Qu’est-ce que l’Évangile inclusif ?



 


Question : « Qu’est-ce que l’Évangile inclusif ? »

Réponse :
L’Évangile inclusif est tout simplement un nouveau nom pour la vieille hérésie universaliste : la croyance que tous les hommes seront sauvés et iront au ciel. L’Évangile inclusif, enseigné par Carlton Pearson notamment, implique plusieurs fausses croyances :

1) Jésus-Christ est mort et ressuscité pour que l’humanité entière puisse vivre éternellement au ciel, sans besoin de repentance.

2) Le salut est inconditionnel et ne requiert pas la foi en Jésus-Christ qui a payé le prix de nos péchés.

3) Toute l’humanité est destinée au ciel, qu’elle en soit consciente ou non.

4) Toute l’humanité ira au ciel, quelle que soit sa religion.

5) Enfin, seuls ceux qui rejettent intentionnellement et consciemment la grâce de Dieu après y avoir « goûté » seront éternellement séparés de lui.

L’Évangile inclusif contredit l’enseignement clair de Jésus et de la Bible. Dans l’Évangile de Jean, Jésus dit clairement qu’il est le seul chemin du salut (Jean 14.6). Dieu l’a envoyé dans le monde pour sauver l’humanité déchue, mais ce salut n’est que pour ceux qui mettent leur foi en son sacrifice pour leurs péchés (Jean 3.16), comme le disent aussi les Apôtres (Éphésiens 2.8-9, 1 Pierre 1.8-9, 1 Jean 5.13). La foi en Jésus-Christ implique de ne plus chercher à se sauver soi-même pas ses œuvres, mais de se confier en l’œuvre suffisante de Jésus.

La foi doit être accompagnée de repentance. La repentance est un changement d’attitude concernant notre péché et notre besoin de salut par la foi en Christ (Actes 2.38). Par elle, nous reconnaissons notre état de péché devant Dieu et notre incapacité à gagner le salut, nous renonçons au péché et nous cherchons Christ par la foi. Le terme grec traduit par « repentance » signifie littéralement « changer d’avis ».

Jésus sauve tous ceux qui se repentent et croient en lui (Jean 3.16), mais il a dit lui-même que tous ne croiront pas (Matthieu 7.13-14, Jean 3.19). L’idée d’un Dieu aimant et plein de grâce qui envoie des homme en enfer est déplaisante, mais c’est ce que la Bible enseigne. Jésus a dit qu’au final, le Fils de l’homme séparerait toutes les nations comme un berger sépare les béliers d’avec les boucs. Les béliers (qui représentent tous ceux qui sont sauvés par la foi en Jésus-Christ) entreront dans le Royaume avec Jésus, tandis que les boucs (qui représentent tous ceux qui auront rejeté l’offre de salut de Jésus) iront en enfer, que Matthieu 25.31-46 décrit comme un feu éternel.

Cet enseignement est offensant pour tous ceux qui, au lieu de conformer leur pensée à l’enseignement clair de la Parole de Dieu, transforment ce que dit la Bible et répandent leur faux enseignement. L’Évangile inclusif en est un exemple.

Voici d’autres arguments contre l’Évangile inclusif :
1) Si la foi et la repentance ne sont pas requis pour être sauvé, pourquoi le Nouveau Testament est-il rempli d’appels à la repentance et à la foi en Jésus-Christ ?

2) Si le salut ne requiert pas la foi en l’œuvre accomplie par Christ sur la croix, pourquoi Jésus a-t-il accepté de subir une mort aussi douloureuse et humiliante ? Dieu n’aurait-il pas pu tout simplement accorder son pardon à tous ?

3) Où est le libre arbitre si nous irons tous au ciel, que nous en soyons conscients ou non ? Un athée qui a rejeté Dieu, la Bible, Jésus et la foi chrétienne toute sa vie sera-t-il forcé de demeurer au ciel contre sa volonté ? L’Évangile inclusif semble indiquer que le ciel sera rempli de personnes qui ne voudront pas forcément y être.

4) Comment pouvons-nous tous aller au ciel, indépendamment de notre religion, alors que les différentes religions se contredisent ? Qu’en est-il, par exemple, de ceux qui ont des croyances tout à fait différentes concernant l’au-delà, comme la réincarnation ou l’annihilationnisme (c. à d. l’idée que nous cessons tous d’exister après notre mort) ?

5) Enfin, si ceux qui rejettent ouvertement la grâce de Dieu n’iront pas au ciel, cet Évangile n’est plus inclusif, puisqu’il en exclut certains.

L’Apôtre Paul décrit le message de l’Évangile comme un « parfum de mort » (2 Corinthiens 2.16). Il veut dire par là qu’il s’agit d’un message offensant pour beaucoup, parce qu’il leur révèle la vérité concernant leur péché et leur état de désespoir sans Christ et leur dit qu’ils ne peuvent rien faire pour combler le fossé entre eux et Dieu. Au cours des siècles, certaines personnes (souvent bien intentionnées) ont voulu adoucir le message de l’Évangile pour attirer plus de monde dans les églises. À première vue, c’est la meilleure chose à faire, mais au final, cela crée un faux sentiment de sécurité. Paul maudit tous ceux qui prêchent un autre Évangile (Galates 1.8). Son langage est dur, mais si on comprend l’importance du message de l’Évangile, on prend aussi conscience de l’urgence de le transmettre fidèlement. Un faux Évangile ne sauve personne, mais ne fait que condamner toujours plus de personnes à l’enfer tout en aggravant la condamnation de ceux qui y croient.


Retour à la page d'accueil en français

Qu’est-ce que l’Évangile inclusif ?