L’Evangile de Marc



 

Auteur : Bien que l’Évangile de Marc ne précise pas qui en est l’auteur, le témoignage unanime des Pères de l’Église est qu’il s’agit de Marc. Il était un compagnon de l’Apôtre Pierre, ainsi que son fils spirituel (1 Pierre 5.13). Il reçut de Pierre des informations de première main concernant les événements et enseignements du Seigneur, et les a préservées sous forme écrite.

Il est généralement reconnu que Marc est le « Jean Marc » du Nouveau Testament (Actes 12.12). Sa mère était une chrétienne fortunée ayant un rôle important dans l’Église de Jérusalem, et il est fort probable que l’Église se réunissait dans leur maison. Marc se joignit à Paul et Barnabas pour leur premier voyage missionnaire, mais pas pour le second à cause d’un vif désaccord entre les deux hommes (Actes 15.37-38). Pourtant, vers la fin de sa vie, Paul demanda que Marc le rejoigne dans le ministère (2 Timothée 4.11).

Date de rédaction : L’Évangile de Marc est considéré comme un des premiers livres du Nouveau Testament à avoir été écrits, probablement entre 57 et 59 ap. J.-C.

Objectif : Alors que l’Évangile de Matthieu a été écrit principalement à l’intention de ses frères Juifs, l’Évangile de Marc apparaît comme s’adressant aux chrétiens romains, et particulièrement aux Gentils (non-Juifs). Marc écrivit en tant que pasteur à des chrétiens qui avaient auparavant entendu l’Évangile et y a avaient cru (Romains 1.8). Il désirait qu’ils détiennent un récit biographique de Jésus-Christ comme Serviteur de l’Éternel et Sauveur du monde, afin de fortifier leur foi en face de sévères persécutions, et pour leur enseigner ce que signifiait être ses disciples.

Versets-clé : Marc 1.11 - « Et une voix fit entendre des cieux ces paroles : Tu es mon Fils bien-aimé, en toi j’ai mis toute mon affection. »

Marc 1.17 - « Jésus leur dit : Suivez-moi, et je vous ferai pêcheurs d’hommes. »

Marc 10.14-15 - « Jésus voyant cela fut indigné, et leur dit : laissez venir à moi les petits enfants, et ne les empêchez pas ; car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. »

Marc 10.45 - « Car le Fils de l’homme est venu, non pour être servi, mais pour servir et donner sa vie comme la rançon de beaucoup. »

Marc 12.29-30 - « Jésus répondit : Voici le premier … Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton cœur, de toute ton âme, de toute ta pensée, et de toute ta force. Voici le second : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. »

Marc 16.6 - « Il leur dit : Ne vous épouvantez pas ; vous cherchez Jésus de Nazareth, qui a été crucifié ; il est ressuscité, il n’est point ici ; voici le lieu où on l’avait mis. »

Marc 16.15 - « Puis il leur dit : Allez par tout le monde, et prêchez la bonne nouvelle à toute la création. »

Bref résumé : Cet Évangile est unique parce qu’il met l’accent sur les actes de Jésus plus que sur son enseignement. Il est écrit dans un style simple, passant rapidement d’un épisode de la vie de Christ à l’autre. Il ne commence pas avec une généalogie telle que celle que l’on trouve en Matthieu 1, parce son ascendance n’aurait présenté aucun intérêt pour les Gentils (non-Juifs). Après la présentation de Jésus lors de son baptême, il commença son ministère public en Galilée et appela les quatre premiers de ses douze disciples. Ce qui vient ensuite est le récit de la vie de Jésus, sa mort et sa résurrection.

Le récit de Marc n’est pas seulement une série d’événements, mais c’est un récit qui fut écrit dans le but de révéler que Jésus est le Messie, non seulement pour les Juifs, mais aussi pour les Gentils. Dans une profession de foi dynamique, les disciples, à l’initiative de Pierre, déclarèrent leur foi en lui (Marc 8.29-30), bien qu’ils n’aient pleinement compris la vérité de sa mission en tant que Messie, qu’après sa résurrection.

Pendant que nous suivons ses voyages à travers la Galilée, les contrées avoisinantes, puis en Judée, nous réalisons quel rythme rapide qu’il s’imposait. Il a touché les vies de beaucoup de gens, mais il a laissé une marque indélébile sur ses disciples. Lors de la transfiguration (Marc 9.1-9), il donna à trois d’entre eux un aperçu de son retour futur en puissance et en gloire, et une fois encore il leur a été révélé qui il était.

Pourtant, dans les jours qui précédèrent son dernier voyage à Jérusalem, nous les voyons déroutés, craintifs et sceptiques. Au moment de son arrestation, Jésus resta seul après qu’ils se soient tous enfuis. Pendant les heures qui suivirent les parodies de procès, Jésus proclama avec autorité qu’il était le Christ, le Fils du Dieu béni, et qu’il reviendrait triomphant dans la gloire. (Marc 14.61-62) La plupart de ses disciples ne furent pas témoins des événements extraordinaires qui culminèrent autour et au moment de la crucifixion, la mort, l’ensevelissement et la résurrection. Mais plusieurs femmes fidèles furent témoins de sa passion. Après le Sabbat, très tôt le matin du premier jour de la semaine, elles se rendirent au sépulcre. Ce n’est pas le corps de Jésus qu’elles virent, mais un ange vêtu d’une robe blanche. Le joyeux message qu’elles reçurent fut celui-ci : « Il est ressuscité ! » Les femmes furent les premières évangélistes alors qu’elles répandaient la bonne nouvelle de sa résurrection. Ce même message a été crié sur les toits, à travers le monde, durant les siècles qui suivirent jusqu’à nous aujourd’hui.

Liens : Puisque l’auditoire cible de l’Évangile de Marc était composé de Gentils (non-Juifs), il ne cite pas l’Ancien Testament aussi souvent que l’a fait Matthieu, qui écrivait principalement à l’intention des Juifs. Il n’entame pas son récit par une généalogie établissant un lien entre Jésus et les patriarches juifs, mais commence plutôt par son baptême, le début de son ministère terrestre. Mais même là, Marc cite une prophétie de l’Ancien Testament concernant le Messager, Jean- Baptiste, qui exhorterait le peuple à « préparer le chemin du Seigneur » (Marc 1.3, Ésaïe 40.3) puisqu’ils attendaient la venue de leur Messie.

Jésus fait référence à l’Ancien Testament dans plusieurs passages de l’Évangile de Marc. En Marc 7.6, Jésus réprimanda les pharisiens pour leur culte superficiel envers Dieu, l’honorant de leurs lèvres alors que leurs cœurs étaient éloignés de lui, et il fait référence à leur propre prophète Ésaïe, pour les convaincre de la dureté de leurs cœurs (Ésaïe 29.13). Jésus fit référence à une autre prophétie de l’Ancien Testament qui devait s’accomplir cette nuit-même, et où les disciples seraient dispersés comme des brebis qui n’ont pas de bergers, lorsque Jésus fut arrêté et mis à mort (Marc 14.27, Zacharie 13.7). Il fit à nouveau référence à Ésaïe lorsqu’il chassa du Temple les changeurs (Marc 11.15-17, Ésaïe 56.7, Jérémie 7.11), puis aux Psaumes lorsqu’il expliqua qu’il était la pierre angulaire de notre foi et de l’Église (Marc 12.10-11, Psaumes 118.22-23).

Application concrète : Marc présente Jésus comme le serviteur souffrant de Dieu (Marc 10.45) et comme celui qui est venu pour servir et se sacrifier pour nous, en partie pour nous inspirer à faire la même chose. Nous devons servir comme il l’a fait, avec une humilité aussi grande et le même dévouement au service des autres. Jésus nous engage à nous rappeler que, pour être grand dans le royaume de Dieu, nous devons être les serviteurs de tous (Marc 10.44). Le sacrifice de soi-même devrait dépasser notre besoin d’être reconnu ou récompensé, tout comme Jésus s’est volontairement abaissé lorsqu’il a donné sa vie pour ses brebis.


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble du Nouveau Testament

L’Evangile de Marc