Quel est le récit biblique de la création ?



 


Question : « Quel est le récit biblique de la création ? »

Réponse :
On trouve le récit de la création en Genèse 1-2 et celui du jardin d’Éden au chapitre 3. Au début de Genèse 1, rien n’existe en dehors de Dieu lui-même. Il n’y a donc pas d’époque « préhistorique » : dès le commencement, Dieu se révèle et communique sa volonté pour l’humanité. Au commencement, il a créé l’univers entier, y compris les corps célestes (notamment les étoiles et planètes) et la terre avec tout ce qu’elle contient, en six jours littéraux de 24 heures. La nature trinitaire de Dieu n’apparaît pas explicitement dans le récit de la Genèse, mais Dieu se révèle néanmoins comme pluriel (Genèse 1.26) et l’Esprit, de même que Christ (Jean 1.1-3, Colossiens 1.15-17), participe à la création (Genèse 1.2).

Au cours des six jours de la création, Dieu a créé l’univers et la terre (1er jour), le ciel et l’atmosphère (2ème jour), la terre ferme et la vie végétale (3ème jour), les étoiles et les corps célestes, notamment le soleil et la lune (4ème jour), les oiseaux et les animaux aquatiques (5ème jour), les animaux terrestres et, enfin, l’homme (6ème jour). L’humanité est au-dessus de tout le reste de la création, car elle porte en elle l’image de Dieu, et elle a la responsabilité de dominer la terre comme un gérant responsable. Toute la création, dans sa beauté et sa diversité, a été terminée en six jours littéraux consécutifs de 24 heures, puis Dieu a déclaré qu’elle était très bonne. Genèse 2 donne un aperçu d’ensemble de la création divine et un récit plus détaillé de la création de l’homme.

Le septième jour, Dieu s’est reposé. Cela ne veut pas dire qu’il était fatigué, mais qu’il a cessé de créer, établissant ainsi le modèle du repos du septième jour et de notre semaine. Le respect du Sabbat deviendra une caractéristique du peuple élu de Dieu (Exode 20.8-11.)

La Genèse s’intéresse ensuite de plus près à la création de l’homme. Ce passage n’est pas un deuxième récit de la création et ne contredit pas Genèse 1, mais est tout simplement une parenthèse dans le récit linéaire qui se concentre sur la création de l’homme. Dieu a façonné l’homme de la poussière de la terre qu’il avait créée auparavant, puis lui a insufflé le souffle de vie. Le fait que Dieu a choisi de former l’homme ainsi montre à quel point il est important pour lui. Ensuite, il a placé le premier homme, Adam, dans un endroit spécial, le jardin d’Éden, un lieu de beauté et d’abondance. Adam avait presque tout ce dont il avait besoin, notamment la de nourriture et du travail productif, mais Dieu n’en avait pas fini avec lui.

Dieu a fait comprendre à Adam son besoin d’une aide qui soit son vis-à-vis en amenant vers lui toutes les autres créatures afin qu’il les nomme. Adam a compris qu’aucune d’elles ne pouvait être son vis-à-vis. Alors, Dieu l’a endormi, puis a façonné Ève avec autant de soin qu’il l’avait fait pour Adam. Ève a été créée à partir d’une côte d’Adam. Quand Adam l’a vue, il a compris à quel point elle était spéciale : elle était son aide et son vis-à-vis, la chair de sa chair. Dieu a créé Adam et Ève à son image (Genèse 1.27). Ce passage fait de la famille l’élément de base de la société (Genèse 1.24, Matthieu 19.5-6.) Le mariage est une institution divine qui n’est possible qu’entre un homme et une femme. Adam et Ève ont été créés innocents (Genèse 1.25), sans péché. Ils étaient en communion avec Dieu dans le jardin d’Éden. Cette relation dépendait d’une règle simple : ils ne devaient pas manger des fruits d’un seul arbre du jardin (Genèse 1.17).

À un moment donné, Ève a été tentée par le serpent et a mangé du fruit de cet arbre. Adam en a mangé aussi. Tous deux ont péché contre Dieu et ont perdu leur innocence (Genèse 2.8-12). Le péché entraîne des conséquences. Dieu a maudit le serpent et l’a condamné à ramper sur son ventre et à être détesté par les hommes. Il a aussi maudit Ève et l’a condamnée à souffrir en donnant la vie et à être en conflit avec son mari. Enfin, il a maudit Adam et l’a condamné à travailler dur pour survivre (Genèse 3.14-19). L’expulsion d’Adam et d’Ève du jardin d’Éden fait partie des conséquences de leur péché (Genèse 3.22-24). Un message d’espoir s’ajoute cependant à ces malédictions, avec la première mention du Messie à venir, en Genèse 3.15 : il écrasera la tête du serpent (Satan), mais celui-ci le brisera à la croix. L’amour et la grâce de Dieu se manifestent même au milieu du péché et de ses conséquences tragiques.


Retour à la page d'accueil en français

Quel est le récit biblique de la création ?