settings icon
share icon
Question

Si Jésus est notre expiation, pourquoi est-il mort à la Pâque au lieu du Jour des Expiations ?

Réponse


Chacun des sacrifices de l'Ancien Testament représentait le Christ. Le sacrifice de la Pâque, ou sacrifice pascal, était un type du Seigneur Jésus-Christ, l'Agneau de Dieu. L'agneau pascal devait être un mâle, sans tache ni défaut, et aucun os ne devait être brisé. Jésus a parfaitement réalisé cette image. De même que les Israélites appliquaient le sang du sacrifice dans la foi, de même nous appliquons aujourd'hui le sang sans tache du Christ sur les "poteaux de la porte" de notre cœur. De toutes ces manières, "car Christ, notre Pâque, a été immolé" (1 Corinthiens 5.7).

On objecte parfois que le sacrifice pascal n'était pas considéré comme une expiation, mais que l'expiation était assurée pour les Juifs par les sacrifices de Yom Kippour (le jour des expiations). Par conséquent, Jésus, qui a été tué à la Pâque et qui est appelé "notre Pâque" dans le Nouveau Testament, ne pouvait pas être une expiation pour le péché.

Il y a deux façons de contrer cette objection. La première consiste simplement à montrer comment Jésus a également accompli le symbolisme de Yom Kippour. Jésus a porté nos péchés dans son propre corps (1 Pierre 2:24) et a goûté la mort pour tout homme (Hébreux 2:9). Ce faisant, il a offert un meilleur sacrifice que ceux de Yom Kippour - meilleur parce que le sacrifice du Christ était permanent, volontaire, et ne couvrait pas seulement le péché mais le supprimait complètement (Hébreux 9:8-14).

La deuxième réponse consiste à souligner que la tradition juive considérait effectivement le sacrifice de la Pâque comme expiatoire, c'est-à-dire que l'agneau soustrayait le péché au regard de Dieu. L'agneau de la Pâque est mort sous la colère de Dieu, couvrant ainsi les péchés de celui qui l'offrait. Voici ce qu'en dit Rachi, un commentateur juif médiéval très respecté : "Je vois le sang pascal et je te fais propitiation. . . . Je prends pitié de vous grâce au sang pascal et au sang de la circoncision, et je fais propitiation pour vos âmes" (Ex. R. 15, 35b, 35a).

Lors de la dixième et dernière plaie en Égypte, le sacrifice pascal a littéralement sauvé des individus de la mort (Exode 12. 23). Grâce à l'offrande rédemptrice du sang de la Pâque, les premiers-nés vivaient. Encore une fois, Rashi commente : "C'est comme si un roi disait à ses fils : 'Sachez que je juge des personnes accusées de crimes capitaux et que je les condamne. Offrez-moi donc un présent, afin que, si vous êtes amenés devant mon tribunal, je puisse annuler les accusations portées contre vous". Dieu dit alors à Israël : "Je m'occupe maintenant des peines de mort, mais je vais te dire comment j'aurai pitié de toi et, à cause du sang de la Pâque et du sang de la circoncision, j'expierai pour toi" (Ex. R. 15.12, sur Exode 12.10).

Les agneaux de la Pâque ont apporté l'expiation aux foyers juifs croyants en cette nuit de jugement et de rédemption. Rabbi Abraham ibn Ezra établit également un lien entre la Pâque et l'expiation : "La marque de sang était conçue comme une expiation pour ceux qui, dans la maison, avaient participé à l'offrande pascale, et était également un signe pour que l'ange destructeur passe devant la maison" (Soncino Chumash, p. 388).

Lorsque Jean Baptiste a vu le Christ, il l'a montré du doigt et a dit : " Voici l'Agneau de Dieu, qui ôte le péché du monde". (Jean 1:29). Jésus est "l'agneau de la Pâque" en ce sens qu'il s'est tu devant ses accusateurs (Isaïe 53.7) et que, dans sa mort, il a porté la colère de Dieu, préservé la vie de tous ceux qui lui font confiance et rendu la liberté aux anciens esclaves du péché.

English



Retour à la page d'accueil en français

Si Jésus est notre expiation, pourquoi est-il mort à la Pâque au lieu du Jour des Expiations ?
Partager cette page Facebook icon Twitter icon Pinterest icon Email icon
© Copyright Got Questions Ministries