settings icon
share icon
Question

Pourquoi Dieu a-t-il toléré une telle violence dans l'Ancien Testament ?

Réponse


Le fait que Dieu ait ordonné le meurtre de nations entières dans l'Ancien Testament fait l'objet de critiques sévères de la part des opposants au christianisme depuis un certain temps. Il est indiscutable qu'une certaine violence a été exercée dans l'Ancien Testament. La question est de savoir si la violence de l'Ancien Testament est justifiable et tolérée par Dieu. Dans son livre à succès The God Delusion, l'athée Richard Dawkins qualifie le Dieu de l'Ancien Testament de « nettoyeur ethnique vindicatif et assoiffé de sang ». Le journaliste Christopher Hitchens se plaint que l'Ancien Testament cautionne ce type de « massacre gratuit ». D'autres détracteurs du christianisme ont porté des accusations similaires, accusant Yahvé de « crimes contre l'humanité ».

Mais ces critiques sont-elles valables ? Le Dieu de l'Ancien Testament est-il un « monstre moral » qui ordonne arbitrairement le génocide d'hommes, de femmes et d'enfants innocents ? Sa réaction aux péchés des Cananéens et des Amalécites était-elle une forme odieuse de « nettoyage ethnique » ? Ou est-il possible que Dieu ait eu des raisons moralement suffisantes pour ordonner la destruction de ces nations ?

Une connaissance de base de la culture cananéenne révèle son immoralité naturelle. Les Cananéens étaient un peuple brutal et agressif qui pratiquait la bestialité, l'inceste et même le sacrifice d'enfants. Les actes sexuels déviants étaient la norme. Le péché des Cananéens était si répugnant que Dieu a dit : « le pays vomira ses habitants » (Lévitique 18 :25). Malgré cela, la destruction était davantage dirigée contre la religion cananéenne (Deutéronome 7 :3-5, 12 :2-3) que contre le peuple cananéen en soi. Le jugement n'était pas motivé par des raisons ethniques. Les individus cananéens, comme Rahab à Jéricho, pouvaient toutefois constater que la miséricorde accompagne la repentance (Josué 2). Le désir de Dieu est que les méchants se détournent de leur péché plutôt que de mourir (Ézéchiel 18 :31-32, 33 :11).

Au-delà du fait de répondre aux péchés de la nation, Dieu a utilisé la conquête de Canaan pour créer un contexte religieux/historique dans lequel il pourrait par la suite présenter le Messie au monde. Ce Messie apporterait le salut non seulement à Israël, mais aussi aux ennemis d'Israël, y compris Canaan (Psaume 87 :4-6 ; Marc 7 :25-30).

Il faut se rappeler que Dieu a donné au peuple cananéen un temps plus que suffisant pour se repentir de ses mauvaises habitudes (plus de 400 ans) ! Le livre des Hébreux nous dit que les Cananéens étaient « désobéissants », ce qui implique une culpabilité morale de leur part (Hébreux 11 :31). Les Cananéens étaient conscients de la puissance de Dieu (Josué 2 :10-11 ; 9 :9) et auraient pu chercher à se repentir. Sauf dans de rares cas, ils ont continué leur rébellion contre Dieu jusqu'à cette fin tragique.

Mais Dieu n'a-t-il pas également ordonné aux Israélites de tuer les non-combattants ? Le récit biblique indique clairement qu'il l'a fait. Ici encore, nous devons nous rappeler que, s'il est vrai que les femmes cananéennes ne combattaient pas, cela ne signifie en aucun cas qu'elles étaient innocentes, comme l'indique leur comportement séducteur dans Nombres 25 (Nombres 25 :1-3). Cependant, une question demeure : qu'en est-il des enfants ? Il n'est pas facile de répondre à cette question, mais nous devons garder plusieurs choses à l'esprit.

Premièrement, aucune personne humaine (y compris les enfants en bas âge) n'est vraiment innocente. L'Écriture enseigne que nous sommes tous nés dans le péché (Psaume 51 :5 ; 58 :3). Cela implique que tous les êtres humains sont moralement coupables du péché d'Adam d'une manière ou d'une autre. Les nourrissons sont tout aussi condamnés par le péché que les adultes.

Deuxièmement, Dieu est souverain sur toute vie et peut la reprendre quand il le veut. Dieu et Dieu seul peut donner la vie, et Dieu seul a le droit de la prendre quand il le veut. En fait, il prend finalement la vie de chaque personne à la mort. La vie qui a commencé en nous appartient à Dieu. S'il est mal pour nous de prendre une vie, sauf dans les cas de peine capitale, de guerre et de légitime défense, cela ne signifie pas qu'il est mal pour Dieu de le faire. Nous le reconnaissons intuitivement lorsque nous accusons une personne ou une autorité qui prend une vie humaine de « jouer à Dieu ». Dieu n'a aucune obligation de prolonger la vie de quiconque, ne serait-ce qu'un jour de plus. La manière et le moment de notre mort dépendent entièrement de Lui.

Troisièmement, on pourrait faire valoir qu'il aurait été cruel pour Dieu de prendre la vie de tous les Cananéens, à l'exception des nourrissons et des enfants. Sans la protection et le soutien de leurs parents, les nourrissons et les petits enfants risquaient de toute façon de mourir de faim. Les chances de survie d'un orphelin dans le Proche-Orient ancien étaient quasi nulles.

Enfin, les enfants de Canaan auraient probablement grandi en sympathisant avec les mauvaises religions que leurs parents avaient pratiquées. Il était temps que la culture de l'idolâtrie et de la perversion prenne fin en Canaan, et Dieu voulait utiliser Israël pour y mettre fin. De plus, les enfants orphelins de Canaan auraient naturellement grandi avec du ressentiment envers les Israélites. Il est probable que certains auraient ensuite cherché à venger le traitement « injuste » de leurs parents et à ramener Canaan au paganisme. Il faut aussi considérer l'état éternel de ces enfants tués à Canaan. Si Dieu les a pris avant l'âge de conscience morale, alors ils sont allés, comme nous le croyons, directement avec Dieu. Ces enfants sont dans un bien meilleur endroit que s'ils avaient vécu jusqu'à l'âge adulte en tant que Cananéens.

Il est certain que la question de Dieu ordonnant la violence dans l'Ancien Testament est difficile. Cependant, nous devons nous rappeler que Dieu voit les choses d'un point de vue éternel, et que ses voies ne sont pas les nôtres (Ésaïe 55 :8-9). L'apôtre Paul nous dit que Dieu est à la fois bon et sévère (Romains 11 :22). S'il est vrai que le caractère saint de Dieu exige que le péché soit puni, sa grâce et sa miséricorde restent accordées à ceux qui sont prêts à se repentir et à être sauvés. La destruction des Cananéens nous rappelle avec force que, si notre Dieu est gracieux et miséricordieux, il est aussi un Dieu de sainteté et de colère.

English



Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi Dieu a-t-il toléré une telle violence dans l'Ancien Testament ?
Partager cette page Facebook icon Twitter icon Pinterest icon Email icon
© Copyright Got Questions Ministries