Par rapport au pardon, y a-t-il une différence entre le péché conscient et inconscient ?


Question : « Par rapport au pardon, y a-t-il une différence entre le péché conscient et inconscient ? »

Réponse :
Même si Dieu distingue ceux qui pèchent pas ignorance et ceux qui le font volontairement (Nombres 15.27-31), la repentance est toujours requise pour être pardonné (Marc 1.15, Actes 2.38, Actes 26.18). Littéralement, il s'agit d'un changement d'attitude concernant Dieu, accompagné de la foi en Christ qui sauve (Actes 3.19, 20.21, 26.20). Sans repentance, il ne peut y avoir de pardon. Jésus a dit : « Non, je vous le dis. Mais si vous ne changez pas d'attitude, vous périrez tous de même. » (Luc 13.3, cf. 17.3-4, 2 Pierre 3.9).

Pécher consciemment, c'est se rebeller contre Dieu par orgueil (Psaume 19.13, Hébreux 10.26). Tôt ou tard, les péchés conscients entraînent le jugement de Dieu. Les péchés commis par ignorance ne sont pas excusables non plus : « Voici donc ce que je dis et ce que j'affirme dans le Seigneur : vous ne devez plus vous conduire comme les non-croyants, qui se laissent guider par la sottise de leurs pensées. Ils ont l'intelligence obscurcie, ils sont étrangers à la vie de Dieu à cause de l'ignorance qui est en eux, à cause de l'endurcissement de leur cœur. Ils ont perdu tout sens moral et se sont livrés à la débauche pour commettre avec avidité toutes sortes d'impuretés. » (Éphésiens 4.17-19, voir aussi Actes 3.17-19, Actes 17.30-31) N'importe qui peut être pardonné, mais c'est la grâce souveraine de Dieu qui pousse le transgresseur à se repentir d'un cœur sincère afin d'être pardonné (Éphésiens 2.4).

Ceux qui rejettent Jésus et son Évangile par ignorance doivent l'accepter par la repentance afin de recevoir le pardon de leurs péchés. Jésus le dit très clairement : « C'est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu'en passant par moi. » (Jean 14.6) Que nous passions à côté du chemin par ignorance ou par rébellion consciente ne change rien au fait que nous l'avons raté.

Les hommes ne sont cependant pas aussi ignorants qu'ils le prétendent. Personne ne peut totalement ignorer Dieu et notre désobéissance est inexcusable. L'Apôtre Paul a dit : « La colère de Dieu se révèle du ciel contre toute impiété et toute injustice des hommes qui par leur injustice tiennent la vérité prisonnière, car ce qu'on peut connaître de Dieu est évident pour eux, puisque Dieu le leur a fait connaître. En effet, les perfections invisibles de Dieu, sa puissance éternelle et sa divinité, se voient depuis la création du monde, elles se comprennent par ce qu'il a fait. Ils sont donc inexcusables. » (Romains 1.18-20)

Même si nous péchons parfois par ignorance, nous avons l'assurance du pardon de Dieu. L'Apôtre Paul en est un bel exemple : « moi qui étais auparavant un blasphémateur, un persécuteur, un homme violent. Cependant, il m’a été fait grâce parce que j'agissais par ignorance, dans mon incrédulité. » (1 Timothée 1.13) Pour ceux qui persévèrent consciemment dans le péché, Pierre dit clairement : « En effet si, après avoir échappé aux souillures du monde par la connaissance de notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, ils se laissent reprendre et dominer par elles, leur dernière condition est pire que la première. Il aurait mieux valu pour eux ne pas connaître la voie de la justice plutôt que de la connaître et de se détourner ensuite du saint commandement qui leur avait été donné. » (2 Pierre 2.20-21)

Concernant le pardon, Jean est clair : « Si nous disons que nous n'avons pas de péché, nous nous trompons nous-mêmes et la vérité n'est pas en nous. Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tout mal. » (1 Jean 1.8-9)

English


Retour à la page d'accueil en français

Par rapport au pardon, y a-t-il une différence entre le péché conscient et inconscient ?