La Bible nous enseigne-t-elle à pardonner et à oublier ?


Question : « La Bible nous enseigne-t-elle à pardonner et à oublier ? »

Réponse :
L'expression « pardonner et oublier » ne se trouve pas dans la Bible, mais de nombreux versets nous exhortent à nous pardonner réciproquement (par ex. Matthieu 6.14 et Éphésiens 4.32). Un chrétien qui n'est pas prêt à pardonner aux autres verra sa relation avec Dieu entravée (Matthieu 6.15), récoltera beaucoup d'amertume et perdra sa récompense (Hébreux 12.14-15, 2 Jean 1.8).

Le pardon est une décision qui engage la volonté. Puisque Dieu nous demande de pardonner, nous devons faire un choix conscient dans ce sens. Parfois, celui qui nous a offensé ne nous demandera pas pardon ni ne changera jamais, mais cela ne change rien au fait que Dieu veut que nous lui pardonnions (Matthieu 5.44). Idéalement, la personne qui a blessé l’autre doit rechercher la réconciliation, mais il est possible de pardonner même si ce n'est pas le cas.

Il est évidemment impossible de complètement oublier les péchés commis à notre encontre. Nous ne pouvons sélectionner des événements à « supprimer » de notre mémoire. La Bible dit que Dieu ne « se souviendr[a] » pas de notre méchanceté (Hébreux 8.12). Il n’en demeure pas moins omniscient et se souvient que nous avons « péché et so[mmes] privés de la gloire de Dieu » (Romains 3.23) ; mais, ayant été pardonnés, nous sommes justifiés (déclarés justes) devant lui. Nous avons accès au ciel comme si nous n'avions jamais péché. Si nous appartenons à Dieu par la foi en Christ, il ne nous condamnera pas pour nos péchés (Romains 8.1). En ce sens, Dieu « pardonne et oublie ».

Si, par « pardonner et oublier », on entend de choisir de pardonner pour l'amour de Christ et d'avancer dans la vie, alors c'est une décision sage et pieuse. Nous devons, dans la mesure du possible, oublier ce qui est derrière nous et nous efforcer d'avancer (Philippiens 3.13). Nous devons nous pardonner réciproquement, « comme Dieu nous a pardonné en Christ » (Éphésiens 4.32). Nous ne devons laisser aucune racine d'amertume naître dans notre cœur (Hébreux 12.15).

Si, par « pardonner et oublier », on entend de faire comme si ce péché contre nous n'avait jamais été commis et vivre comme si on ne s'en souvenait pas, alors cela peut poser problème. Par exemple, une victime de viol peut choisir de pardonner à son violeur, mais cela ne veut nullement dire qu'elle doive faire comme si rien ne s'était passé. Passer du temps en seule à seul avec le violeur, surtout s'il n'est pas repentant, n'est pas ce que les Écritures prescrivent. Le pardon consiste à ne plus en vouloir à quelqu'un pour son offense, mais il y a une différence entre le pardon et la confiance. Il est sage de prendre des précautions et parfois, la dynamique de la relation devra changer. « L'homme prudent voit le mal et se met à l'abri, mais ceux qui manquent d'expérience vont de l'avant et en subissent les conséquences. » (Proverbes 22.3) Jésus a dit à ses disciples : « Soyez donc prudents comme les serpents et purs comme les colombes. » (Matthieu 10.16) Dans nos relations avec les pécheurs non repentants, nous devons être « purs » (prêts à pardonner) et « prudents ».

L'idéal est de pardonner et d'oublier. L'amour ne soupçonne pas le mal (1 Corinthiens 13.5) et couvre une multitude de péchés (1 Pierre 4.8). Cependant, c'est Dieu qui transforme les cœurs et il est sage de ne pas faire trop confiance à une personne qui nous a offensés, jusqu'à ce qu'elle manifeste un réel changement d’attitude. Être prudent ne veut pas dire qu'on n'a pas pardonné, mais qu'on n'est pas Dieu et ne peut donc pas connaître son cœur.

English


Retour à la page d'accueil en français

La Bible nous enseigne-t-elle à pardonner et à oublier ?