Comment des parents chrétiens doivent-ils se comporter avec un enfant prodigue ?



 


Question : « Comment des parents chrétiens doivent-ils se comporter avec un enfant prodigue ? »

Réponse :
L’histoire du fils prodigue (Luc 15.11-32) contient plusieurs principes dont des parents croyants feront bien de s’inspirer pour leurs relations avec ceux de leurs enfants qui contreviennent à l’éducation qu’ils ont reçue. Les parents doivent se souvenir qu’une fois que leurs enfants sont devenus adultes, ils ne sont plus sous leur autorité.

Dans l’histoire du fils prodigue, le plus jeune fils prend sa part d’héritage, part dans un pays lointain et la dilapide. C’est ce que ferait tout naturellement un enfant qui ne serait pas né de nouveau, mais s’il s’agit d’un enfant qui a pris une décision claire pour Christ à un moment donné, nous appelons cela un « enfant prodigue », c’est-à-dire « qui a dilapidé ses biens ». C’est une bonne description d’un enfant qui quitte son foyer et gaspille l’héritage spirituel que ses parents lui ont transmis. Toutes ces années de soin, d’éducation et d’amour sont oubliées alors que l’enfant se rebelle contre Dieu ; car c’est bien contre lui premièrement que cette rébellion est dirigée, même si elle se manifeste par la rébellion contre les parents et leur autorité.

À noter que le père de la parabole n’empêche pas son enfant de partir et ne le poursuit pas pour chercher à le protéger, mais il reste fidèlement à la maison et prie ; puis, quand l’enfant revient à la raison et se retourne pour prendre le chemin de la maison, il l’attend, le voit arriver « alors qu’il était encore loin » et court à sa rencontre.

Lorsque nos enfants suivent leur propre route (en tout cas s’ils sont majeurs) et font des choix que nous savons déjà lourds de conséquences, en tant que parents, nous devons lâcher prise et les laisser partir. Nous ne devons pas les poursuivre ni intervenir quand leurs actes auront des conséquences, mais rester à la maison, continuer à prier fidèlement et attendre les signes de repentance et de changement d’attitude. Jusque-là, nous devons nous mêler de nos affaires, ne pas cautionner leur rébellion, mais ne pas intervenir non plus (1 Pierre 4.15).

Les enfants ayant atteint l’âge légal de la majorité ne sont plus soumis qu’à l’autorité de Dieu et à l’autorité déléguée du gouvernement (Romains 13.1-7). En tant que parents, nous pouvons soutenir nos enfants prodigues par notre amour et nos prières et être prêts à les accompagner une fois qu’ils décideront de revenir à Dieu. Dieu se sert souvent de la misère que nous nous sommes infligée à nous-mêmes pour nous apprendre la sagesse et chaque personne doit répondre de manière appropriée. En tant que parents, nous ne pouvons pas sauver nos enfants : seul Dieu peut le faire. Jusque-là, nous devons attendre, prier et laisser les choses entre les mains de Dieu. Cela peut être douloureux, mais si nous vivons ces moments avec une perspective biblique, nos cœurs et nos esprits seront en paix. Nous ne pouvons pas juger nos enfants : seul le Dieu. Voici un grand sujet de réconfort : « Celui qui juge toute la terre n’appliquera-t-il pas le droit ? » (Genèse 18.25b)


Retour à la page d'accueil en français

Comment des parents chrétiens doivent-ils se comporter avec un enfant prodigue ?