L’Epître à Tite



 

Auteur : Tite 1.1 nous indique que l’Apôtre Paul est l’auteur de l’Épître à Tite.

Date de rédaction : L’Épître à Tite a été écrite vers 66 ap. J.-C. Les nombreux voyages de Paul sont bien documentés et montrent qu’il a écrit à Tite de Nicopolis en Épire. Dans certaines Bibles, un commentaire ou indice historique ajouté à l’Épître semble indiquer que Paul a écrit d’une ville appelée Nicopolis, qui aurait été située en Macédoine. Cependant, cet endroit n’a jamais existé et les commentaires ajoutés ne font pas autorité car ils ne sont pas authentiques.

Objectif : L’Épître à Tite est connue comme une des Épîtres pastorales, avec les deux Épîtres à Timothée. Cette Épître a été écrite par l’Apôtre Paul pour encourager Tite, son frère dans la foi, qu’il avait laissé en Crète pour diriger l’église que Paul avait fondée pendant un de ses voyages missionnaires (Tite 1.5). Cette Épître conseille Tite sur les qualifications nécessaires pour les responsables dans l’église locale. Il avertit aussi Tite de la réputation de ceux qui vivent sur l’île de Crète (Tite 1.12).

En plus des instructions à Tite sur les vertus à rechercher dans un responsable d’église, Paul encourage aussi Tite à revenir à Nicopolis lui rendre visite. En d’autres termes, Paul continue à suivre et à conseiller Tite, ainsi que d’autres chrétiens, dans leur croissance dans la grâce du Seigneur (Tite 3.13).

Versets-clé : Tite 1.5 - « Je t’ai laissé en Crète, afin que tu mettes en ordre ce qui reste à régler, et que, selon mes instructions, tu établisses des anciens dans chaque ville. »

Tite 1.16 - « Ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles, et incapables d’aucune bonne œuvre. »

Tite 2.15 - « Dis ces choses, exhorte, et reprends, avec une pleine autorité. Que personne ne te méprise. »

Tite 3.3-6 - « Car nous aussi, nous étions autrefois insensés, désobéissants, égarés, asservis à toute espèce de convoitises et de voluptés, vivant dans la méchanceté et dans l’envie, dignes d’êtres haïs, et nous haïssant les uns les autres. Mais, lorsque la bonté de Dieu notre Sauveur et son amour pour les hommes ont été manifestés, il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le bain de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. Il l’a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur. »

Bref résumé : Tite était certainement très heureux de recevoir une lettre de son mentor, l’Apôtre Paul. Paul était un homme hautement respecté, à juste titre, après qu’il ait établi plusieurs églises en Asie Mineure. Tite lut cette introduction célèbre de l’Apôtre Paul : « À Tite, mon enfant légitime en notre commune foi : que la grâce et la paix te soient données de la part de Dieu le Père et de Jésus-Christ notre Sauveur ! » (Tite 1.4)

L’île de Crète où Paul avait laissé Tite pour diriger l’église, était habitée par des natifs de l’île et par des Juifs qui ne connaissaient pas la vérité de Jésus-Christ (Tite 1.12-14). Paul pensait qu’il relevait de sa responsabilité de poursuivre son enseignement auprès de Tite pour l’instruire et l’encourager à développer des leaders (des « anciens ») au sein de l’église de Crète. Alors que l’Apôtre Paul dirigeait Tite dans sa recherche de responsables, Paul indiqua aussi à Tite la manière dont il devrait instruire ces responsables (anciens) afin qu’ils puissent grandir dans leur foi en Christ. Ses instructions contenaient à la fois des instructions pour les hommes et pour les femmes de toute âge (Tite 2.1-8).

Pour aider Tite à persévérer dans la foi en Christ, Paul lui suggéra de venir à Nicopolis et d’amener avec lui deux autres membres de l’église (Tite 3.12-13).

Liens : Encore une fois, Paul estime nécessaire d’instruire les anciens de l’église de se méfier de ceux qui judaïsaient, ceux qui essaient d’ajouter les œuvres au don de la grâce qui seule produit le salut. Il donne des avertissements contre ceux qui sont des imposteurs rebelles, spécialement ceux qui continuent à soutenir que la circoncision et l’adhésion à des rituels et à des cérémonies issues de la Loi de Moïse étaient toujours nécessaires (Tite 1.10-11). C’est un thème récurrent dans toutes les Épîtres de Paul, et dans l’Épître à Tite il va jusqu’à dire « qu’il faut leur fermer la bouche ».

Application concrète : L’Apôtre Paul mérite toute notre attention lorsque nous cherchons dans la bible des instructions pour vivre une vie qui plaise à notre Seigneur. Nous apprenons ce que nous devrions éviter, ainsi que ce que nous devrions imiter de tout notre cœur. Paul suggère que nous recherchions la pureté en évitant les choses qui souillent nos pensées et nos consciences. Puis, Paul déclare quelque chose que nous ne devrions jamais oublier : « ils font profession de connaître Dieu, mais ils le renient par leurs œuvres, étant abominables, rebelles et incapables d’aucune bonne œuvre » (Tite 1.16). En tant que chrétiens, nous devons nous examiner nous-mêmes pour être sûrs que nos vies s’accordent avec notre profession de foi en Christ (2 Corinthiens 13.5).

En même temps qu’il nous donne cet avertissement, Paul nous dit aussi comment nous garder de renier Dieu : « il nous a sauvés, non à cause des œuvres de justice que nous aurions faites, mais selon sa miséricorde, par le bain de la régénération et le renouvellement du Saint-Esprit. Il l’a répandu sur nous avec abondance par Jésus-Christ notre Sauveur. » (Tite 3.5-6) En recherchant un renouvellement quotidien de notre intelligence par l’Esprit-Saint, nous pouvons grandir pour devenir des chrétiens qui honorent Dieu par leur manière de vivre.


Retour à la page Résumé/vue d’ensemble du Nouveau Testament

L’Epître à Tite