Qu'est-ce que la glorification ?


Question : « Qu'est-ce que la glorification ? »

Réponse :
Pour faire bref, la glorification, c'est l’acte opéré par Dieu pour la la délivrance finale des saints (c'est-à-dire tous ceux qui sont sauvés) de tout péché dans leur vie, lorsqu'ils entreront dans l'éternité (Romains 8.18, 2 Corinthiens 4.17). Au retour de Christ, la gloire de Dieu (Romains 5.2), sa majesté, sa sainteté et son honneur, s'accompliront pleinement en nous : nous ne serons plus des êtres mortels, porteurs d'une nature pécheresse, mais nous serons transformés en des êtres saints et immortels, qui aurons un accès direct et sans obstacle à la présence de Dieu et serons en communion éternelle avec lui. Pour notre glorification, nous devons nous concentrer sur Christ, qui est notre « espérance bénie ». La glorification est le point culminant de la sanctification.

Notre glorification finale n'aura lieu qu'à la manifestation de la gloire de notre grand Dieu et Sauveur Jésus-Christ (Tite 2.13, 1 Timothée 6.14). Jusqu'à son retour, nous subirons les conséquences du péché et notre vision spirituelle sera entravée. « Aujourd'hui nous voyons au moyen d'un miroir, de manière peu claire, mais alors nous verrons face à face ; aujourd'hui je connais partiellement, mais alors je connaîtrai complètement, tout comme j'ai été connu. » (1 Corinthiens 13.12) Nous devons quotidiennement laisser le Saint-Esprit mettre à mort tout ce qui est « charnel » (pécheur) en nous (Romains 8.13).

Quand et comment serons-nous finalement glorifiés ? Au retour de Jésus, au son de la dernière trompette, les saints seront instantanément et totalement transformés (« tous nous serons transformés, en un instant, en un clin d'œil » (1 Corinthiens 15.51)), quand ce qui est « corruptible » revêtira « l'incorruptibilité » (1 Corinthiens 15.53). 2 Corinthiens 3.18 dit cependant clairement que, mystérieusement, « nous tous qui, sans voile sur le visage, contemplons comme dans un miroir la gloire du Seigneur, nous sommes transformés à son image, de gloire en gloire » (2 Corinthiens 3.18). Le texte biblique exclut totalement la possibilité que cette contemplation et transformation (qui fait partie de la sanctification) soit réservée aux personnes particulièrement saintes en ajoutant : « par l'Esprit du Seigneur. » Cette bénédiction intéresse donc tous les croyants. Il ne s'agit pas ici de notre glorification finale, mais d'un aspect de la sanctification, par lequel l'Esprit nous transforme dès à présent. À lui soit la gloire pour l'œuvre de sanctification qu'il accomplit en nous, en esprit et en vérité (Jude 24-25, Jean 17.17, 4.23).

Nous devons comprendre ce que disent les Écritures à la fois de la gloire insurpassable de Dieu et de la nôtre à son retour. La gloire de Dieu n'est pas que la lumière inaccessible qui l'environne (1 Timothée 6.15-16), mais aussi son honneur (Luc 2.13) et sa sainteté. Le « tu » au Psaume 104.1 fait référence au même Dieu que 1 Timothée 6.15-16, qui est « revêtu de splendeur et de magnificence » et « s’enveloppe de lumière comme d’un manteau » (Psaume 104.2, voir aussi Psaume 93.1, Job 37.22, 40.10). Le Seigneur Jésus reviendra dans sa gloire pour juger le monde (Matthieu 24.29-31, 25.31-35) en tant que seul souverain dont la domination sera éternelle (1 Timothée 6.14-16).

Les êtres créés n'osent pas contempler Dieu dans sa splendeur céleste. Tout comme Ézéchiel (Ézéchiel 1.4-29) et Simon-Pierre (Luc 5.8), Ésaïe a été terrassé par la présence du Dieu Très-Saint : quand les séraphins ont proclamé : « Saint, saint, saint est l’Éternel, le maître de l’univers ! Sa gloire remplit toute la terre ! », Ésaïe a réagi : « Malheur à moi ! Je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j'habite au milieu d'un peuple aux lèvres impures et mes yeux ont vu le roi, l’Éternel, le maître de l’univers ! » (Ésaïe 6.3-5) Même les séraphins manifestaient leur indignité de contempler la gloire divine en se recouvrant le visage de leurs ailes.

L'adjectif hébreux employé pour la gloire de Dieu, kabod, signifie littéralement « lourd, pesant ». Il est le plus souvent employé dans la Bible au sens figuré (par ex. « lourd de péché »). Ici, il s'agit du poids de la magnificence d'une personne honorable, impressionnante ou digne de respect.

À son incarnation, le Seigneur a révélé à la fois le « poids » de la sainteté de Dieu et la plénitude de sa grâce et de sa vérité. « Et la Parole s'est faite homme, elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité, et nous avons contemplé sa gloire, une gloire comme celle du Fils unique venu du Père. » (Jean 1.14, voir aussi Jean 17.1-5) Sa gloire révélée par le Christ incarné accompagne le ministère du Saint-Esprit (2 Corinthiens 3.7). Elle ne change pas, mais demeure toujours avec nous (Ésaïe 4.6-7, voir aussi Job 14.2, Psaume 102.11, 103.15, Jacques 1.10). Les manifestations précédentes de la gloire de Dieu, comme la radiance, vite disparue, du visage de Moïse, n'étaient que temporaires. Moïse se voilait le visage pour que les Israélites au cœur endurci ne voient pas la gloire de Dieu s'estomper (1 Corinthiens 3.12). Pour nous, le voile a été déchiré par l'œuvre de Christ, si bien que nous reflétons la gloire du Seigneur et cherchons à lui ressembler en esprit.

Dans sa prière sacerdotale, le Seigneur Jésus a demandé à Dieu de nous sanctifier par sa vérité (Jean 17.17). La sanctification est nécessaire pour voir la gloire de Jésus et être en communion avec lui pour l'éternité (Jean 17.21-24). « Père, je veux que là où je suis ceux que tu m'as donnés soient aussi avec moi afin qu'ils contemplent ma gloire, la gloire que tu m'as donnée parce que tu m'as aimé avant la création du monde. » (Jean 17.24) Selon le modèle révélé dans les Écritures, la glorification des saints a pour but de nous faire partager la gloire (par ex. la sainteté) de Dieu.

Philippiens 3.20-21 nous apprend que notre patrie est au ciel et que, quand notre Sauveur reviendra, il transformera notre corps terrestre « pour le rendre conforme à son corps glorieux ». Même si ce que nous serons n'a pas encore été révélé, nous savons que, quand il reviendra dans sa gloire, nous serons comme lui, car nous le verrons tel qu'il est (1 Jean 3.2). Nous serons entièrement conformes à l'image de notre Seigneur Jésus, en ce que notre humanité sera libérée du péché et de ses conséquences. Cette espérance bénie doit nous pousser à la sanctification que l'Esprit accomplit en nous. « Toute personne qui possède cette espérance en lui se purifie comme lui-même est pur. » (1 Jean 3.3)

English
Retour à la page d'accueil en français

Qu'est-ce que la glorification ?