À quel point la porte est-elle étroite ?


Question : « À quel point la porte est-elle étroite ? »

Réponse :
Le Seigneur Jésus fait référence à la porte étroite en Matthieu 7.13-14 et Luc 13.23-24. Il la compare au « chemin large » qui mène à la destruction (à l'enfer) et que « beaucoup » empruntent, alors qu'« étroite est la porte, resserré le chemin menant à la vie, et il y en a peu qui les trouvent ». Qu'est-ce que cela signifie exactement ? Combien sont réellement ceux qui sont « beaucoup » et ceux qui sont « peu » ?

D'abord, nous devons comprendre que Jésus est la porte par laquelle nous entrons dans la vie éternelle. Il n'y en a pas d'autre : lui seul est « le chemin, la vérité et la vie » (Jean 14.6). Il est la seule porte d'accès à la vie éternelle. En ce sens, la porte est étroite parce que c'est la seule et qu'assez peu de personnes l'empruntent, alors qu'il y en a bien plus qui cherchent à trouver une autre voie vers Dieu, par des lois humaines, de fausses religions ou leurs propres efforts. C'est pour cela que « beaucoup » suivront le chemin large, qui mène à la destruction éternelle, tandis que les brebis entendent la voix du Bon Berger et le suivent sur le chemin étroit de la vie éternelle (Jean 10.7-11).

Même si ceux qui entrent par la porte étroite sont assez peu nombreux par rapport à ceux qui restent sur le chemin large, des multitudes suivront néanmoins le Bon Berger. L'Apôtre Jean a vu cette multitude dans une vision, qu'il raconte dans le livre de l'Apocalypse : « Après cela, je regardai et je vis une foule immense que personne ne pouvait compter. C’étaient des hommes de toute nation, de toute tribu, de tout peuple et de toute langue. Ils se tenaient debout devant le trône et devant l'Agneau, habillés de robes blanches, des feuilles de palmiers à la main, et ils criaient d'une voix forte : « Le salut est à notre Dieu qui est assis sur le trône et à l'Agneau. » » (Apocalypse 7.9-10)

Entrer par la porte étroite n'est pas facile, ce que Jésus dit clairement en exhortant ses disciples à s'y « efforce[r] ». Le terme grec employé ici est agonizomai, qui a donné agoniser en français. Cela montre que ceux qui veulent entrer par la porte étroite doivent lutter pour y parvenir, comme un athlète qui, tous ses muscles tendus, s'efforce d'atteindre la ligne d'arrivée. Il est important de préciser ici que nous ne sommes pas sauvés par nos efforts, mais par la grâce de Dieu, par le don de la foi (Éphésiens 2.8-9). Nul ne peut parvenir au ciel par ces propres efforts. Entrer par la porte étroite est difficile parce que notre orgueil humain et notre tendance naturelle à pécher, ainsi que Satan et le monde, qu'il domine, s'y opposent.

L'exhortation à nous efforcer d'entrer est un appel à la repentance. Nous devons entrer par la porte étroite, pas seulement la contempler, y penser ou nous plaindre qu'elle est trop petite ou trop étroite. Nous ne devons pas non plus nous demander pourquoi les autres n'entrent pas ni chercher des excuses, tarder ou nous préoccuper du nombre de personnes qui entreront ou non : nous devons aller de l'avant et entrer ! Ensuite, nous devons exhorter les autres à entrer également avant qu'il ne soit trop tard.

English


Retour à la page d'accueil en français

À quel point la porte est-elle étroite ?