Y a-t-il de la misogynie dans la Bible ? Qu'est-ce que la misogynie ?


Question : « Y a-t-il de la misogynie dans la Bible ? Qu'est-ce que la misogynie ? »

Réponse :
La misogynie est la haine ou le mépris des femmes. Ce terme désigne généralement les attitudes et comportements dévalorisants, insultants ou abusifs envers les femmes, comme le fait de considérer les femmes comme moralement ou intellectuellement inférieures aux femmes, la tolérance de sévices faits aux femmes ou l'emploi d'un vocabulaire haineux ou abusif pour les désigner. Les critiques de la foi chrétienne dénoncent parfois la misogynie de la Bible, mais leurs arguments sont contredits à la fois par l'Histoire et par les Écritures.

Ceux qui dénoncent la misogynie de la Bible ont malheureusement souvent la même approche erronée que ceux qui cherchent à la justifier : ils citent des versets en dehors de leur contexte immédiat, imposent des conventions modernes à des cultures antiques et ignorent le message d'ensemble du texte. Surtout, ils ignorent l'impact très positif que le christianisme biblique a eu en faveur des femmes dans le monde entier.

Il suffit d'examiner le contexte pour réfuter la plupart des accusations de misogynie contre la Bible. Un bel exemple est Éphésiens 5.22-24, qui exhorte les femmes à se soumettre à leurs maris « comme au Seigneur ». Les critiques comme les misogynes citent ces mots en dehors de leur contexte pour appuyer l'idée que la Bible enseigne la soumission des femmes aux hommes, alors que le verset suivant exhorte les hommes à aimer leurs femmes « comme Christ a aimé l'Église » (Éphésiens 5.25), « comme leur propre corps », en pourvoyant à leurs besoins et en prenant soin d'elles comme Christ le fait pour son Église (Éphésiens 5.28-30). Christ s'est fait le serviteur de ses disciples (Jean 13.5), allant jusqu'à donner sa vie en sacrifice pour eux (Jean 15.12-14), et nous a ordonné la même chose (Jean 13.13-16). Une interprétation misogyne d'Éphésiens 5 est donc indéfendable.

La misogynie est diamétralement opposée à l'enseignement biblique. Les Écritures affirment que tous les êtres humains sont entièrement égaux aux yeux de Dieu, indépendamment de leur sexe, de leur race et de leurs capacités (Galates 3.28). De plus, Christ lui-même, ainsi que l'Église primitive, respectaient et valorisaient les femmes. Jésus a sauvé une femme coupable d'adultère de ses accusateurs (Jean 8.9-11), Marthe et Marie l'appelaient « maître » (Jean 11.28) et il a défié les codes sociaux en parlant publiquement à la femme samaritaine (Jean 4.9-10). L'Église primitive comptait non seulement beaucoup de femmes parmi ses membres (Actes 8.12, 17.12), mais plusieurs d'entre elles ont joué un rôle important dans l'annonce de l'Évangile (Philippiens 4.3).

La Bible condamne de bien des manières la misogynie des siècles passés et les effets de cette vision du monde radicale se reflètent dans l'histoire. Ceux qui critiquent la Bible pour son attitude envers les femmes doivent examiner la condition des femmes dans les cultures païennes de l'Ancien et du Nouveau Testament, par rapport aux régions dans lesquelles l'Église primitive s'est étendue. Même à notre époque moderne, il suffit de comparer la place des femmes dans les nations d'héritage chrétien à celle des autres nations, ou encore à la misogynie épouvantable d'industries comme la pornographie et le commerce sexuel, qui sont toutes deux en contradiction directe avec les commandements bibliques.

Comme sur d'autres questions sociales, le christianisme biblique a posé les fondements de l'avancée inexorable d'idées comme l'égalité des genres, la valeur et la liberté des femmes. Une morale enracinée dans une vision du monde chrétienne a ouvert la voie à un niveau de parité hommes-femmes et d’égalité des chances jamais encore égalés dans les cultures non-chrétiennes ou seulement atteints par elle sous la pression des cultures chrétiennes.

Il est également important de faire la distinction entre la description de comportements misogynes et le fait de les cautionner. Les livres d'Histoire peuvent exposer en détail les horreurs de l'Holocauste sans qu'on soupçonne l'éditeur de sympathies avec le nazisme. La Bible décrit clairement des actes de misogynie, mais elle les condamne. On peut citer, par exemple, le viol et le meurtre de la concubine en Juges 19.25-29, un acte si odieux qu'il a provoqué une guerre civile. Les critiques de la Bible citent ces épisodes sans préciser que si ces choses sont racontées et condamnées, elles ne sont nulle part encouragées.

De même, il faut distinguer la question une misogynie à laquelle encouragerait la Bible du détournement des Écritures opérés par les hommes pour justifier leur injustice. Même si ces interprétations sont ridicules, il y a aussi eu des tentatives de justification de la misogynie par la science, l'Histoire et le droit. Ni les Israélites, ni Jésus, ni l'Église primitive n'étaient misogynes : le cadre moral biblique ne permet pas qu’on le soit. Ainsi, on ne peut rejeter sur la Bible la misogynie de ceux qui l'ont détournée pour se justifier. Au contraire, le fait qu’on ait eu besoin de citer les passages hors contexte montre que, pour attribuer de la misogynie à la Bible, il est essentiel de présenter ces passages séparés de l'ensemble du texte et de la foi chrétienne elle-même.

English


Retour à la page d'accueil en français

Y a-t-il de la misogynie dans la Bible ? Qu'est-ce que la misogynie ?