Pourquoi y a-t-il tellement d'athées ?


Question : « Pourquoi y a-t-il tellement d'athées ? »

Réponse :
Pour parler de l'athéisme, il faut commencer par le définir. D'après le site officiel de l'athéisme, voici comment les athées se définissent eux-mêmes : « L'athéisme ne consiste pas à ne pas croire aux dieux ni à nier leur existence : c'est l'absence de croyance en eux. » Ceux qui se considèrent comme athées préfèrent mettre l'accent sur leur absence de croyance plutôt que sur leur refus de croire. Ils considèrent l'athéisme comme intellectuellement supérieur à la foi en Dieu. Cette définition est cependant en parfaite contradiction avec la vision biblique du monde, selon laquelle : « Le fou dit dans son cœur : « Il n'y a pas de Dieu ! » » (Psaume 14.1, 53.1) Puisque les athées s'accordent avec les croyants pour dire que tous les hommes sont libres de leurs pensées et croyances, aux fins de cet article nous définirons l'athéisme comme le choix de ne pas croire en un être suprême à qui l'humanité doive rendre des comptes.

Les statistiques montrent que l'athéisme connaît une forte croissance dans les pays ayant subi une forte influence chrétienne au fil des siècles. Si certains de ses partisans n’ont pas reçu d’éducation religieuse, de plus en plus d’entre eux ont été élevés dans une forme ou une autre de foi familiale. Chaque fois qu'une personnalité chrétienne connue renonce à sa foi, on se demande pourquoi. Qu’est-ce qui fait qu’il en est tant qui cessent de croire en Dieu alors que son œuvre est si clairement visible ? (Psaume 19.1, 97.6, Romains 1.20) Si aucune culture au monde n’est exempte d’une foi en une déité quelconque, pourquoi est-il tant de gens qui affirment ne croire en aucun dieu ?

On peut se définir comme athée pour plusieurs raisons. D'abord, par ignorance : un manque d'informations peut mener à la conclusion qu'il n'y a rien en dehors de notre univers et de ce que l'homme en perçoit. Puisqu'il y a toujours tant de questions sans réponse, l'ignorance comble souvent les fossés par des idées issues de son imagination, ce qui mène aux fausses religions et à l'athéisme. Des informations incomplètes sur Dieu sont souvent teintées de mythologie ou de superstitions religieuses, au point où toute référence au surnaturel ressemble à un conte de fées. Face à toute cette confusion, certains concluent que la vérité n'existe pas et jettent le bébé avec l'eau du bain.

D'autres deviennent athées par désillusion, à cause de mauvaises expériences, comme une prière non exaucée ou l'hypocrisie des croyants. Cette réaction est souvent due à la douleur et à la colère. Ces personnes pensent que si Dieu existait réellement, il leur serait toujours possible de comprendre ses agissements. Comme il ne leur a pas donné ce qu'ils voulaient, ils en concluent qu'il n'existe pas. Ou encore, des notions difficiles à comprendre, comme l'enfer, les ethnocides relatés par l'Ancien Testament ou l'éternité, leur donnent l'impression que la Bible ne peut être véridique. La désillusion les pousse à trouver le réconfort dans le monde visible plutôt qu'en une divinité invisible. Pour éviter d'être encore déçus, ils abandonnent la foi et se rassurent en se disant que Dieu n'existe tout simplement pas.

Une autre catégorie, étroitement liée à la précédente, est celle de ceux qui se disent athées alors qu'ils sont en fait en guerre contre Dieu. Certains cachent leur profonde haine de Dieu derrière l'étiquette d'athée. Ils sont remplis d'une profonde antipathie envers toute forme de religion, souvent à cause d'abus ou de traumatismes dans l'enfance. Alors, ils se vengent d'un Dieu qu'ils considèrent comme cruel en niant fermement son existence. Leurs blessures du passé sont si profondes qu'il leur est plus facile de nier l'existence de Dieu que d'admettre qu'ils le détestent. Les vrais athées ne considèrent pas ces personnes comme étant des leurs, parce qu'être en colère contre Dieu, c'est admettre son existence, mais beaucoup se disent athées tout en criant leur colère contre ce Dieu dont ils nient l'existence.

D'autres rejettent l'idée de Dieu parce qu'ils voudraient que son existence soit plus manifeste. Quand on a demandé au célèbre athée Richard Dawkins ce qu'il dirait s'il se retrouvait face à Dieu après sa mort, il a répondu : « Je lui demanderais pourquoi il s'est tellement caché ! » Beaucoup de personnes sont rebutées par le fait que Dieu est Esprit, invisible et accessible uniquement par la foi (Hébreux 11.6, Jérémie 29.13). Ils se disent que le Créateur de l'univers leur doit des preuves de son existence, encore plus convaincantes que celles qu'il leur a déjà abondamment données (Psaume 19.1, 102.25, Romains 1.20). Jésus a déjà fait face à cet état d'esprit pendant son ministère terrestre : en Marc 8, alors qu'il venait de nourrir quatre mille personnes avec sept pains et quelques petits poissons, l'élite intellectuelle de son époque est venue le solliciter pour qu’il opère un signe à même d’authentifier sa messianité (verset 11). Il a également illustré la dureté du cœur de ces personnes dans sa parabole de l'homme riche en enfer, qui voulait avertir ses frères de ce qui les attendait après la mort (Luc 16.19-31) et à qui Abraham a répondu du haut du ciel : « S'ils n'écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu'un ressuscite. » (Luc 16.31)

L'explication la plus probable de la progression continuelle de l'athéisme n'a pas changé depuis le jardin d'Éden (Genèse 3.6, Romains 3.23). L'essence même du péché est notre volonté d'auto-détermination : nier l'existence d'un Créateur permet aux athées de faire ce qui leur plaît, sans se soucier du jugement à venir ni des conséquences éternelles de leurs actes (Matthieu 12.36, Romains 14.12, 1 Pierre 4.5, Hébreux 4.13). Au cours du XXème Siècle, le culte de soi est devenu de plus en plus acceptable. L'athéisme séduit une génération élevée avec la théorie de l'évolution et le relativisme moral. Jean 3.19 dit : « la lumière est venue dans le monde et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière parce que leur manière d'agir était mauvaise. » Si l'homme est un être auto-créé, autodéterminé et égocentré, alors il ne doit se soumettre à aucune loi ni autorité morale. Il n'y a plus de vérité absolue ni personne à qui nous devons rendre des comptes. Cet état d'esprit permet aux athées de se concentrer sur la recherche du plaisir dans la vie présente.

Tant que des scientifiques, professeurs et philosophes présenteront leur vision du monde athée comme sagesse et vérité, d'autres continueront d'y adhérer, car la notion d'auto-détermination plaît à notre nature rebelle. Cette attitude n'est pas nouvelle, mais l'évolution des mœurs la rend plus acceptable. Romains 1.18-31 décrit en détail les conséquences du rejet de l'autorité divine. Le verset 28 dit : « Comme ils n'ont pas jugé bon de connaître Dieu, Dieu les a livrés à leur intelligence déréglée, de sorte qu'ils commettent des actes indignes. » Le monde tel que nous le connaissons est le fruit de cette dépravation. Ce que les athées appellent « lumières », Dieu l'appelle folie. Romains 1.22 dit : « Ils se vantent d'être sages, mais ils sont devenus fous. » Puisque « la crainte de l'Éternel est le commencement de la sagesse » (Psaume 111.10, Proverbes 1.7, 9.10), alors nier l'Éternel (l'athéisme) est le commencement de la folie.

English


Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi y a-t-il tellement d'athées ?