Quelle est la signification du sang de Christ ?




Question : « Quelle est la signification du sang de Christ ? »

Réponse :
L’expression « sang de Christ » est employée à plusieurs reprises dans le Nouveau Testament pour le sacrifice et l’œuvre expiatoire complète de Jésus pour nous. Les références au sang du Sauveur mettent l’accent sur le fait qu’il a réellement versé son sang sur la croix et, surtout, qu’il l’a versé et est mort pour les pécheurs. Le sang de Christ a le pouvoir d’expier un nombre infini de péchés commis par un nombre infini de personnes à travers les âges et tous ceux qui mettent leur foi en ce sang seront sauvés.

L’expiation du péché par le sang de Christ trouve son origine dans la Loi mosaïque : une fois par an le prêtre devait présenter une offrande de sang d’animaux sur l’autel du Temple pour les péchés du peuple. « Or, d’après la loi, presque tout est purifié avec du sang et, s’il n’y a pas de sang versé, il n’y a pas de pardon. » (Hébreux 9.22) Mais l’efficacité de cette offrande de sang était limitée, si bien qu’elle devait être refaite encore et encore, en préfiguration du sacrifice offert « une fois pour toutes » par Jésus sur la croix. (Hébreux 7.27) Depuis que ce sacrifice a été offert, nous n’avons plus besoin du sang de taureaux et de boucs.

Le sang de Christ est le fondement de la Nouvelle Alliance. La nuit précédant sa crucifixion, Jésus a servi une coupe de vin à ses disciples en disant : « Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang qui est versé pour vous. » (Luc 22.20) Le vin versé dans la coupe symbolise le sang de Christ versé pour tous ceux qui croiraient en lui. En versant son sang sur la croix, Jésus a aboli l’exigence de sacrifices continuels d’animaux de l’Ancienne Alliance. Le sang de ces animaux ne suffisait pas pour couvrir les péchés du peuple, sauf de manière temporaire, parce que les péchés contre un Dieu saint et infini exigent un sacrifice saint et infini. « Mais en réalité, le souvenir des péchés est rappelé chaque année par ces sacrifices, car il est impossible que le sang des taureaux et des boucs enlève les péchés. » (Hébreux 10.3-4) Si le sang des taureaux et des boucs servait de « rappel » du péché, « le sang précieux de Christ, qui s’est sacrifié comme d’un agneau sans défaut et sans tache, » (1 Pierre 1.19) a payé à Dieu toute la dette de notre péché. Ainsi, nous n’avons plus besoin de sacrifices pour nos péchés. Sur la croix, alors qu’il était sur le point de mourir, Jésus s’est écrié : « Tout est accompli. » Toute son œuvre de rédemption était définitivement achevée. « Il nous a ainsi obtenu un rachat éternel. » (Hébreux 9.12)

Non seulement le sang de Christ rachète les croyants du péché et du châtiment éternel, mais « le sang de Christ, qui s’est offert lui-même à Dieu par l’Esprit éternel comme une victime sans défaut, purifiera d’autant plus votre conscience des œuvres mortes afin que vous serviez le Dieu vivant ! » (Hébreux 9.14) Cela signifie que non seulement nous sommes maintenant libérés des sacrifices « sans valeur » pour obtenir le salut, mais que nous sommes aussi libérés des œuvres mortes et improductives de la chair pour plaire à Dieu. Puisque le sang de Christ nous a rachetés, nous sommes devenus une nouvelle créature en lui (2 Corinthiens 5.17) et son sang nous libère du péché pour servir le Dieu vivant, le glorifier et nous réjouir en lui pour toujours.


Retour à la page d'accueil en français

Quelle est la signification du sang de Christ ?