Que signifie garder son cœur ?


Question : « Que signifie garder son cœur ? »

Réponse :
Proverbes 4.23-26 enseigne les croyants : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui jaillissent les sources de la vie. Écarte de ta bouche la fausseté, éloigne de tes lèvres les détours ! Que tes yeux regardent bien en face et que tes paupières se dirigent droit devant toi. Fais une route droite pour tes pieds et que toutes tes voies soient bien sûres ! » En parlant du cœur, Salomon fait référence à l'être intérieur, aux pensées, sentiments, désirs et choix qui font de nous ceux que nous sommes. La Bible nous apprend que nos pensées influencent notre devenir (Proverbes 23.7, 27.19). Notre esprit, pas seulement nos paroles et nos actes, reflète la personne que nous sommes vraiment. C'est pour cela que Dieu regarde au cœur, pas seulement à l'aspect extérieur et à ce qui frappe les yeux (1 Samuel 16.7).

Tout comme notre cœur physique peut être atteint de nombreuses maladies et désordres, il y a également des maladies spirituelles qui peuvent entraver notre croissance et notre développement en tant que croyants. L'athérosclérose est une maladie qui se caractérise par un durcissement des artères dû à une accumulation de cholestérol sur les parois artérielles. De même, notre cœur spirituel peut également s'endurcir si nous refusons d'accepter les vérités que Dieu nous présente.

Alors que l'Égypte était frappée d'une calamité après l'autre à cause du refus du Pharaon de laisser partir les Israélites, celui-ci a endurci son cœur contre le dessein inévitable du Dieu Tout-Puissant, qui avait décidé de délivrer son peuple (Exode 7.22, 8.32, 9.34). Au Psaume 95.7-8, le roi David supplie son peuple de ne pas endurcir son cœur dans sa rébellion contre Dieu, comme il l'avait fait dans le désert. Beaucoup de choses peuvent endurcir notre cœur et nous pousser à renier Dieu. Comme le cholestérol, qui bloque le débit sanguin, ces choses empêchent la paix et les bénédictions de Dieu conditionnées à notre obéissance de se manifester pleinement en nous. La première étape pour garder notre cœur est donc de renoncer à tout esprit de rébellion et de cultiver un esprit d'obéissance et de soumission à la Parole de Dieu.

Le souffle au cœur est une anomalie du débit sanguin, due à un défaut des valves cardiaques, dont le rôle est de bloquer le reflux de sang dans le cœur. Les plaintes, le commérage et les disputes constituent des « souffles au cœur » spirituels. La Bible nous exhorte plusieurs fois à éviter ces choses (Jean 6.43, Philippiens 2.14), parce qu'elles attirent notre attention vers les choses de ce monde et nous détournent ainsi des projets, desseins et bénédictions de Dieu. Ce sont des signes de manque de foi. Or, sans la foi, il est impossible de plaire à Dieu (Hébreux 11.6). Les chrétiens doivent plutôt apprendre le contentement et à faire confiance à Dieu, qui pourvoira toujours à leurs besoins (Hébreux 13.5). Éviter de nous plaindre et cultiver un esprit de gratitude et de confiance est la deuxième étape pour garder notre cœur.

L'insuffisance cardiaque congestive est une affection qui empêche le cœur de pomper le sang dans tout le corps du fait de la faiblesse de ses parois. Elle peut être due à l'hypertension (une trop forte pression sanguine), à un infarctus du myocarde (crise cardiaque) ou à un élargissement anormal du cœur. Ses équivalents spirituels sont la colère, la tentation et l'orgueil. La colère est un poison pour le corps, à la fois sur le plan physique et spirituel. Elle rend le croyant plus vulnérable à la tentation de blesser les autres en paroles et en actes. Éphésiens 4.31-32 dit : « Que toute amertume, toute fureur, toute colère, tout éclat de voix, toute calomnie et toute forme de méchanceté disparaissent du milieu de vous. Soyez bons et pleins de compassion les uns envers les autres ; pardonnez-vous réciproquement comme Dieu nous a pardonné en Christ. »

Chaque chrétien est l'objet d'une lutte constante et intense avec les forces du mal. Certains d'entre nous se concentrent tellement sur les aspects externes du combat spirituel que nous en oublions que la bataille la plus importante se déroule dans notre esprit, dans nos pensées. Jacques 1.14-16 dit : « Mais chacun est tenté quand il est attiré et entraîné par ses propres désirs. Puis le désir, lorsqu'il est encouragé, donne naissance au péché et le péché, parvenu à son plein développement, a pour fruit la mort. Ne vous y trompez pas, mes frères et sœurs bien-aimés. » Le péché commence toujours dans nos pensées : il est d'abord conçu en esprit avant d'être traduit en actes. Notre première ligne de défense doit donc être de refuser même de penser au mal. L'Apôtre Paul nous exhorte à faire toute pensée prisonnière afin de la conformer à la volonté de Dieu (2 Corinthiens 10.3-5).

Proverbes 16.18 dit que l'arrogance précède la ruine. Proverbes 16.5 dit : « Tous ceux dont le cœur est orgueilleux font horreur à l'Éternel. » L'orgueil était le premier péché de Satan : il a cru qu'il pouvait être comme Dieu, a entraîné un tiers des anges avec lui dans sa révolte céleste (Ézéchiel 28.17) et a été jeté du ciel pour cela. Il a également tenté Ève dans le jardin d'Éden en faisant appel à son ego : « Mais Dieu sait que, le jour où vous en mangerez [du fruit interdit], vos yeux s'ouvriront et vous serez comme Dieu : vous connaîtrez le bien et le mal. » (Genèse 3.5) Ève, qui aspirait à la sagesse divine, s'est laissé séduire par lui et a mangé du fruit interdit. L'orgueil a donc également causé la chute de l'homme. Satan voulait détourner l'homme de l'obéissance à Dieu en le poussant à devenir son propre Dieu, en déterminant lui-même la réalité, le sens de sa vie et ce qui est bien et mal. Cette philosophie satanique constitue le fondement de la sorcellerie, de l'humanisme laïc et du mysticisme Nouvel Âge.

Pour garder son cœur, il est également important de renoncer à la colère, à l'orgueil et à la tentation. L'Apôtre Paul nous exhorte : « Enfin, frères et sœurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d'être aimé, tout ce qui mérite l'approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange. » (Philippiens 4.8) Ces choses peuvent constituer une muraille pour protéger nos cœurs.

English


Retour à la page d'accueil en français

Que signifie garder son cœur ?