Qu’est-ce que la théologie réformée ?



 


Question : « Qu’est-ce que la théologie réformée ? »

Réponse :
D’une manière générale, la théologie réformée englobe tout système de croyances dont les racines remontent à la Réforme protestante, au XVIème Siècle. La doctrine des Réformateurs eux-mêmes est évidemment fondée sur les Écritures, comme l’indique leur credo « sola scriptura » ; la théologie réformée n’est donc pas un système de croyances « nouveau », mais une continuation de la doctrine apostolique.

Dans son ensemble, la théologie réformée est fondée sur l’autorité des Écritures, la souveraineté de Dieu, le salut par grâce au travers de Jésus-Christ et la nécessité d’évangéliser. Elle est parfois appelée théologie de l’alliance, parce qu’elle met particulièrement l’accent sur l’alliance que Dieu a établie avec Adam, ainsi que sur la Nouvelle Alliance instituée par Jésus-Christ (Luc 22.20).

AUTORITÉ DES ÉCRITURES. Selon la théologie réformée, la Bible est la Parole inspirée de Dieu, qui fait autorité ; elle est suffisante pour toutes décider des questions relatives à la foi et à la vie.

SOUVERAINETÉ DE DIEU. Selon la théologie réformée, Dieu est souverain et exerce un contrôle absolu sur toute la création. Il a décrété tous les événements à venir et n’est donc jamais surpris par les circonstances. Cela ne limite en aucun cas la volonté de la créature, pas plus que cela ne fait de Dieu l’auteur du péché.

SALUT PAR LA GRÂCE. Selon la théologie réformée, Dieu, dans sa grâce et sa miséricorde, a choisi de racheter un peuple pour qu’il lui appartienne, en le délivrant du péché et de la mort. La doctrine réformée du salut est couramment représentée par l’acronyme anglais « TULIP » (connu également comme les cinq points du calvinisme).

T - Dépravation totale (Total depravity). L’homme est totalement impuissant dans son état de pécheur, il est sous la colère de Dieu et ne peut rien faire pour lui plaire. La dépravation totale implique aussi que l’homme ne cherchera pas de lui-même à connaître Dieu, jusqu’à ce que celui-ci l’y incite par sa grâce (Genèse 6.5, Jérémie 17.9, Romains 3.10-18).

U - Élection inconditionnelle (Unconditional election). Dieu, de toute éternité, a choisi de sauver une grande multitude de pécheurs que personne ne peut compter (Romains 8.29-30, 9.11, Éphésiens 1.4-6, 11-12).

L - Rachat limité (Limited atonement), appelé aussi « rédemption particulière ». Christ a pris sur lui le châtiment des péchés des élus, payant ainsi le prix de leur vie par sa mort ; autrement dit, il n’a pas seulement rendu « possible » le salut, mais l’a acquis pour ceux qu’il avait choisis (Matthieu 1.21, Jean 10.11, 17.9, Actes 20.28, Romains 8.32, Éphésiens 5.25).

I - Grâce irrésistible (Irresistible grace). Dans son état de chute, l’homme résiste à l’amour de Dieu, mais la grâce de Dieu agissant dans son cœur le pousse à aspirer à ce à quoi il résistait précédemment. Ainsi, la grâce de Dieu ne manquera pas d’accomplir son œuvre de salut dans le cœur des élus (Jean 6.37, 44, 10.16).

P - Persévérance des saints (Perseverance of the saints). Dieu protège ses saints de la chute ; ainsi, le salut est éternel (Jean 10.27-29, Romains 8.29-30), Éphésiens 1.3-14).

La nécessité d’évangéliser. Selon la théologie réformée, les chrétiens sont dans le monde pour faire une différence, sur le plan spirituel, par l’évangélisation, et sur le plan social, par leur vie sainte et leur engagement humanitaire.

D’autres caractéristiques de la théologie réformée incluent généralement la pratique de deux sacrements (le baptême et la communion), une attitude « cessationiste » concernant les dons spirituels (selon laquelle ces dons spirituels ont cessé dans l’Église aujourd’hui) et une interprétation non-dispensationnaliste des Écritures. Les églises réformées tiennent en haute estime les écrits de Jean Calvin, John Knox, Ulrich Zwingli, et Martin Luther. La Confession de Westminster incarne la théologie de la tradition réformée. Les églises modernes de tradition réformée incluent notamment les presbytériens, les congrégationalistes et certains baptistes.


Retour à la page d'accueil en français

Qu’est-ce que la théologie réformée ?