Pourquoi la foi sans les œuvres est-elle morte ?


Question : « Pourquoi la foi sans les œuvres est-elle morte ? »

Réponse :
Jacques écrit : « En effet, de même que le corps sans esprit est mort, de même la foi sans [les] œuvres est morte. » (Jacques 2.26) La foi sans les œuvres est morte car l'absence d'œuvres révèle une vie qui n'a jamais vraiment été transformée ou un cœur atteint de mort spirituelle. Beaucoup de versets bibliques attestent du fait que la foi qui sauve a pour résultat une vie transformée, manifestée par de bonnes œuvres. Notre vie révèle ce en quoi nous croyons et la vivacité de notre foi.

Jacques 2.14-26 est parfois cité hors de son contexte pour défendre un système de justification par les œuvres, ce qui est contraire à beaucoup d'autres passages bibliques. Jacques ne dit pas que nous sommes justifiés devant Dieu par nos œuvres, mais que la foi qui sauve se manifeste par de bonnes œuvres, qui ne sont pas la cause, mais la conséquence du salut. La foi en Christ produit toujours de bonnes œuvres. Si une personne se dit chrétienne tout en vivant une vie de désobéissance consciente à Christ, cela montre que sa foi est morte et qu'elle n'est pas sauvée. Paul dit sensiblement la même chose en 1 Corinthiens 6.9-10. Jacques met en opposition la foi morte et la foi authentique qui sauve.

Il y a beaucoup de gens qui se disent chrétiens alors que leur vie et leurs priorités démontrent le contraire. Voici ce qu'en dit Jésus : « Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. Cueille-t-on des raisins sur des ronces ou des figues sur des chardons ? Tout bon arbre produit de bons fruits, mais le mauvais arbre produit de mauvais fruits. Un bon arbre ne peut pas porter de mauvais fruits, ni un mauvais arbre porter de bons fruits. Tout arbre qui ne produit pas de bons fruits est coupé et jeté au feu. C'est donc à leurs fruits que vous les reconnaîtrez. Ceux qui me disent : ‘Seigneur, Seigneur !’ n'entreront pas tous dans le royaume des cieux, mais seulement celui qui fait la volonté de mon Père céleste. Beaucoup me diront ce jour-là : ‘Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas prophétisé en ton nom ? N'avons-nous pas chassé des démons en ton nom ? N'avons-nous pas fait beaucoup de miracles en ton nom?’ Alors je leur dirai ouvertement : ‘Je ne vous ai jamais connus. Éloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal ! » (Matthieu 7.16-23)

Le message de Jésus est identique à celui de Jacques : l'obéissance à Dieu est le sceau de la foi qui sauve. Jacques cite les exemples d'Abraham et de Rahab pour illustrer l'obéissance qui accompagne le salut. Se contenter d'affirmer notre foi en Jésus ne nous sauvera pas, pas plus que d'aller au culte : nous sommes sauvés par l'œuvre du Saint-Esprit, qui régénère nos cœurs. Ce changement se manifeste immanquablement par une vie de foi et d'obéissance continuelle à Dieu.

Une idée erronée du rapport entre la foi et les œuvres émane d'une mauvaise compréhension de l’enseignement biblique relatif au salut. Il y a deux erreurs possibles à ce sujet. La première est de penser que toute personne qui, à un moment donné de sa vie, a fait une certaine prière ou affirmé qu'elle croyait en Jésus, sera sauvée quoi qu'il arrive. Quelqu'un qui, par exemple, a levé la main lors d'un appel à l'église dans son enfance, serait considéré comme sauvé, même s'il ne manifestait aucune volonté de marcher avec Dieu, voire vivraitdans le péché d’une manière flagrante ? Cette idée, qu'on appelle parfois « régénération décisionnelle », est dangereuse et trompeuse. L'idée que nous sommes sauvés par une simple confession de foi, quand bien même nous vivrions dans le péché par la suite, implique l'existence d'une nouvelle catégorie de croyants : les « croyants charnels ». Elle offre aussi une bonne excuse pour toutes sortes de péchés : on peut vivre dans l'adultère, le mensonge, ou encore braquer une banque, sans jamais se repentir, et pourtant être sauvé : c’est juste qu’on est « charnel ». Jacques 2 montre pourtant qu'une profession de foi qui n’est pas suivie d’une vie d'obéissance à Christ est le signe d'une foi morte, incapable de nous sauver.

L'autre erreur est de penser que les œuvres font partie du plan de Dieu pour notre justification. Le salut par la foi et les œuvres contredit totalement l'enseignement biblique. Romains 4.5 dit : « Par contre, si quelqu'un ne fait rien mais croit en celui qui déclare juste l’impie, sa foi lui est comptée comme justice. » Jacques 2.26 ajoute : « la foi sans [les] œuvres est morte. » Ces passages ne sont pas contradictoires : nous sommes justifiés par la grâce, par le moyen de la foi, et notre foi produit naturellement des œuvres visibles de tous. Nous ne sommes pas justifiés par les bonnes œuvres que nous accomplissons après avoir été sauvés : elles découlent tout simplement d'un cœur régénéré, aussi naturellement que l'eau coule d'une source.

Notre salut est un acte souverain de Dieu, par lequel un pécheur perdu est purifié par « le bain de la nouvelle naissance et le renouvellement du Saint-Esprit » (Tite 3.5) et naît de nouveau (Jean 3.3). Au moment de sa régénération, Dieu lui donne un nouveau cœur et met en lui un nouvel esprit (Ézéchiel 36.26). Il prend son cœur de pierre, endurci par le péché, et le remplit du Saint-Esprit, qui le pousse ensuite à marcher dans l'obéissance à la Parole de Dieu (Ézéchiel 36.26-27).

La foi sans les œuvres est morte parce qu'elle révèle un cœur qui n'a pas vraiment été transformé par Dieu. Si nous avons été régénérés par le Saint-Esprit, cette transformation doit se manifester dans notre vie. Nos œuvres se caractériseront par notre obéissance à Dieu. Notre foi invisible se manifestera par les fruits de l'Esprit dans notre vie (Galates 5.22). Les chrétiens appartiennent à Christ, le Bon Berger. En tant que ses brebis, nous entendons sa voix et le suivons (Jean 10.26-30).

La foi sans les œuvres est morte parce que notre foi fait de nous une nouvelle créature, qui ne peut plus reproduire les mêmes modèles comportementaux pécheurs. Paul écrit en 2 Corinthiens 5.17 : « Si quelqu'un est en Christ, il est une nouvelle créature. Les choses anciennes sont passées ; voici, toutes choses sont devenues nouvelles. »

La foi sans les œuvres est morte parce qu'elle émane d'un cœur non régénéré par Dieu. Les confessions de foi vides de sens ne peuvent transformer nos vies. Christ lui-même dira à ceux qui font profession de lui appartenir, mais n'ont pas son Esprit : « Je ne vous ai jamais connus. Éloignez-vous de moi, vous qui commettez le mal ! » (Matthieu 7.23)

English
Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi la foi sans les œuvres est-elle morte ?