Le livre de 1 Samuel



 

Auteur : L’auteur de ce livre est inconnu. On sait que Samuel a écrit un livre (1 Samuel 10.25) et il est tout-à- fait possible qu’il ait aussi écrit une partie de celui-ci. D’autres contributeurs possibles sont les prophètes et historiens Nathan et Gad (voir 1 Chroniques 29.29).

Date de rédaction : Les deux livres de Samuel n’en formaient qu’un seul à l’origine. Les traducteurs de la Septante les ont séparés et nous conservons depuis cette séparation. Les événements rapportés dans le premier livre de Samuel se sont déroulés sur une période de cent ans environ, de 1100 av. J.-C. à 1000 av. J.-C. Les événements du deuxième livre de Samuel couvrent une période supplémentaire de 40 ans. La date de rédaction pourrait donc se situer peu après 960 av. J.-C.

Objectif : Le premier livre de Samuel raconte l’histoire d’Israël dans le pays de Canaan, alors la nation passe de l’autorité des juges à une nation unie sous des rois. Samuel, le dernier juge, oint les deux premiers rois, Saül et David.

Versets-clé : « Cela déplut à Samuel qu’ils disent : « Donne-nous un roi pour nous juger », et il pria l’Éternel. L’Éternel dit à Samuel : « Écoute le peuple dans tout ce qu’il te dira, car ce n’est pas toi qu’ils rejettent, c’est moi, afin que je ne règne plus sur eux. » » (1 Samuel 8.6-7)

« Samuel dit à Saül : « Tu t’es comporté de façon stupide ! Tu n’as pas respecté le commandement que l’Éternel, ton Dieu, t’avait donné. L’Éternel aurait affermi pour toujours ton règne sur Israël, mais maintenant ton règne ne durera pas. L’Éternel s’est choisi un homme selon son cœur, et il l’a destiné à être le chef de son peuple. Cela arrivera parce que tu n’as pas respecté ce que l’Éternel t’avait ordonné. » » (1 Samuel 13.13-14)

« Samuel dit : « L’Éternel trouve-t-il autant de plaisir dans les holocaustes et les sacrifices que dans l’obéissance à sa voix ? Non, l’obéissance vaut mieux que les sacrifices et l’écoute attentive vaut mieux que la graisse des béliers. Oui, la révolte est aussi coupable que la divination, et la résistance au Seigneur est aussi fautive que le recours aux théraphim. Puisque tu as rejeté la parole de l’Éternel, il te rejette lui aussi comme roi. » (1 Samuel 15.22-23)

Bref résumé : Le premier livre de Samuel peut être divisé en deux sections : la vie de Samuel (chapitres 1-12) et la vie de Saül (chapitres 13-31).

Il commence par le récit de la naissance miraculeuse de Samuel en réponse à la prière sincère de sa mère. dans son enfance, Samuel vivait et servait dans le Temple. Dieu l’a choisi comme prophète (3.19-21) et sa première prophétie a annoncé le jugement des prêtres corrompus.

Les Israélites sont ensuite partis en guerre contre leurs anciens ennemis, les Philistins, qui se sont emparés de l’arche de l’Alliance et l’ont gardée quelque temps en leur possession ; mais quand l’Éternel a fait s’abattre son jugement, ils l’ont restituée. Samuel a appelé Israël à la repentance (7.3-6) et à la victoire sur les Philistins.

Le peuple d’Israël a alors demandé un roi, pour être comme les autres nations. Leur demande a déplu à Samuel, mais l’Éternel lui a dit que ce n’est pas l’autorité du prophète que le peuple rejetait, mais celle de Dieu. Après avoir averti le peuple des conséquences de leur choix, Samuel a oint un Benjaminite du nom de Saül, qui sera couronné à Mitspa (10.17-27).

Les débuts de Saül sont couronnés de succès : il bat les Ammonites (chapitre 11). Mais ensuite, il commet toute une série d’erreurs : il offre un sacrifice, ce qu’il n’était pas autorisé à faire (chapitre 13), fait un vœu insensé aux dépens de son fils Jonathan (chapitre 14) et désobéit à un ordre direct de l’Éternel (chapitre 15). À cause de sa rébellion, Dieu a choisi quelqu’un d’autre pour prendre sa place. Entre-temps, il lui a retiré sa bénédiction et un esprit méchant a commencé à le tourmenter, le poussant à la folie (16.14).

Samuel est parti pour Bethléem, pour oindre un jeune homme du nom de David en tant que prochain roi (chapitre 16). Par la suite, David deviendra un héros national à l’occasion de son célèbre combat contre Goliath le Philistin (chapitre 17). Il a commencé à servir à la cour de Saül, a épousé sa fille et s’est lie d’amitié avec son fils. Saül lui-même, jaloux de son succès et de sa popularité, tente de le tuer. David s’enfuit et c’est le début d’une période exceptionnelle, remplie d’aventures, d’intrigues et de romance. Grâce à une aide surnaturelle, David parvient toujours de justesse à échapper à un Saül avide de sang (chapitres 19-26), tout en conservant son intégrité et son amitié avec Jonathan.

Vers la fin du livre, Samuel est mort et Saül est perdu. La veille d’une bataille contre les Philistins, Saül cherchait des réponses. Ayant rejeté Dieu, il n’a reçu aucune aide du ciel et a fini par chercher conseil auprès d’une voyante. Au cours de la séance, l’esprit de Samuel est revenu du séjour des morts pour une dernière prophétie : Saül mourrait au combat le lendemain. La prophétie s’est accomplie ; les trois fils de Saül, y compris Jonathan, tombent au combat et Saül se suicide.

Préfigurations : La prière d’Anne en 1 Samuel 2.1-10 contient plusieurs références prophétiques à Jésus-Christ. Elle loue Dieu comme son rocher (v. 2), et nous savons par les Évangiles que Jésus est le roc sur lequel nous devons bâtir nos demeures spirituelles. Paul fait référence à Jésus comme un « rocher de scandale » pour les Juifs (Romains 9.33). Christ est aussi appelé le « rocher spirituel » qui a fourni aux Israélites dans le désert leur breuvage spirituel, tout comme il donne « l’eau vive » à nos âmes (1 Corinthiens 10.4, Jean 4.10). La prière d’Anne fait aussi référence à l’Éternel qui jugera les extrémités de la terre (2.10), alors que Matthieu 25.31-32 fait référence à Jésus comme le Fils de l’homme qui viendra dans sa gloire pour juger tous les hommes.

Application concrète : La tragédie de la vie de Saül est un exemple d’occasions manquées. Voilà un homme qui avait tout pour lui : l’honneur, l’autorité, la richesse, la beauté et bien plus encore. Pourtant, il est mort désespéré, terrifié par ses ennemis et conscient qu’il avait manqué à son devoir envers sa nation, sa famille et son Dieu.

Saül a fait l’erreur de penser qu’il pouvait plaire à Dieu tout en lui désobéissant. Comme beaucoup de gens aujourd’hui, il croyait qu’une bonne motivation compenserait une mauvaise conduite. Peut-être le pouvoir lui est-il monté à la tête et il a commencé à se croire au-dessus des lois. Il avait manifestement une piètre opinion des commandements de Dieu et une haute opinion de lui-même. Même mis face à face avec son inconduite, il a essayé de se justifier, et c’est là que Dieu l’a rejeté (15.16-28).

Le problème de Saül est un problème auquel nous sommes tous confrontés, qui vient de notre cœur. Pour réussir, nous devons obéir à Dieu, et si nous nous rebellons contre lui, nous courons à notre perte.

David, de son côté, n’avait rien pour lui à première vue. Même Samuel a été tenté de l’ignorer (16.6-7). Mais Dieu, qui regarde au cœur, a vu en David un homme selon son cœur (13.14). L’humilité et l’intégrité de David, ainsi que son courage au service de l’Éternel et à sa consécration à la prière, sont un bon exemple pour nous tous.


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble de l’Ancien Testament

Le livre de 1 Samuel