Comment honorer un parent abusif ?



 


Question : « Comment honorer un parent abusif ? »

Réponse :
Une des questions les plus difficiles pour un chrétien est de savoir comment honorer un parent abusif, en vertu du 5ème Commandement (Exode 20.12). Ce serait tellement plus facile si Dieu ne nous demandait d’honorer nos parents que s’ils sont bons, doux et aimants, mais ce n’est pas le cas : il nous demande d’honorer notre père et notre mère, quelle que soit leur attitude. Beaucoup de personnes ont été tellement blessées par leurs parents qu’elles ont beaucoup de mal à obéir à ce commandement.

Le terme « abus » peut avoir un sens assez large. Un enfant peut être bien nourri, bien vêtu et avoir tous ses besoins comblés, sauf le plus important : son besoin d’être aimé et valorisé. Il ne subira jamais de violence physique, mais, année par année, son esprit se fanera au dedans de lui, comme une plante qui n’aurait pas accès à la lumière du soleil, cherchant désespérément le moindre signe d’affection. Au final, il deviendra un adulte d’apparence normale, mais sera brisé intérieurement pas l’indifférence de ses parents.

Un enfant peut aussi être brisé dès son plus jeune âge, sans même subir d’abus physique, en s’entendant constamment dire qu’il est incapable et n’arrivera jamais à rien. Il n’essuiera que mépris dans tout ce qu’il entreprendra, si bien qu’il finira par cesser d’essayer d’entreprendre quoi que ce soit. Un très jeune enfant croit naturellement tout ce que ses parents disent à son sujet, si bien qu’un tel enfant s’enfermera petit à petit en lui-même et érigera une barrière invisible, jusqu’à tout simplement exister au lieu de vivre. De tels enfants grandissent sans jamais subir de violence physique de la part de leurs parents, mais seront néanmoins brisés intérieurement. Ils auront du mal à se faire des amis et seront souvent incapables d’avoir des relations naturelles avec d’autres adultes.

Les formes d’abus décrites ci-dessus sont les plus subtiles. Les plus flagrantes sont évidemment la négligence, les coups et, pire encore, l’abus sexuel. Posons maintenant la grande question : comment obéir au commandement divin d’honorer des parents qui se comportent avec tant de cruauté envers leurs propres enfants ?

Il faut d’abord nous souvenir que Dieu est notre Père céleste, qui nous aime et ne se contente pas d’établir des règles et d’exiger que nous les appliquions, mais dont les règles sont toujours destinées à notre bien-être. Si nous voulons vraiment lui obéir malgré la difficulté, il veut nous y aider de tout son cœur. Pour commencer, nous devons évidemment développer une relation d’amour et de confiance avec lui, ce qui peut être extrêmement difficile pour quelqu’un qui n’a jamais connu l’amour et la confiance. Ces personnes doivent faire un petit pas à la fois, en disant à Dieu dans leur cœur : « Je veux apprendre à t’aimer et à te faire confiance : aide-moi à y arriver. » Il le fera. Il est le seul qui puisse transformer les émotions et les attitudes et guérir les cœurs et les relations brisés (Luc 4.18).

Une fois notre relation avec lui rétablie, nous pouvons venir à lui avec assurance pour lui confier nos problèmes en sachant qu’il nous entendra et nous répondra (1 Jean 5.14-15). Tout enfant de Dieu prêt à lui faire ainsi confiance commencera à sentir le Saint-Esprit agir dans son cœur de pierre endurci par l’abus, pour en faire un cœur de chair (Ézéchiel 36.26).

La prochaine étape est d’être prêt à pardonner. Cela semblera parfaitement impossible au début, surtout à ceux qui auront subi les pires formes d’abus, mais avec Dieu, TOUT est possible (Marc 10.27). L’âme de ces tristes victimes est remplie d’amertume, mais le Saint-Esprit peut toujours l’apaiser si elles y sont disposées. Tout ce qu’elles doivent faire est de confier quotidiennement la situation au Père des miséricordes, pour lui exprimer leur incapacité, d’un point de vue humain, à pardonner autant de méchanceté, surtout de la part des parents auxquels nous avons été confiés dans notre enfance pour qu’ils nous aiment et prennent soin de nous.

Nous ne devons pas avoir peur de reconnaître devant Dieu notre incapacité à pardonner. Seul le refus conscient de pardonner est péché. Un enfant de Dieu qui vient demander de l’aide à son Père pour quelque chose qu’il n’arrive pas à faire de lui-même ne se retrouvera pas face à un Dieu menaçant dans sa colère, mais face à un Père rempli d’amour, de compassion et de miséricorde et désireux de nous aider.

Une fois que le Saint-Esprit aura commencé sa tendre œuvre de guérison en nous, nous commencerons à voir nos parents différemment. Peut-être nous révèlera-t-il que nos parents, ou l’un d’eux, a subi la même chose dans son enfance, qu’il n’a aucune idée à quel point son attitude nous a blessés émotionnellement, ou encore que son comportement abusif était une manière d’évacuer sa propre colère. Même sans explication, Dieu nous demande de venir à lui pour qu’il nous aide à pardonner afin d’éviter que notre âme et notre esprit ne soient consumés par l’amertume.

Il y a des témoignages de personnes ayant souffert atrocement de la cruauté et du manque d'amour de leurs parents, mais qui, en apprenant à dépendre de la miséricorde et de la force du Dieu Tout-Puissant, ont fini par trouver la guérison et la force de pardonner et d'aimer leurs parents. En les remettant à Dieu, ils ont aussi vu leurs parents commencer à changer. Leur histoire se termine par la réconciliation devant Dieu d'une famille aimante et heureuse. Éphésiens 6.2-3 nous dit : « Honore ton père et ta mère – c'est le premier commandement accompagné d’une promesse – afin que tu sois heureux et que tu vives longtemps sur la terre. »


Retour à la page d'accueil en français

Comment honorer un parent abusif ?