L’épître aux Romains



 

Auteur : Romains 1.1 nous indique que l’auteur de l’Épître aux Romains est l’Apôtre Paul. Romains 16.22 nous indique aussi que Paul fit appel à un homme nommé Tertius pour écrire ses paroles.

Date de rédaction : L’Épître aux Romains a probablement été écrite entre 56 et 58 ap. J.-C.

Objectif : Comme pour toutes les Épîtres de Paul, son objectif était de proclamer la gloire du Seigneur Jésus-Christ, en enseignant la saine doctrine et en édifiant et en encourageant les chrétiens qui recevraient sa lettre. Paul était très préoccupé par ceux à qui il écrivait, c’est-à-dire ceux de Rome qui étaient « bien-aimés de Dieu, appelés saints par vocation » (Romains 1.7). Étant lui-même un citoyen romain, il avait une passion unique pour les chrétiens de l’église de Rome. Dès lors qu’à ce stade il n’avait pas encore visité l’église de Rome, cette lettre était aussi une opportunité pour lui de se présenter à eux.

Versets-clé : Romains 1.16 - « Car je n’ai point honte de l’Évangile : c’est la puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec. »

Romains 3.9-11 - « Quoi donc ! Sommes-nous plus excellents ? Nullement. Car nous avons déjà prouvé que tous, Juifs et Grecs (païens), sont sous l’empire du péché. Selon qu’il est écrit : Il n’y a point de juste, pas même un seul ; nul n’est intelligent, nul ne cherche Dieu. »

Romains 3.21 - « Mais maintenant, sans la loi est manifestée la justice de Dieu, à laquelle rendent témoignage la loi et les prophètes. »

Romains 3.23 - « Car tous ont péché et sont privés de la gloire de Dieu». Romains 5.8 « Mais Dieu prouve son amour envers nous, en ce que, lorsque nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. »

Romains 6.23 - « Car le salaire du péché, c’est la mort ; mais le don gratuit de Dieu, c’est la vie éternelle en Jésus-Christ notre Seigneur. »

Romains 8.9 - « Pour vous, vous ne vivez pas selon la chair, mais selon l’Esprit, si du moins l’Esprit de Dieu habite en vous. Si quelqu’un n’a pas l’Esprit de Christ, il ne lui appartient pas. »

Romains 8.28 - « Nous savons du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. »

Romains 8.38-39 - « Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. »

Romains 10.9-10 - « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé. Car c’est en croyant du cœur qu’on parvient à la justice, et c’est en confessant de la bouche qu’on parvient au salut. »

Romains 12.1 - « Je vous exhorte donc, frères, par les compassions de Dieu, à offrir vos corps, comme un sacrifice vivant, saint, agréable à Dieu, ce qui sera de votre part un culte raisonnable. »

Romains 12.19 - « Ne vous vengez point vous-mêmes, bien-aimés, mais laissez agir la colère ; car il est écrit : À moi la vengeance, à moi la rétribution, dit le Seigneur. »

Romains 16.17 - « Je vous exhorte, frères, à prendre garde à ceux qui causent des divisions et des scandales, au préjudice de l’enseignement que vous avez reçu. Éloignez-vous d’eux. »

Bref résumé : Paul était encouragé par le fait qu’il allait pouvoir, enfin, servir ceux de l’église de Rome, et tous en étaient bien conscients (Romains 1.8-15). L’Épître aux Romains a été écrite à Corinthe juste avant le voyage de Paul à Jérusalem où il devait remettre le résultat de la collecte en faveur des pauvres aux mains des saints de Jérusalem. Il voulait se rendre à Rome et ensuite en Espagne (Romains 15.24), mais ses projets ont reçu un coup d’arrêt lorsqu’il a été emprisonné à Jérusalem. Il allait effectivement se rendre à Rome, mais en tant que prisonnier. C’est probablement Phoebe, qui était membre de l’église de Cenchrées près de Corinthe (Romains 16.1), qui remit cette lettre à l’église de Rome.

L’Épître aux Romains est premièrement un livre de doctrine, qui peut être divisé en quatre sections : la justice nécessaire, 1.18-3.20, la justice imputée, 3.21-8.39, la justice confirmée, 9.1-11.36, la justice pratiquée 12.1-15.13.

Le thème principal de cette Épître est évident : la justice (comment être juste devant Dieu). Paul, guidé par le Saint-Esprit, déclare tout d’abord que tous les hommes sont condamnés à cause de leur péché. Il exprime son désir de prêcher la vérité de la parole de Dieu à ceux de Rome. Il voulait avoir l’assurance qu’ils restaient fermes dans la bonne voie. Il déclare avec hardiesse qu’il n’a pas honte de l’Évangile (Romains 1.16), car c’est la puissance de Dieu par laquelle tout le monde peut être sauvé.

L’Épître aux Romains nous dit qui est Dieu et ce qu’il a accompli. Elle nous parle de Jésus-Christ, de ce que sa mort a accompli. Elle nous parle de nous-mêmes, de ce que nous étions sans Christ et qui nous sommes devenus après avoir mis notre foi en Christ. Paul nous fait remarquer que Dieu n’a pas demandé aux hommes de mettre leur vie en règle avant de venir à Jésus-Christ : alors que nous étions encore pécheurs, Christ est mort sur la croix pour expier nos péchés.

Liens : Paul utilise plusieurs personnages et événements de l’Ancien Testament pour illustrer les vérités glorieuses de l’Épître aux Romains. Abraham crut à Dieu et cela lui fut imputé à justice, ce ne fut pas par ses œuvres (Romains 4.1-5). En Romains 4.6-9, Paul fait référence à David qui proclame la même vérité : « Heureux ceux dont les iniquités sont pardonnées, et dont les péchés sont couverts ! Heureux l’homme à qui Dieu n’impute pas son péché ! » Paul utilise aussi l’histoire de Sara et d’Isaac, le fils de la promesse, pour illustrer le principe que les chrétiens sont les enfants de la promesse de la grâce de Dieu à travers Christ. Aux chapitres 9-11, Paul raconte l’histoire de la nation d’Israël et déclare que Dieu n’a pas complètement ni définitivement rejeté Israël (Romains 11.11-12), mais qu’il lui a permis de « trébucher » seulement jusqu’à ce que la totalité des païens soit sauvée.

Application concrète : L’Épître aux Romains nous montre clairement que nous ne pouvons rien faire pour nous sauver nous-mêmes. Chaque « bonne œuvre » que nous avons faite est comme un vêtement souillé aux yeux de Dieu. Nous étions morts dans nos péchés à un tel point que seules la grâce et la miséricorde de Dieu pouvaient nous sauver. Dieu a exprimé cette grâce et cette miséricorde en envoyant son Fils, Jésus-Christ, pour mourir sur la croix à notre place. Lorsque nous soumettons nos vies à Christ, nous ne sommes plus dirigés par notre nature pécheresse, mais nous sommes mus. par l’Esprit de Dieu. Si nous confessons que Jésus est Seigneur, et si nous croyons que Dieu l’a ressuscité des morts, nous sommes sauvés, nés de nouveau. Nous devons vivre nos vies, offertes à Dieu comme un sacrifice vivant. L’adoration du Dieu qui nous a sauvés devrait être notre désir le plus grand. La meilleure mise en pratique de Romains serait peut-être d’appliquer Romains 1.16, et ne pas avoir honte de l’Évangile. Aussi, encourageons-nous les uns les autres et soyons tous fidèles à proclamer l’Évangile !


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble du Nouveau Testament

L’épître aux Romains