultime qu'il était bien celui qu'il prétendait être (Matthieu 12.38-40, 16.1-4) : le Fils de Dieu et notre seul espoir de salut.

English
Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi est-il si important qu’on ait trouvé le tombeau vide ?