settings icon
share icon
Question

Pourquoi Dieu permet-il que des innocents souffrent ?

Réponse


Il y a beaucoup de souffrance dans le monde, et chacun peut en ressentir, à des degrés différents. Parfois, la souffrance de certains est le résultat de leurs mauvais choix, d’actions pécheresses, ou d’une volonté irresponsable. A travers ces cas de figure, nous apercevons une vérité inscrite dans Proverbes 13:15 : « Le chemin des traîtres est interminable ». Mais qu’en est-il des victimes de ces trahisons ? Qu’en est-il des innocents qui souffrent ? Pourquoi Dieu permet-il cela ?

C'est dans la nature humaine d'essayer de trouver une corrélation entre un mauvais comportement et de mauvaises circonstances et, inversement, entre un bon comportement et des bénédictions. Le désir de lier le péché à la souffrance est si fort que Jésus a traité la question au moins deux fois. « En partant, Jésus aperçut sur son chemin un homme qui était aveugle de naissance. Ses disciples lui posèrent alors cette question : Dis-nous, Maître, pourquoi cet homme est-il né aveugle ? Est-ce à cause de son propre péché ou de celui de ses parents ? Jésus répondit : Cela n’a pas de rapport avec son péché, ni avec celui de ses parents » (Jean 9:1-3).

Les disciples ont fait l'erreur de supposer que l'innocent ne souffrirait jamais et ont attribué la culpabilité personnelle à l'aveugle (ou à ses parents). Jésus a corrigé leur pensée, en disant : « c’est pour qu’en lui tous puissent voir ce que Dieu est capable de faire » (verset 3). La cécité de l'homme n'était pas le résultat d'un péché personnel ; Dieu voyait en cette souffrance le moyen d’atteindre un objectif plus important.

A une autre occasion, Jésus a commenté la mort de certaines personnes lors d’un accident : « Rappelez-vous ces dix-huit personnes qui ont été tuées quand la tour de Siloé s’est effondrée sur elles. Croyez-vous qu’elles aient été plus coupables que tous les autres habitants de Jérusalem ? Non, je vous le dis ; mais vous aussi, si vous ne changez pas, vous périrez tous » (Luc 13:4-5). Ici, Jésus a de nouveau écarté l'idée que la tragédie et la souffrance sont le résultat d'un péché personnel. En même temps, Jésus a souligné le fait que nous vivons dans un monde rempli du péché et de ses effets ; par conséquent, tout le monde doit se repentir.

Cela nous amène à nous demander si une chose telle que «l'innocence», techniquement parlant, existe. Selon la Bible,: « tous ont péché, en effet, et sont privés de la gloire de Dieu » (Romains 3:23). Par conséquent, personne n'est « innocent », dans le sens d'être sans péché. Nous sommes tous nés avec une nature pécheresse, héritée d'Adam. Et, comme nous l'avons déjà vu, tout le monde souffre, que la souffrance soit ou non liée à un péché personnel spécifique. Les effets du péché imprègnent tout ; le monde est déchu et toute la création en souffre (Romains 8 :22).

Le plus déchirant dans tout cela est la souffrance d'un enfant. Les enfants sont aussi proches de l'innocence que nous ne l'avons jamais vu dans ce monde, et leur souffrance est vraiment tragique. Parfois, des enfants innocents souffrent à cause du péché des autres : négligence, abus, conduite en état d'ébriété, etc. Dans ces cas, nous pouvons certainement dire que la souffrance est le résultat d'un péché personnel (mais pas le leur), et nous en déduisons que notre péché affecte toujours les autres autour de nous. D'autres fois, des enfants innocents souffrent à cause de ce que certains pourraient appeler des « actes de Dieu » : catastrophes naturelles, accidents, cancer infantile, etc. Même dans ces cas, nous pouvons dire que la souffrance est le résultat du péché, en général, parce que nous vivons dans un monde pécheur.

La bonne nouvelle est que Dieu ne nous a pas laissés ici pour souffrir inutilement. Oui, les innocents souffrent (voir Job 1-2), mais Dieu peut racheter cette souffrance. Notre Dieu aimant et miséricordieux a un plan parfait pour utiliser cette souffrance pour accomplir son triple objectif.

Premièrement, il utilise la douleur et la souffrance pour nous attirer à lui afin que nous nous accrochions à lui. Jésus a dit : « Vous aurez à souffrir dans le monde » (Jean 16:33). Les épreuves et la détresse ne sont pas quelque chose d'inhabituel dans la vie ; ils font partie de ce que signifie être humain dans un monde déchu. En Christ, nous avons une ancre qui tient fermement dans toutes les tempêtes de la vie, mais, si nous ne naviguons jamais dans ces tempêtes, comment le saurons-nous ? C'est dans les moments de désespoir et de tristesse que nous tendons la main vers lui, et, si nous sommes ses enfants, nous le trouvons toujours là, attendant de nous réconforter et de nous soutenir à travers tout cela. De cette façon, Dieu nous prouve sa fidélité et s'assure que nous resterons proches de lui. Un avantage supplémentaire est que lorsque nous expérimentons la consolation de Dieu à travers les épreuves, nous sommes alors capables de réconforter les autres de la même manière (2 Corinthiens 1:4).

Deuxièmement, il nous prouve que notre foi est réelle à travers la souffrance et la douleur qui sont inévitables dans cette vie. La façon dont nous réagissons à la souffrance, en particulier lorsque nous sommes innocents d'actes répréhensibles, est déterminée par l'authenticité de notre foi. Ceux qui ont la foi en Jésus, celui « qui fait naître la foi et la mène à la perfection » (Hébreux 12:2), ne seront pas écrasés par la souffrance mais traverseront l'épreuve avec leur foi intacte, ayant été « soumis à l’épreuve du feu » afin qu’’il y ait « pour résultat la louange, la gloire et l'honneur lorsque Jésus-Christ apparaîtra » (1 Pierre 1:7). Les fidèles ne serrent pas le poing contre Dieu et ne remettent pas en question sa bonté ; au contraire, ils « considèrent cela comme une pure joie » (Jacques 1:2), sachant que les épreuves prouvent qu'ils sont vraiment les enfants de Dieu. « Heureux l'homme qui tient bon face à la tentation car, après avoir fait ses preuves, il recevra la couronne de la vie que le Seigneur a promise à ceux qui l'aiment » (Jacques 1:12).

Enfin, Dieu utilise la souffrance pour détourner nos yeux de ce monde et les tourner vers le suivant. La Bible nous exhorte continuellement à ne pas nous laisser emporter par les choses de ce monde, mais à attendre avec impatience le monde à venir. Les innocents souffrent dans ce monde, mais ce monde et tout ce qu'il contient passeront ; le royaume de Dieu est éternel. Jésus a dit : « Mon royaume n'est pas de ce monde » (Jean 18:26), et ceux qui le suivent ne voient pas les choses de cette vie, bonnes ou mauvaises, comme la fin de l'histoire. Même les souffrances que nous endurons, aussi terribles qu'elles puissent être, « ne sauraient être comparées à la gloire à venir qui sera révélée pour nous » (Romains 8:18).

Dieu pourrait-il empêcher toute souffrance ? Bien sûr qu'il le pourrait. Mais il nous assure que « toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein » (Romains 8:28). En fin de compte, la souffrance, même celle des innocents, fait partie de « toutes choses » que Dieu utilise pour accomplir ses projets. Son plan est parfait, son caractère est sans défaut et ceux qui lui font confiance ne seront pas déçus.

English



Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi Dieu permet-il que des innocents souffrent ?
Partager cette page Facebook icon Twitter icon Pinterest icon Email icon
© Copyright Got Questions Ministries