La doctrine de la préservation est-elle biblique ?



 


Question : « La doctrine de la préservation est-elle biblique ? »

Réponse :
La doctrine de la préservation des Écritures affirme que le Seigneur a gardé le sens original de sa Parole intact. Cela signifie tout simplement que nous pouvons nous fier aux Écritures, parce que Dieu, dans sa souveraineté, a veillé sur le processus de transmission de sa Parole à travers les siècles.

Il faut savoir aussi que nous ne disposons pas des originaux, mais de milliers de copies manuscrites. Il y a des différences entre ces manuscrits, mais elles sont minimes et insignifiantes et nʼaffectent donc pas les enseignements fondamentaux ou le sens des Écritures ni dʼautres choses semblables, qui nʼaffectent évidemment pas le sens et ne veulent pas dire que Dieu nʼa pas préservé sa Parole. En cas de différence plus importance, on peut déterminer lʼoriginal par un examen approfondi et en comparant aux autres manuscrits.

Les scribes antiques, dont le travail était de produire des copies exactes des Écritures, étaient très méticuleux. Leur habitude longue et fastidieuse de compter toutes les lettres dʼun livre et de noter la lettre du milieu de ce livre afin de sʼassurer que leur copie était conforme à lʼoriginal en dit long sur leur fiabilité.

LʼEcriture aussi atteste le plan de Dieu de préserver sa Parole. En Matthieu 5.18, Jésus a dit : « En effet, je vous le dis en vérité, tant que le ciel et la terre nʼauront pas disparu, pas une seule lettre ni un seul trait de lettre ne disparaîtra de la loi avant que tout ne soit arrivé. » Il nʼaurait pas pu faire cette promesse à moins dʼêtre certain que Dieu préserverait sa Parole. Il a dit aussi : « Le ciel et la terre disparaîtront, mais mes paroles ne disparaîtront pas » (Matthieu 24.35, Marc 13.31, Luc 21.33). La Parole de Dieu demeure et accomplira ses desseins.

Le prophète Ésaïe, par la puissance du Saint-Esprit, a déclaré que la Parole de Dieu demeure éternellement. « Lʼherbe sèche et la fleur tombe, mais la parole de notre Dieu subsiste éternellement. » (Ésaïe 40.8) Cette vérité est réaffirmée dans le Nouveau Testament, quand Pierre cite Ésaïe et fait référence aux Écritures comme « cette parole […] qui vous a été annoncée » (1 Pierre 1.24-25). Ni Ésaïe, ni Pierre, ne pouvaient affirmer cela sans comprendre que Dieu préserve sa Parole.

Quand la Bible dit que la Parole de Dieu demeure éternellement, cela ne veut pas dire quʼelle soit cachée dans un coffre-fort au ciel : elle a été donnée à lʼhumanité et nʼaccomplirait pas ses desseins si elle ne nous était pas disponible. « Or tout ce qui a été écrit dʼavance lʼa été pour notre instruction afin que, par la persévérance et par le réconfort que donnent les Écritures, nous possédions lʼespérance. » (Romains 15.4) De plus, personne ne peut être sauvé sans le message de lʼÉvangile contenu dans la Parole de Dieu (1 Corinthiens 15.3-4). Par conséquent, afin que lʼÉvangile soit annoncé « jusquʼaux extrémités de la terre » (Actes 13.47), la Parole doit être protégée. Si lʼÉcriture nʼétait pas surnaturellement préservée, il nʼy aurait aucun moyen de garantir la fiabilité de son message.


Retour à la page d'accueil en français

La doctrine de la préservation est-elle biblique ?