Qu'est-ce que le sceau de Dieu ?


Question : « Qu'est-ce que le sceau de Dieu ? »

Réponse :
Cinq versets bibliques font référence au « sceau de Dieu » ou à un objet ou personne scellé par Dieu (Jean 6.27, 2 Timothée 2.19, Apocalypse 6.9, 7.2 et 9.4). Dans le Nouveau Testament, le verbe sceller vient du grec « marquer d'un sceau » afin de marquer la confidentialité de l'objet scellé ou d'en protéger le contenu. Les sceaux étaient employés pour les affaires officielles : un centurion romain, par exemple, pouvait sceller un document destiné à n'être vu que par son supérieur. Si le sceau était ouvert, le destinataire savait que le document avait été lu ou modifié par quelqu'un d'autre.

Apocalypse 7.3-4 et 9.4 font référence aux personnes marquées du sceau de Dieu, en signe de sa protection, pendant la Grande Tribulation. Quand la cinquième trompette du jugement a sonné, des sauterelles sorties de l'abîme se sont attaquées aux hommes de la terre avec « un pouvoir semblable à celui des scorpions » (Apocalypse 9.3). Le pouvoir de destruction de ces sauterelles démoniaques était cependant limité : « Elles reçurent l'ordre de ne pas faire de mal à l'herbe de la terre, ni à aucune verdure, ni à aucun arbre, mais seulement aux hommes qui n'avaient pas l'empreinte de Dieu sur le front. » (Apocalypse 9.4) Les hommes marqués du sceau de Dieu étaient préservés. Le sceau de Dieu pendant la Grande Tribulation était exactement le contraire de la marque de la bête, qui identifie les hommes qui suivent Satan (Apocalypse 13.16-18).

Paul parle du sceau de Dieu dans le contexte des vérité fondamentales. Il dit à Timothée que de fausses doctrines circulent et que certains cherchent à détruire la foi des croyants, avant de lui adresser ces mots d'encouragement : « Cependant, les solides fondations posées par Dieu subsistent, porteuses de cette inscription : Le Seigneur connaît ceux qui lui appartiennent et : Tout homme qui prononce le nom du Seigneur, qu'il se détourne du mal. » (2 Timothée 2.19) L'image est celle du fondement d'un bâtiment, avec deux inscriptions indiquant sa fonction. Le fondement de l'Église a été posé (Éphésiens 2.20) et constitue le « sceau » éternel dont l'inscription résume les deux aspects de la foi : la confiance en Dieu et le renoncement au péché (voir Marc 1.15). Ce passage se poursuit en décrivant le contenu de la grande maison : des vases d'un usage noble et d'autres d'un usage méprisable. « Si donc quelqu'un se purifie de ces choses, il sera un vase d'usage noble, saint, utile à son maître, prêt pour toute œuvre bonne. » (2 Timothée 2.21)

Jésus-Christ était marqué du sceau de Dieu : « c'est lui que le Père, Dieu lui-même, a marqué de son empreinte. » (Jean 6.27) Ceux qui mettent leur confiance en lui sont également marqués du sceau de Dieu, qui est le Saint-Esprit : « En lui vous aussi, après avoir entendu la parole de la vérité, l'Évangile qui vous sauve, en lui vous avez cru et vous avez été marqués de l'empreinte du Saint-Esprit qui avait été promis. Il est le gage de notre héritage en attendant la libération de ceux que Dieu s'est acquis pour célébrer sa gloire. » (Éphésiens 1.13-14) En tant qu'enfants de Dieu, il est bon de savoir que nous sommes scellés, gardés et préservés de la méchanceté de ce monde qui passera bientôt.

English


Retour à la page d'accueil Français

Qu'est-ce que le sceau de Dieu ?