Qu'est-ce que la théologie narrative ?


Question : « Qu'est-ce que la théologie narrative ? »

Réponse :
La théologie narrative, parfois appelée théologie post-libérale, s'est développée pendant la deuxième moitié du XXème Siècle. Elle est inspirée d'un groupe de théologiens de la Yale Divinity School. Ses fondateurs, notamment George Lindbeck et Hans Wilhelm Frei, avaient reçu l'influence de Karl Barth, Thomas d'Aquin et, dans une certaine mesure, la nouvelle théologie, une école de pensée axée sur la réforme de l'Église catholique, dont les principales figures étaient des catholiques français tels que Henri de Lubac.

La théologie narrative est basée sur l'idée que la théologie chrétienne doit utiliser la Bible comme une représentation narrative de la foi plutôt que de développer un ensemble de propositions fondées sur les Écritures elles-mêmes, comme le fait ce qu'on appelle communément la « théologie systématique ». Pour faire bref, la théologie narrative a un sens assez large, mais il s'agit généralement d'une approche théologique qui cherche du sens au récit et rejette les propositions de vérité de la théologie systématique.

D'autres fois, la théologie narrative est associée à l'idée que la Bible n'est pas une liste de lois et de principes, mais qu'elle nous met en relation avec Dieu et nous apprend à jouer notre rôle dans la grande fresque du salut. La théologie post-libérale est très controversée et a été abondamment critiquée ; on lui reproche notamment son incommensurabilité, son sectarisme, son fidéisme et son relativisme.

Quand elle est employée correctement, la théologie narrative est néanmoins une pierre susceptible de contribuer à construire l'édifice de la théologie biblique et systématique (par ex. la révélation progressive de Dieu à l'humanité). Elle présente la Bible comme l'histoire des interactions entre Dieu et son peuple. Pour ses partisans, cela ne veut pas dire que la Bible affirme des vérités, mais qu'elle décrit surtout la relation entre Dieu et son peuple et nous montre comment entrer dans ce récit aujourd'hui, dans notre monde post-moderne. Notre relation avec Dieu prend alors le dessus sur les analyses plus précises de la théologie systématique. Les partisans de la théologie narrative prétendent aussi que cette méthode réduit le risque de sortir des versets de leur contexte pour appuyer une position doctrinale.

La théologie narrative a aussi des aspects positifs. Par exemple, les récits bibliques nous enseignent des vérités que nous devons apprendre et mettre en pratique dans notre vie. Par conséquent, nous devons interpréter et mettre en pratique ces récits en fonction des intentions de l'auteur original, car c'est pour cela qu'elles ont été préservées (voir Romains 15.4). Une autre influence positive de la théologie narrative est qu'elle renforce la dimension communautaire de la foi. À l'époque moderne, la foi chrétienne est souvent présentée comme une foi individuelle, alors que le récit biblique de la relation de Dieu avec son peuple nous rappelle que sa dimension communautaire est essentielle.

La Bible contient beaucoup de récits qui nous enseignent des vérités. Il est donc important pour nous d'adopter une forme de théologie narrative. La théologie narrative pose cependant aussi certains problèmes, surtout quand elle est employée d'une manière irresponsable, ce qui est clairement parfois le cas, même dans les milieux conservateurs. Cela arrive surtout quand des prédicateurs et enseignants ne se soucient pas du sens biblique original, mais se laissent guider par leurs propres intuitions ou interprétations des Écritures.

Quand on exclut toute théologie systématique sous-jacente au récit ou estime que celle-ci ne peut être connue, c'est un autre abus de la théologie narrative. Cela implique que les leçons que nous apprend le récit ne peuvent être comprises que dans le cadre de la vision du monde de ses auteurs originaux, ce qui ouvre la voie à des faux enseignements, avec certains partisans de la théologie narrative qui passent directement du récit à l'application, en négligeant une analyse raisonnée des Écritures, ce qui est évidemment impossible. L'influence de la théologie narrative est la plus flagrante dans l'Église émergente, qui se méfie de la théologie systématique.

Les partisans de la théologie narrative, surtout dans l'Église émergente, affirment qu'il ne faut pas être dogmatique en théologie : pourquoi prétendre avoir compris la vérité alors que des « gens bien » sont parvenus à des conclusions différentes au fil des années ? De leur point de vue, la théologie n'est pas une science exacte qui fait autorité : les croyants ont toujours eu des convictions différentes, sans que personne n'ait raison ni tort.

Par conséquent, on constate un relativisme galopant dans certaines églises aujourd'hui. Personne ne sait plus ce qui est vrai ou faux et le pire est que cela ne semble préoccuper personne. Par conséquent, l'Église est la proie du post-modernisme laïc, qui affirme que ce qui est vrai pour l'un ne l'est pas forcément pour l'autre. Dès lors, l'Église tolère tout et n'importe quoi, mais ne défend plus rien.

Certains partisans de la théologie narrative, notamment au sein du mouvement de l'Église émergente, renoncent totalement à la prédication. Dans certains milieux, on s'assied en cercle et chacun partage ce que Dieu signifie pour lui aujourd'hui, en faisant éventuellement référence à un passage biblique qui l'a touché, mais le plus important reste les expériences et sentiments, pas la Parole de Dieu. Ils lisent un passage ou racontent une histoire biblique, puis s'interrompent, sans exhortation, correction ni appel à l'action. Ce n'est pas ce que signifie se soumettre à l'autorité des Écritures, c'est s'en servir pour conforter ses désirs charnels.

L'Église est censée être le pilier et le soutien de la vérité (1 Timothée 3.15). La vérité est un ensemble doctrinal exposé dans la Bible par la personne de Jésus-Christ. Malgré tout ses avantages, la théologie narrative a tendance à séduire les adeptes d'une vision du monde post-moderne, qui se créent une religion et un « Dieu » en fonction de leurs émotions du moment ou d'un passage biblique cité hors contexte.

English


Retour à la page d'accueil en français

Qu'est-ce que la théologie narrative ?