Comment des parents doivent-ils se comporter avec leur fille enceinte à l’adolescence ?



 


Question : « Comment des parents doivent-ils se comporter avec leur fille enceinte à l’adolescence ? »

Réponse :
Une des choses dont les chrétiens ont le plus de mal à se souvenir est qu’être enceinte avant le mariage et être né de parents non mariés n’est pas un péché. Le sexe en dehors du mariage est péché, autant pour l’homme que pour la femme, mais une relation intime contraire à la Bible est bien plus facile à cacher qu’une grossesse, et, malheureusement, porte aussi moins atteinte à la réputation de la famille au sein de la communauté chrétienne.

Avoir une fille enceinte à l’adolescence est une expérience douloureuse et décevante, mais il est d’autant plus important de garder une perspective chrétienne. Le péché a déjà été commis et les influences qui y ont mené ne peuvent plus être évitées. Dans cette nouvelle situation, ce qui compte n’est plus la morale, le sexe hors mariage ou la réputation de la famille, mais l’arrivée d’un enfant. Tous les enfants sont une bénédiction divine et Dieu a un plan pour chacun d’eux (Psaume 139.13-18). Même si les circonstances de sa naissance ne sont pas idéales, l’enfant est précieux et Dieu l’aime autant que n’importe quel autre enfant.

L’adolescente enceinte aussi est précieuse aux yeux de Dieu. Le rôle des parents est d’élever et de guider leurs enfants sur le chemin de la piété, quelles que soient les circonstances. Une grossesse à l’adolescence est une excellente occasion pour cela. L’enfant peut avoir peur ou honte et ses parents auront la responsabilité de l’aider à dépasser ces émotions et à se tourner vers son Père céleste.

Certains parents craignent que donner à leur fille l’amour et le soutien dont elle a besoin l’encouragera dans l’attitude ayant mené à sa grossesse. Encore une fois, être enceinte et donner naissance à un enfant n’est pas péché et soutenir activement et publiquement une adolescente enceinte comporte énormément d’avantages. Cela permet de construire un environnement dans lequel l’enfant sera considéré comme une bénédiction, encourage le père à prendre ses responsabilités sans crainte et fait de l’avortement une option bien moins désirable.

Une adolescente enceinte abandonnée par sa famille, même affectivement, aura bien plus de chances de prendre de mauvaises décisions. Elle peut penser que le seul choix possible est d’épouser le père, ou elle ne saura pas comment prendre soin de sa santé et de celle de l’enfant, ou encore elle gardera sa grossesse secrète pour éviter de troubler sa relation avec sa famille.

À l’inverse, une fille aimée, acceptée et conseillée par ses parents sera mieux équipée pour prendre les bonnes décisions pour son avenir et celui de son enfant. Encombrer son chemin d’obstacles émotionnels supplémentaires ne l’encouragera pas à réfléchir clairement. Des parents sages aideront leur fille dans sa décision de garder l’enfant ou de l’offrir en adoption. Impliquer le père et sa famille peut également s’avérer utile ; il doit assumer autant de responsabilités que la mère. Après avoir prié, les parents doivent exprimer clairement jusqu’où ils soutiendront leur fille dans l’éducation de l’enfant. N’hésitez pas à recourir aux services d’associations chrétiennes d’aide aux femmes enceintes.

Notre Dieu est un Dieu puissant, qui peut faire naître la joie et la bénédiction même du péché. Il pourra y avoir des moments très difficiles pour l’adolescente enceinte et sa famille, mais c’est Dieu qui les rachète.


Retour à la page d'accueil en français

Comment des parents doivent-ils se comporter avec leur fille enceinte à l’adolescence ?