Qu’est-ce que le péché originel ?



 


Question : « Qu’est-ce que le péché originel ? »

Réponse :
Le terme « péché originel » fait référence à la désobéissance d’Adam, qui a mangé du fruit de l’arbre de connaissance du bien et du mal, et à ses conséquences pour toute l’humanité. On peut le définir comme « le péché dont nous sommes tous coupables aux yeux de Dieu, en conséquence directe du péché d’Adam dans le jardin d’Éden ». La doctrine du péché originel met particulièrement l’accent sur ses effets sur notre nature et notre position devant Dieu, même si nous sommes encore trop jeunes pour pécher consciemment. Il y a trois points de vue principaux à ce sujet.

Le pélagianisme : D’après cette doctrine, le péché d’Adam n’a eu aucun effet sur les âmes de ses descendants, si ce n’est que son mauvais exemple les pousse à pécher également. Selon ce point de vue, l’homme aurait donc la capacité de choisir tout simplement d’arrêter de pécher. Cet enseignement est contraire à de nombreux passages bibliques montrant que l’homme est esclave du péché, sans espoir de liberté (sauf intervention divine), et que ses bonnes œuvres sont « mortes » ou impropres à mériter la faveur de Dieu (Éphésiens 2.1-2, Matthieu 15.18-19, Romains 7.23, Hébreux 6.1, 9.14).

L’arminianisme : Les arminiens croient qu’à cause du péché d’Adam, l’humanité a hérité d’une tendance à pécher, qu’on appelle généralement notre « nature pécheresse ». Cette nature pécheresse nous pousse naturellement à pécher, de la même manière que la nature du chat le pousse à miauler. Selon ce point de vue, l’homme ne peut cesser de lui-même de pécher, ce pourquoi Dieu nous offre à tous une grâce universelle qui nous le permet. La doctrine arminienne appelle cette grâce la grâce « prévenante». Pour les arminiens, nous ne serons pas tenus pour responsables du péché d’Adam, mais uniquement du nôtre. Cet enseignement est en contradiction avec le fait que tous subissent le châtiment du péché, même si tous n’ont pas péché de la même manière qu’Adam (1 Corinthiens 15.22, Romains 5.12-18). De plus, la doctrine de la grâce prévenante n’est exprimée explicitement nulle part dans les Écritures.

Le calvinisme : D’après la doctrine calviniste, à cause du péché d’Adam, non seulement notre nature est pécheresse, mais nous sommes également coupables devant Dieu et méritons un châtiment. Du fait que nous avons été conçus sous la malédiction du péché originel (Psaumes 51.7), nous héritons d’une nature pécheresse si méchante que Jérémie 17.9 décrit le cœur humain comme « tortueux par-dessus-tout et incurable ». Non seulement Adam était coupable à cause de son péché, mais sa culpabilité et son châtiment (la mort) retombent aussi sur nous (Romains 5.12, 19). Il y a deux théories différentes concernant les raisons pour lesquelles Dieu nous impute la culpabilité d’Adam. La première est qu’Adam portait en lui la semence de toute l’humanité et que par conséquent, quand Adam a péché, nous avons péché avec lui. Cette idée ressemble à l’enseignement biblique selon lequel Lévi (un descendant d’Abraham) a payé la dîme à Melchisédek en Abraham (Genèse 14.20, Hébreux 7.4-9), bien qu’il ne soit né que plusieurs centaines d’années plus tard. La deuxième théorie est qu’Adam était notre représentant et que par conséquent, quand il a péché, nous nous sommes également rendus coupables.

Le calvinisme considère l’homme comme incapable de vaincre son péché, si ce n’est par la puissance du Saint-Esprit, qu’il ne possède qu’en se tournant vers Christ et en mettant sa foi en son sacrifice sur la croix pour ses péchés. La doctrine calviniste du péché originel est la plus conforme à l’enseignement biblique. Cependant, comment Dieu peut-il nous tenir responsables d’un péché que nous n’avons pas commis ? Il y a une interprétation plausible : nous devenons responsables du péché originel à partir du moment où nous décidons de nous diriger nous-mêmes et d’agir selon notre nature pécheresse. En effet, à un moment donné de notre vie, nous prenons conscience de notre condition empreinte de péché. À ce moment-là, nous devrions rejeter notre nature pécheresse et nous repentir. Mais, au contraire, nous « approuvons » tous cette nature pécheresse, comme si nous disions qu’elle est bonne, exprimant ainsi notre accord avec ce qu’ont fait Adam et Ève dans le jardin d’Éden. Nous sommes donc coupables de leur péché sans pour autant l’avoir commis.


Retour à la page d'accueil en français

Qu’est-ce que le péché originel ?