Est-ce biblique de plaider le sang de Jésus ?



 


Question : « Est-ce biblique de plaider le sang de Jésus ? »

Réponse :
« Plaider le sang de Jésus » par la prière est un enseignement de certaines figures du mouvement Parole de foi. Il s’agit de « réclamer » la puissance de Christ sur n’importe quel problème en proclamant : « Je plaide le sang de Jésus sur _______. »

Cette pratique n’a aucun fondement biblique. On n’en trouve aucun exemple dans la Bible. Ceux qui « plaident le sang » font comme s’il s’agissait d’une formule magique qui rendrait leur prière plus efficace. Cet enseignement est né d’une vision hérétique de la prière, qui la considère comme un moyen de manipuler Dieu afin d’obtenir ce qu’on veut au lieu de prier que sa volonté s’accomplisse. Le mouvement Parole de foi est fondé sur le faux enseignement de la puissance de la foi : si nous prions avec foi, Dieu nous promet la santé, la richesse, le bonheur et de nous délivrer de tous nos problèmes, quelle que soit la situation. Avec cette théologie, Dieu n’est pas le Créateur souverain, saint et juste révélé dans la Bible, mais un moyen d’assouvir nos envies.

Les enseignants de l’hérésie de la Parole de foi ont une vision exaltée de l’homme et de notre « droit » de demander à Dieu tout ce que nous voulons et de l’obtenir, qui contredit l’exemple de foi biblique donné par Paul et son approche de la souffrance et de l’épreuve. Paul écrit en 2 Timothée que « tous ceux qui veulent vivre avec piété en Jésus-Christ seront persécutés » (2 Timothée 3.12). Le mouvement Parole de foi enseigne que si nous souffrons, sommes malades ou luttons avec le péché, c'est parce que nous n'avons pas assez de foi ou n'avons pas plaidé le sang de Jésus pour réclamer ce qui nous revient de droit. Pourtant, face à l'épreuve et à la persécution, Paul n'a pas plaidé le sang de Christ ni réclamé ce qui lui « revient de droit ». Au contraire, sa foi inébranlable en Christ se manifeste quelle que soit la situation : « je sais en qui j'ai cru et je suis persuadé qu'il a la puissance de garder le dépôt qu’il m’a confié jusqu'à ce jour-là » (2 Timothée 1.12).

Paul écrit : « j’ai appris à être satisfait de ma situation. Je sais vivre dans la pauvreté et je sais vivre dans l’abondance. Partout et en toutes circonstances j’ai appris à être rassasié et à avoir faim, à être dans l’abondance et à être dans le besoin. Je peux tout par celui qui me fortifie. » (Philippiens 4.11-13) Sa foi était en Christ seul et il pouvait affirmer avec conviction : « Le Seigneur me délivrera de toute œuvre mauvaise et me sauvera pour me faire entrer dans son royaume céleste. À lui soit la gloire aux siècles des siècles ! Amen ! » (2 Timothée 4.18)

La pratique courante de « plaider le sang » est davantage inspirée du mysticisme (prononcer une formule magique en espérant qu’elle marche) que de la prière biblique. Aucune formule magique ne peut rendre nos prières plus efficaces. De plus, « plaider le sang » de Christ n’est pas nécessaire pour vaincre Satan : il est déjà vaincu et si nous sommes vraiment nés de nouveau, il n’a sur nous que le pouvoir que Dieu lui permet d’avoir, pour sa gloire et afin d’accomplir ses desseins. Colossiens 1.13 dit clairement : « Il nous a délivrés de la puissance des ténèbres et nous a transportés dans le royaume de son Fils bien-aimé, en qui nous sommes rachetés, pardonnés de nos péchés. »

Au lieu de « plaider » la protection ou la puissance du sang de Christ, les chrétiens doivent obéir au commandement en Jacques 4.7 : « Soumettez-vous donc à Dieu, mais résistez au diable et il fuira loin de vous. » Au lieu de suivre un modèle de prière non biblique, nous devons suivre des préceptes bibliques simples pour vivre une vie pure devant Dieu, tenir toutes nos pensées captives afin de ne laisser aucune chance au péché, confesser nos péchés quand nous échouons à respecter les deux premiers préceptes et revêtir les armes de Dieu décrites en Éphésiens 6.13-17.

La Bible nous apprend comment vivre une vie victorieuse en Christ, mais « plaider le sang de Jésus » n’en fait pas partie. Nous avons été lavés par le sang de Christ et il est notre souverain sacrificateur et médiateur, qui « est toujours vivant pour intercéder en [notre] faveur » pour nous (Hébreux 7.25). En tant que ses brebis, nous sommes déjà sous sa protection et il nous suffit de nous confier en lui au quotidien pour ce qu’il nous a déjà promis et donné.


Retour à la page d'accueil en français

Est-ce biblique de plaider le sang de Jésus ?