L'enterrement est-il la seule option envisageable pour un chrétien après son décès ?


Question : « L'enterrement est-il la seule option envisageable pour un chrétien après son décès ? »

Réponse :
À travers les siècles, la plupart des chrétiens ont souhaité être enterrés après leur mort selon une cérémonie qui annonce le message de la résurrection. Cette cérémonie, avec ses divers rites et traditions, est connue sous le nom d'« enterrement chrétien ». Il y a d'autres possibilités, notamment la crémation, qui, bien que moins « traditionnelle » que l'enterrement, gagne en popularité.

L'expression enterrement chrétien n'apparaît pas dans la Bible, qui ne donne pas d'instructions quant à ce que nous devons faire de notre corps après la mort. Dans les cultures de l'époque biblique, les corps des défunts étaient généralement enterrés dans une tombe, dans une grotte ou sous terre (Genèse 23.19, 35.19-20, 29, 2 Chroniques 16.14, Matthieu 27.60-66). Le mode d'enterrement le plus courant à cette époque consistait à enterrer les morts dans des tombeaux au-dessus du sol pour ceux qui en avaient les moyens, ou sous terre pour les autres. À l'époque du Nouveau Testament, les tombeaux non-souterrains étaient toujours réservés aux plus riches. C'est pourquoi Jésus, qui n'avait pas de biens terrestres, a été enterré dans une tombe empruntée (Matthieu 27.57-60).

Aujourd'hui, il est important de respecter la législation nationale sur l'élimination des corps, qui varie en fonction des pays et des régions. Les chrétiens sont appelés à se soumettre aux autorités et doivent donc respecter les lois régissant l'élimination des corps. Se pose également la question du choix entre l'enterrement chrétien et la crémation. La Bible n'ordonne ni n'interdit aucune de ces deux pratiques. Le fait que les Juifs et les premiers chrétiens enterraient leurs morts suffit à persuader certains de choisir l'enterrement, de même que le fait que la Bible ne mentionne les corps brûlés par le feu que dans le contexte du châtiment des méchants pour leurs offenses (Lévitique 20.14, Josué 7.25) les convainc d'éviter la crémation. Encore une fois, cependant, aucun commandement biblique n'interdit la crémation. En définitive, le mieux est de laisser la famille du défunt en décider.

La méthode d'élimination d'un corps est moins importante que les vérités spirituelles qui motivent la cérémonie d'enterrement chrétien : que le corps n'est plus la demeure de la personne décédée. Paul décrit nos corps comme des « tentes », c'est-à-dire des demeures temporaires : « Nous savons, en effet, que si notre habitation terrestre, qui n'est qu'une tente, est détruite, nous avons dans le ciel un édifice qui est l'œuvre de Dieu, une habitation éternelle qui n'est pas faite par la main de l'homme. » (2 Corinthiens 5.1) Au retour de Jésus, les chrétiens seront ressuscités et notre corps sera transformé en corps glorifié et éternel. « C'est aussi le cas pour la résurrection des morts. Le corps est semé corruptible, il ressuscite incorruptible. Il est semé méprisable, il ressuscite glorieux. Il est semé faible, il ressuscite plein de force. » (1 Corinthiens 15.42-43)

English


Retour à la page d'accueil en français

L'enterrement est-il la seule option envisageable pour un chrétien après son décès ?