Est-il possible que le nom d’une personne soit effacé du livre de vie ?



 


Question : « Est-il possible que le nom d’une personne soit effacé du livre de vie ? »

Réponse :
Apocalypse 22.19 dit : « et si quelqu’un enlève quelque chose aux paroles du livre de cette prophétie, Dieu enlèvera sa part de l’arbre de la vie et de la ville sainte décrits dans ce livre ». Ce verset est généralement cité dans le cadre du débat sur l’assurance du salut. Veut-il dire que le nom d’une personne peut être effacé du livre de vie de l’Agneau ? Autrement dit, un chrétien peut-il perdre son salut ?

D’abord, les Écritures disent clairement qu’un croyant authentique est préservé par la puissance de Dieu, scellé pour le jour de la rédemption (Éphésiens 4.30), et que le Fils ne perdra aucun de ceux que le Père lui a donnés (Jean 6.39). Le Seigneur Jésus-Christ a dit : « Je leur donne la vie éternelle. Elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher à ma main. Mon Père, qui me les a données, est plus grand que tous et personne ne peut les arracher à la main de mon Père. » (Jean 10.28-29b) Le salut est l’œuvre de Dieu, pas la nôtre (Tite 3.5), et c’est sa puissance qui nous garde.

Si le « quelqu’un » en Apocalypse 22.19 ne fait pas référence aux croyants, de qui s’agit-il ? Autrement dit, qui pourrait ajouter ou enlever quelque chose aux paroles de la Bible ? De toute évidence, ce ne sont pas les croyants authentiques qui auraient tendance à fausser la Parole de Dieu, mais ceux qui se disent seulement chrétiens et supposent que leurs noms sont inscrits dans le livre de vie. De manière générale, la révélation divine a le plus souvent été faussée par des sectes pseudo-chrétiennes et par les tenants d’une théologie très libérale. Beaucoup de sectes et de théologiens libéraux se réclament du nom de Christ, mais ne sont pas « nés de nouveau », la définition biblique la plus claire pour un chrétien.

La Bible cite plusieurs exemples de personnes qui se considéraient comme croyantes, mais dont la profession de foi s’est avérée fausse. En Jean 15, Jésus les décrit comme les sarments qui ne demeurent pas en lui, le cep, et ne produisent donc pas de fruits. Nous connaissons leur fausseté car « vous les reconnaîtrez à leurs fruits » (Matthieu 7.16, 20) : des disciples authentiques manifesteront les fruits du Saint-Esprit qui demeure en eux (Galates 5.22). En 2 Pierre 2.22, les faux enseignants sont décrits comme des chiens qui retournent à ce qu’ils ont vomi ou des truies qui, « à peine lavée[s], s[e] vautr[ent] dans le bourbier ». Le sarment qui ne porte pas de fruit, le chien et la truie symbolisent tous ceux qui croient qu’ils sont sauvés alors qu’ils se confient en leur propre justice plutôt qu’en celle de Christ. Il semble peu probable que ceux qui se sont repentis de leur péché et sont nés de nouveau fausseraient consciemment la Parole de Dieu en y ajoutant ou en enlevant quoi que ce soit. Corrompre sciemment la Parole de Dieu révèle un manque de foi.

Apocaypse 3.5 aborde également ce sujet. « Le vainqueur […] je n’effacerai pas son nom du livre de vie. » Le « vainqueur » dans cette lettre à l’église de Sardes est le chrétien. Comparons ce verset avec 1 Jean 5.4 : « tout ce qui est né de Dieu remporte la victoire contre le monde » et 5 : « Qui est victorieux du monde ? N’est-ce pas celui qui croit que Jésus est le Fils de Dieu ? » (Voir aussi 1 Jean 2.13) Tous les croyants sont « vainqueurs » en ce qu’ils ont remporté la victoire sur le péché et l’incroyance du monde.

Certains interprètent Apocalypse 3.5 comme une image de la main de Dieu levée, prête à rayer le nom d’un chrétien qui pèche. Voici comment ils comprennent ce verset : « Si tu échoues et que tu n'es pas victorieux, tu perdras ton salut ! En fait, j’effacerai ton nom du livre de vie ! » Mais ce n’est PAS ce que dit ce verset : il s’agit d’une promesse de Jésus, pas d’un avertissement.

Les Écritures ne disent pas que Dieu efface le nom d’un croyant du livre de vie de l’Agneau, ni même qu’il y réfléchit ! La merveilleuse promesse en Apocalypse 3.5 est que Jésus n’effacera PAS nos noms. Il s’adresse aux « vainqueurs », c’est-à-dire à tous ceux qui ont été rachetés par le sang de l’Agneau, et leur promet de ne pas effacer leurs noms : un nom inscrit dans le livre de vie l’est pour toujours, selon la fidélité de Dieu.

La promesse en Apocalypse 3.5 s’adresse aux croyants, qui ont l’assurance de leur salut. L’avertissement en Apocalypse 22.19 s’adresse, au contraire, aux incroyants, qui, au lieu de tourner leur cœur vers Dieu, cherchent à changer sa Parole pour la faire correspondre à leurs envies. De telles personnes ne mangeront pas de l’arbre de la vie.


Retour à la page d'accueil en français

Est-il possible que le nom d’une personne soit effacé du livre de vie ?