Le livre de Nahum



 

Auteur : L’auteur du livre de Nahum se présente lui-même comme Nahum (qui signifie en hébreu « consolateur »), originaire d’Elkosh (1.1). Beaucoup de théories ont été avancées sur la situation géographique de cette ville, sans qu’aucune preuve concluante n’ait été apportée. Une certaine thèse veut que la ville d’Elkosh ne soit autre que Capernaüm (qui signifie littéralement « le village de Nahum ») sur la mer de Galilée.

Date de rédaction : Étant donné le peu d’information que nous avons concernant Nahum, le mieux que nous puissions faire est de situer plus précisément l’époque où le livre de Nahum a été écrit, c’est-à-dire entre 663 et 612 av. J.-C. Deux événements sont mentionnés qui nous aident à déterminer ces dates. Tout d’abord, Nahum mentionne la ville de Thèbes (« No-Amon ») en Égypte, tombant aux mains des Assyriens (663 av. J.-C.) et il le mentionne à l’imparfait, ce qui signifie que cet événement a déjà eu lieu. Deuxièmement, le reste des prophéties de Nahum se sont accomplies en 612 av. J.-C.

Objectif : Nahum n’a pas écrit ce livre comme un avertissement ou un « appel à la repentance » à l’intention du peuple de Ninive. Dieu leur avait déjà envoyé le prophète Jonas 150 ans plus tôt, avec sa promesse de ce qui arriverait s’ils continuaient dans leurs mauvaises voies. Le peuple à cette époque s’était repenti, mais entre-temps ils étaient retombés dans leurs mauvaises voies, et même pire qu’avant. Les Assyriens étaient devenus extrêmement violents dans leurs conquêtes (entre autres atrocités, ils pendaient les corps de leurs victimes sur des poteaux et exposaient leurs peaux sur les murs de leurs tentes). Cependant, Nahum disait au peuple de Juda de ne pas désespérer, car Dieu avait prononcé un jugement sur les Assyriens, qui allaient bientôt recevoir ce qu’ils méritaient.

Versets-clé : Nahum 1.7 - « L’Éternel est bon, il est un refuge au jour de la détresse ; il connaît ceux qui se confient en lui. »

Nahum 1.14 - « Voici ce qu’a ordonné sur toi l’Éternel : Tu n’auras plus de descendants qui portent ton nom. »

Nahum 2.1 - « Voici sur les montagnes les pieds du messager qui annonce la paix ! » Voir aussi Ésaïe 52.7 et Romains 10.15.

Nahum 2.13 - « Voici, j’en veux à toi, dit l’Éternel des armées. »

Nahum 3.19 - « Il n’y a point de remède à ta blessure, ta plaie est mortelle. Tous ceux qui entendront parler de toi battront des mains sur toi ; car quel est celui que ta méchanceté n’a pas atteint ? »

Bref résumé : Ninive avait répondu dans le passé à la prédication de Jonas et s’était détournée de ses mauvaises voies pour servir l’Éternel Dieu. Mais 150 ans plus tard, Ninive retourne vers ses idoles, sa violence et son arrogance (Nahum 3.1-4). Une fois encore, Dieu envoie un de ses prophètes vers Ninive, prêchant le jugement par la destruction de la ville et les exhortant à la repentance. Malheureusement, les gens de Ninive ne prirent pas l’avertissement de Nahum au sérieux et la ville fut placée sous la domination de Babylone.

Préfigurations : L’Apôtre Paul cite Nahum 2.1 en Romains 10.15, en référence au Messie et à son ministère, ainsi qu’à celui des Apôtres de Christ. Cela pourrait aussi s’appliquer à tout ministère de l’Évangile dont l’objectif est de « prêcher l’Évangile de paix ». Dieu a fait la paix avec les pécheurs par le sang de Christ, et a donné à son peuple « la paix qui surpasse toute intelligence » (Philippiens 4.7). Le travail du prédicateur est aussi d’apporter « une bonne nouvelle qui sera pour tous le sujet d’une grande joie » (Luc 2.10), telles que la réconciliation, la justice, le pardon, la vie, et le salut éternel par un Christ crucifié. La prédication d’un tel Évangile et le fait d’apporter une nouvelle si joyeuse, fait que leurs pieds sont beaux (Ésaïe 52.7) ! L’image ici est celle de quelqu’un qui court vers les autres, impatient et joyeux de proclamer la bonne nouvelle du salut.

Application concrète : Dieu est patient et lent à la colère. Il donne à chaque pays du temps pour Le proclamer Seigneur. Mais on ne se moque pas de Dieu. Chaque fois qu’un pays se détourne de lui pour servir ses propres ambitions, Dieu va intervenir avec son jugement. Il y a presque 220 ans, les États-Unis furent une nation formée, fondée et guidée par des principes que l’on trouve dans la Bible. Durant les 50 dernières années, il y a eu un changement et nous nous dirigeons chaque jour davantage dans la direction opposée. En tant que chrétiens, il est de notre devoir de défendre les principes bibliques et la vérité des Écritures, car la Vérité reste le seul espoir pour notre pays.


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble de l’Ancien Testament

Le livre de Nahum