Qu’est-ce que le léviathan ?



 


Question : « Qu’est-ce que le léviathan ? »

Réponse :
Le léviathan est un animal aquatique géant. La Bible le décrit comme un monstre féroce et puissant. Le terme hébreu « Léviathan » signifie « enroulé » ou « tortueux ». Ésaïe 27.1 parle du « léviathan, ce serpent fuyard […] le léviathan, ce serpent tortueux […] le monstre qui est dans la mer ». Cet animal monstrueux, quel qu’il soit (ou était), était connu pour sa force et sa sauvagerie.

On ne trouve qu’une poignée de références au léviathan dans l’Ancien Testament. La plupart de ces passages le décrivent comme une créature réelle, familière de leurs destinataires premiers qui, s’ils ne l’avaient jamais vu, en avaient en tout cas entendu parler (mais gardaient évidemment leurs distances). Le Psaume 104.25-26 loue Dieu comme le Créateur de la demeure du léviathan : « Voici la mer, immense et vaste : là vivent, innombrables, des animaux, petits et grands. Les bateaux la sillonnent, tout comme le léviathan, que tu as formé pour qu’il y joue ». Seul un grand Dieu a pu créer le léviathan et un endroit assez grand pour qu’il puisse y « jouer » en toute sécurité.

En Ésaïe 27.1, le léviathan symbolise les méchants rois de la terre, qui résistent au peuple de Dieu. La puissance des nations malfaisantes peut être terrifiante, mais Dieu garantit à ses enfants qu’aucun mal, si monstrueux soit-il, ne puisse les défaire : « Ce jour-là, l’Éternel interviendra à l’aide de sa dure, grande et forte épée contre le léviathan, ce serpent fuyard, oui, contre le léviathan, ce serpent tortueux. Il tuera le monstre qui est dans la mer ». Le Psaume 74.14 contient une référence semblable à la victoire de Dieu sur le léviathan ; le Pharaon d’Égypte est très probablement visé.

La description la plus détaillée du Léviathan en tant qu’animal marin se trouve en Job 41. Dans ce chapitre, Dieu met l’accent sur sa taille, sa force et sa férocité. Le léviathan ne peut être attaché ou dompté (40.25, 29), sa vue seule inspire la crainte (verset 2) et il vaut mieux ne pas le provoquer (versets 1, 3). Il a une forme gracieuse (verset 4), mais il est exceptionnellement bien protégé par ses écailles (versets 5, 7-9). Son ventre est aussi impénétrable que son dos (versets 7, 16). Ses dents sont effrayantes (verset 6) et la mort attend tous ceux qui passent trop près de sa bouche (versets 10-13). Il terrifie même les plus puissants des hommes (verset 17). Aucune épée, lance, javelot, flèche, pierre ou bâton ne peut le défaire (versets 18, 20-21). Il ne peut être enfermé dans une cage, car il brise le fer comme la paille (verset 19). Sur terre, il laisse des ornières derrière lui, et dans l’eau, un sillage profond et remuant (versets 22-24). Cette description du léviathan conclut sur l’affirmation qu’il est vraiment le roi des animaux : « Il défie tout ce qui est grand, il est le roi des plus fiers animaux » (verset 26).

Quel animal Job 41 décrit-il donc ? Certains commentateurs pensent que le Léviathan est un crocodile, d’autres, un requin ou une baleine, mais la description biblique semble correspondre mieux aux grands reptiles marins comme le plésiosaure. Il n’y a rien de surprenant à penser que Job aurait pu connaître un dinosaure, au vu de l’ancienneté de son livre.

En Job 41, Dieu exprime que le Léviathan est également soumis à sa souveraineté. Alors que Job doutait de lui (Job 26-31), Dieu inverse la situation et se sert de l’image du puissant léviathan pour mettre l’accent sur sa faiblesse et sa fragilité. Si Dieu a créé le léviathan (un animal contre lequel Job ne fait pas le poids), quel grand Dieu doit-il être ! Dans ce cas, de quel droit Job s’en prend-il au tout-puissant ?

Le léviathan était une créature dangereuse, qui mettait en fuite des marins aguerris. Il n’est pas un mythe, mais un animal marin réel, soumis seulement à son Créateur : « Qui donc pourrait me résister en face? Qui m’a donné le premier pour que je le paie en retour ? Tout ce qui est sous le ciel m’appartient » (Job 41.2-3).


Retour à la page d'accueil en français

Qu’est-ce que le léviathan ?