settings icon
share icon
Question

Pourquoi les quatre évangiles semblent-ils présenter un message de salut différent de celui du reste du Nouveau Testament ?

Réponse


Nous devons garder à l'esprit que la Bible est destinée à être prise comme un tout. Les livres qui précèdent les quatre évangiles sont annonciateurs, et les livres qui suivent sont explicatifs. Dans toute la Bible, ce que Dieu demande, c'est la foi (Genèse 15:6 ; Psaume 2:12 ; Habacuc 2:4 ; Matthieu 9:28 ; Jean 20:27 ; Éphésiens 2:8 ; Hébreux 10:39). Le salut ne vient pas de nos propres œuvres mais de la confiance en ce que Dieu fait en notre faveur.

Chacun des évangiles apporte un éclairage particulier sur le ministère du Christ. Matthieu, qui s'adresse à un public juif, met l'accent sur l'accomplissement par Jésus des prophéties de l'Ancien Testament, prouvant ainsi qu'il est le Messie tant attendu. Marc écrit un récit rapide et condensé, rapportant les actes miraculeux de Jésus sans s'attarder sur ses longs discours. Luc dépeint Jésus comme la solution aux problèmes du monde, en mettant l'accent sur sa parfaite humanité et sa préoccupation pour les faibles, les souffrants et les exclus. Jean insiste sur la divinité de Jésus en sélectionnant de nombreuses conversations et paroles de Jésus sur le sujet et en incluant également des signes prouvant qu'il est le Fils de Dieu.

Les quatre évangiles se complètent pour fournir un témoignage complet de Jésus, un beau portrait de l'Homme-Dieu. Bien que les évangiles diffèrent légèrement dans leur thème, le sujet central est le même. Tous présentent Jésus comme celui qui est mort pour sauver les pécheurs. Ils relatent tous sa résurrection. Que les auteurs aient présenté Jésus comme le Roi, le Serviteur, le Fils de l'Homme ou le Fils de Dieu, ils avaient pour objectif commun que les gens croient en Lui.

Nous allons maintenant nous plonger dans la théologie des évangiles. Jean inclut de nombreuses déclarations de foi et des injonctions à croire. Ces éléments correspondent à son objectif déclaré, "afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu'en croyant vous ayez la vie par son nom" (Jean 20:31). Les autres Évangiles (les Synoptiques) ne sont pas moins soucieux de notre confiance en Christ. Leurs appels à la foi sont moins manifestes mais tout aussi authentiques. Jésus proclame le caractère inévitable de la justice, et il met en garde contre la peine du péché, qui est l'enfer. Cependant, Jésus présente toujours Dieu comme la norme de la justice et lui-même comme le moyen de la justice ; sans le Christ, la justice est inaccessible et l'enfer est inévitable. Le Sermon sur la montagne (Matthieu 5-7) en est un bon exemple :

- Jésus commence le Sermon sur la montagne par une description de la vie bénie (Matthieu 5:1-12). Les Béatitudes ne nous disent pas "comment" être justes, mais décrivent simplement la justice.

- Il se présente comme l'accomplissement de la loi de l'Ancien Testament (Matthieu 5:17-18). C'est un verset clé car, pour gagner notre propre justice, nous devons accomplir la loi ; ici, Jésus dit qu'il le fera pour nous.

- Il dit qu'aucune de nos bonnes actions ne nous permettra d'entrer au ciel (Matthieu 5:20). C'est une autre déclaration importante du sermon. Les Pharisiens étaient les personnes les plus religieuses de l'époque, mais Jésus dit que même eux ne sont pas assez bons pour entrer au paradis. Jésus poursuit en disant que ce n'est pas un système religieux qui sauve, mais Lui-même.

- Il approfondit la compréhension de la justice et la définit selon la norme de Dieu, au lieu d'une simple interprétation de la loi par l'homme (Matthieu 5:21-48). Il explique l'intention de Dieu derrière plusieurs lois de l'Ancien Testament. La norme est si élevée qu'elle rend tout le monde, même le pratiquant religieux le plus dévoué, coupable devant Dieu.

- Il décrit trois activités religieuses populaires (l'aumône, la prière et le jeûne) comme étant hypocrites lorsqu'elles sont pratiquées par des personnes apparemment religieuses (Matthieu 6:1-18). Comme pour les lois qu'il vient de mentionner, Jésus met l'accent sur la condition du cœur de l'homme, et non sur les œuvres que l'on peut voir.

- Il prévient qu'au jour du jugement, il y en aura "beaucoup" qui auront accompli de grandes œuvres pour Dieu mais à qui l'accès au Ciel sera refusé (Matthieu 7:21-23). Ceci car, en l'absence d'une réelle relation, Jésus ne les a jamais "connus". Les seules bonnes actions ne suffisent pas.

- Jésus conclut le Sermon sur la montagne en déclarant audacieusement que lui seul est le fondement de la vie religieuse d'une personne (Matthieu 7:24-27). C'est un appel à faire suffisamment confiance à ses paroles pour abandonner tout autre fondement.

En résumé, dans le Sermon sur la montagne, Jésus déconstruit méticuleusement la religion pharisaïque des bonnes œuvres, indique une sainteté supérieure à la nôtre et se propose comme seul fondement de la religion. Accepter ce que Jésus dit dans ce sermon exige la foi en sa personne. L'Évangile de Matthieu met ensuite l'accent sur la foi dans a minima les versets suivants : Matthieu 8:10, 13, 26 ; 9:2, 22, 28-29 ; 12:21 ; 13:58 ; 14:31 ; 15:28 ; 16:8 ; 17:17 ; et 18:6. De plus, Matthieu inclut une présentation très claire de Jésus comme Fils de Dieu dans cet échange : "Simon Pierre répondit: «Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant.» Jésus reprit la parole et lui dit: «Tu es heureux, Simon, fils de Jonas, car ce n’est pas une pensée humaine qui t’a révélé cela, mais c'est mon Père céleste." (Matthieu 16:15-17). L'Évangile de Marc fait référence à la foi en Christ dans au moins les passages suivants : Marc 1:15 ; 2:5 ; 4:40 ; 5:34, 36 ; 6:6 ; 9:19, 23, 42 ; 10:52 ; 11:23 ; et 16:14. Dans l'Évangile de Luc, nous voyons au moins ces versets promouvoir la foi en Christ : Luc 5:20 ; 7:9, 50 ; 8:12, 25, 48, 50 ; 9:41 ; 12:28, 46 ; 17:19 ; 18:8, 42 ; et 24:25. En continuant à considérer l'Écriture comme un tout unifié, nous constatons qu'il n'existe qu'un seul message de salut, et que les quatre Évangiles fournissent la base de ce message.

Les épîtres qui suivent les évangiles développent le même thème : le salut par la foi en Christ. Le thème principal de l'épître aux Romains est la justice qui vient de Dieu et la doctrine de la justification par la grâce au moyen de la foi. Le thème central des Galates et des Colossiens est le même. Le livre des Hébreux souligne la prééminence et la perfection du Christ, "auteur et perfectionneur de notre foi" (Hébreux 12:2). Les Corinthiens (1 et 2), les Éphésiens, les Philippiens, les Thessaloniciens (1 et 2), les épîtres pastorales de Timothée et Tite, Philémon, Jacques, Pierre (1 et 2), décrivent tous la vie sainte, tant personnelle que collective, au sein de l'Église, et l'espérance de l'avenir qui devrait être le résultat naturel de la vie en Christ. Les trois épîtres de Jean réitèrent les fondements de la foi et mettent en garde contre ceux qui voudraient les remettre en question, ce qui est également le thème principal de Jude. L'Apocalypse, le dernier livre du Nouveau Testament, présente le dernier acte du plan de Dieu pour l'humanité et le sort de ceux qui s'accrochent à la même foi que celle exposée dans l'ensemble du Nouveau Testament - la foi en Christ seul.
English



Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi les quatre évangiles semblent-ils présenter un message de salut différent de celui du reste du Nouveau Testament ?
Partager cette page Facebook icon Twitter icon Pinterest icon Email icon
© Copyright Got Questions Ministries