Pourquoi la prière du Seigneur ne contient-elle pas d’actions de grâces ? Toutes nos prières ne devraient-elles pas exprimer notre reconnaissance à Dieu ?



 


Question : « Pourquoi la prière du Seigneur ne contient-elle pas d’actions de grâces ? Toutes nos prières ne devraient-elles pas exprimer notre reconnaissance à Dieu ? »

Réponse :
Au vu de l’exhortation de l’Apôtre Paul en 1 Thessaloniciens 5.17-18 à « prie[r] sans cesse » et à « exprime[r n]otre reconnaissance en toute circonstance », il est surprenant que la prière du Seigneur ne contienne pas d’instructions d’action de grâces, d’autant plus que d’autres prières de Jésus dans les Évangiles en contiennent.

Jésus a remercié Dieu pour la nourriture qu’il a donnée, notamment à l’occasion des miracles de la multiplication des pains et des poissons pour 5 000 (Matthieu 14.16-21), puis pour 4 000 personnes (Matthieu 15.35-38). Il a rendu grâces pour le pain et le vin de la Cène (Actes 27.35). Il a aussi remercié Dieu d’avoir exaucé sa requête et ressuscité Lazare des morts (Jean 11.41). Il a même rendu grâces au Père d’avoir caché les secrets du Royaume aux sages et de les avoir révélés aux pauvres, aux ignorants et à ceux que personne ne connaissait (Matthieu 11.25). Pourtant, son modèle de prière ne contient aucun élément d’action de grâces.

En examinant le passage qui contient la prière du Seigneur (Matthieu 6.9-13), on remarque d’abord que l’enseignement que Jésus donne à ses disciples sur la prière est une critique des prières des Pharisiens, qui priaient publiquement, au vu et au su de tous, afin d’impressionner par leur sainteté et leur piété. Jésus condamne cette manière de prier : « ils ont leur récompense », celle d’être vus des hommes. Il ne condamne pas la prière publique, mais seulement le fait de prier pour être vu des hommes. Il critique aussi les prières des non-Juifs qui, tels les prêtres de Baal sur le Mont Carmel en 1 Rois 18, répètent encore et encore les mêmes formules, comme pour s’assurer que leur dieu les entend.

Pour corriger ces dérives, Jésus donne à ses disciples un modèle de prière. Le but de la prière du Seigneur n’est pas de se contenter de la réciter, comme le font les catholiques. Cela ne veut pas dire que c’est une erreur de la réciter en communauté. Jésus parle ici de la prière privée, pas de la prière communautaire.

La prière du Seigneur doit être considérée comme un modèle général pour notre vie de prière. Elle contient six éléments. Les trois premiers concernent Dieu tandis que les trois derniers nous concernent. Après nous être adressés à Dieu comme « notre Père céleste », nous lui demandons d’abord que son nom soit honoré et glorifié, puis que son règne vienne. En un sens, le Royaume de Dieu est déjà présent depuis la venue de Christ, mais nous prions qu’il soit pleinement manifesté. Ensuite, nous prions que sa volonté, morale ou révélée, soit faite sur cette terre, en commençant par nous. Après ces trois éléments relatifs à la gloire et à la majesté divine, nous poursuivons par des demandes qui nous concernent : nous demandons à Dieu de pourvoir à nos besoins, de pardonner nos péchés et de nous délivrer du mal.

La meilleure réponse à la question de savoir pourquoi on ne trouve pas d’actions de grâces dans la prière du Seigneur est que l’action de grâce est l’attitude avec laquelle nous nous adressons à Dieu. Si nous sommes enfants de Dieu, la reconnaissance de nos cœurs débordera de nos lèvres car nous saurons, entre autres bénédictions, que nos péchés sont pardonnés et que nous avons la vie éternelle en Jésus-Christ. Plus nous contemplons que que Dieu a fait pour nous, plus nous sommes reconnaissants et plus les actions de grâces prendront leur place naturelle dans notre relation avec Dieu, en tout temps et quelles que soient les circonstances. Paul écrit en 1 Thessaloniciens 5.18 : « exprimez votre reconnaissance en toute circonstance, car c’est la volonté de Dieu pour vous en Jésus-Christ. »


Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi la prière du Seigneur ne contient-elle pas d’actions de grâces ? Toutes nos prières ne devraient-elles pas exprimer notre reconnaissance à Dieu ?