Quel était le sens des dons bibliques servant de signes ?



 


Question : « Quel était le sens des dons bibliques servant de signes ? »

Réponse :
Par dons bibliques servant de signes, on fait référence aux miracles comme le parler en langues, les visions, les guérisons, les résurrections et les prophéties. La question de savoir si ces dons ont existé ne se pose pas pour les croyants : la Bible les décrit clairement. Il y a cependant des désaccords sur leur sens, ainsi que sur la question de savoir si on devrait encore les expérimenter aujourdʼhui. Certains affirment que ces dons sont un signe de notre salut, dʼautres, un signe du baptême du Saint-Esprit, dʼautres encore, quʼils ont été donnés pour authentifier le message de lʼÉvangile. Comment connaître la vérité ? Nous devons sonder les Écritures pour découvrir ce que Dieu lui-même en dit.

On trouve une des premières références bibliques à ces dons en Exode 4, où Dieu appelle Moïse à délivrer Israël dʼÉgypte. Moïse, qui craint que le peuple ne croira pas que Dieu lʼa envoyé, reçoit des signes : son bâton qui se transforme en serpent et sa main qui devient lépreuse. Dieu lui dit de montrer ces signes aux Israélites « afin quʼils croient que lʼÉternel, le Dieu de leurs ancêtres, [lui] est apparu, le Dieu dʼAbraham, le Dieu dʼIsaac et le Dieu de Jacob » (v. 5). Sʼils ne croient toujours pas, Dieu demande à Moïse de prendre de lʼeau du Nil et de la verser à terre, où elle se changerait en sang (v. 9). Ainsi, les enfants dʼIsraël croiraient au messager de Dieu.

Dieu a aussi donné à Moïse des signes miraculeux à montrer au Pharaon afin de le pousser à laisser partir son peuple. En Exode 7.3-5, Dieu dit à Moïse quʼil multiplierait ses signes et ses miracles en Égypte et quʼainsi, « les Égyptiens reconnaîtr[aient] qu’[il était] lʼÉternel lorsqu[‘il] déploierai[t] [s]a puissance contre lʼÉgypte et ferai[t] sortir les Israélites du milieu dʼeux ». Dieu voulait que le peuple égyptien sache quʼil était à lʼœuvre pour délivrer les Israélites. En Exode 10.7, Moïse avertit le Pharaon que la dernière plaie, la mort des premiers-nés, manifesterait la différence que Dieu fait entre les Égyptiens et les Israélites. Ces signes et miracles confirmeraient le message de Dieu au Pharaon et aux Égyptiens, qui comprendraient que Moïse était envoyé par Dieu.

Quand Élie a affronté les faux prophètes sur le Mont Carmel (1 Rois 18), il a prié que Dieu fasse descendre miraculeusement le feu du ciel pour que le peuple sache « que cʼest [lui] qui [était] Dieu en Israël et que [lui, Élie, était son] serviteur et [qu’il avait] fait tout cela sur [son] ordre […] afin que ce peuple reconnaisse que [c’était lui, l’Éternel], qui [était] Dieu » (v. 36-37). Les miracles que lui et les autres prophètes ont accomplis confirment que Dieu les avait envoyés et était à lʼœuvre au milieu dʼIsraël.

Joël a annoncé le jugement de Dieu sur Israël, accompagné dʼun message de miséricorde et dʼespérance. Quand le jugement est venu, ainsi quʼil lʼavait prophétisé, et que le peuple sʼest repenti, Dieu a annoncé quʼil renonçait à son jugement et restaurait ses bénédictions : « Vous saurez que je suis au milieu dʼIsraël, que je suis lʼÉternel, votre Dieu, et quʼil nʼy en a pas dʼautre, et mon peuple ne sera plus jamais dans la honte » (Joël 2.27). Il a immédiatement ajouté quʼil répandrait son Esprit sur le peuple pour quʼils prophétisent, aient des visions et voient des miracles sʼaccomplir. Quand, au jour de la Pentecôte, les disciples ont commencé à parler en langues (Actes 2.1-21), Pierre a affirmé : « maintenant se réalise ce quʼa dit le prophète Joël ». Pourquoi ? Pour que le peuple comprenne que le message que lui et les autres apôtres annonçaient venait de Dieu.

Le ministère de Jésus était accompagné de signes et de miracles. Pourquoi ? En Jean 10.37-38, il répond en ces termes aux Juifs qui voulaient le lapider pour blasphème : « Si je ne fais pas les œuvres de mon Père, ne me croyez pas ! Mais si je les fais, même si vous ne me croyez pas, croyez à ces œuvres afin de savoir et de reconnaître que le Père est en moi et que je suis en lui. » Tout comme dans lʼAncien Testament, Jésus faisait des miracles pour confirmer que la main de Dieu était sur son Messager.

Quand les Pharisiens ont demandé un signe à Jésus, il leur a répondu : « Une génération mauvaise et adultère réclame un signe miraculeux, il ne lui sera pas donné dʼautre signe que celui du prophète Jonas. En effet, de même que Jonas fut trois jours et trois nuits dans le ventre dʼun grand poisson, de même le Fils de lʼHomme sera trois jours et trois nuits dans la terre. Lors du jugement, les habitants de Ninive se lèveront avec cette géneration et la condamneront, parce quʼils ont changé dʼattitude à la prédication de Jonas. Or, il y a ici plus que Jonas. » (Matthieu 12.39-41) Il disait très clairement que les signes avaient pour but de faire comprendre au peuple quʼun message venait de Dieu, afin quʼil réagisse en conséquence. De même, en Jean 4.48, il a dit à lʼofficier : « Si vous ne voyez pas des signes et des prodiges, vous ne croirez donc pas ? » Les signes sont une aide pour ceux qui ont du mal à croire, mais le plus important était le message du salut en Christ.

Paul décrit ainsi ce message du salut en 1 Corinthiens 1.21-23 : « Il a plu à Dieu de sauver les croyants à travers la folie de la prédication. Les Juifs demandent un signe miraculeux et les Grecs recherchent la sagesse. Or nous, nous prêchons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs et folie pour les non-Juifs. » Les signes ont leur utilité, mais ils ne sont que des moyens visant à une fin plus grande : le salut des âmes par la prédication de lʼÉvangile. En 1 Corinthiens 14.22, Paul dit clairement que « les langues sont un signe non pour les croyants, mais pour les non-croyants. » Dieu sʼest servi de signes miraculeux comme le parler en langues pour convaincre les incroyants que le message de Christ était vrai, mais le contexte dʼensemble montre que le plus important était lʼannonce claire du message de lʼÉvangile.

En étudiant les signes et miracles dans les Écritures, on oublie souvent aussi leur chronologie. Contrairement à une opinion largement répandue, les hommes des temps bibliques ne vivaient pas dans le miracle permanent : les miracles de la Bible sont généralement plutôt liés à des épisodes particuliers du plan de Dieu pour les hommes. La sortie dʼÉgypte du peuple dʼIsraël et son entrée dans la terre promise ont vu se produire de nombreux miracles, mais ces miracles ont ensuite cessé rapidement. Au cours des dernières années du Royaume de Juda, quand Dieu était sur le point de faire partir son peuple en exil, il a permis que certains de ses prophètes accomplissent des miracles. Jésus venu habiter parmi nous a fait des miracles, de même que les apôtres au début de leur ministère ; mais, en dehors de ces périodes précises, les signes et miracles sont assez rares dans la Bible. La grande majorité des hommes de cette époque nʼont jamais vu de signes ni de miracles de leurs yeux : ils devaient vivre par la foi en ce que Dieu leur avait déjà révélé.

Dans lʼÉglise primitive, les signes et miracles avaient lieu surtout lors de la première annonce de lʼÉvangile à de nouveaux peuples. Le jour de la Pentecôte, on voit que « des Juifs, hommes pieux venus de toutes les nations qui sont sous le ciel », étaient rassemblés à Jérusalem (Actes 2.5). Ces Juifs, qui avaient été élevés ailleurs et parlaient dʼautres langues (v. 6-11), ont été les premiers bénéficiaires du signe du parler en langues. Ils ont reconnu quʼils entendaient parler des merveilles de Dieu, chacun dans sa propre langue, et Pierre leur a dit que la seule réaction appropriée était de se repentir de leurs péchés (v. 38). Quand lʼÉvangile a été annoncé pour la première fois aux Samaritains, Philippe a accompli des signes et des miracles (Actes 8.13).

Quand Pierre a été envoyé à Corneille, un non-Juif, Dieu a de nouveau fait un signe miraculeux pour confirmer son œuvre. « Tous les croyants circoncis qui étaient venus avec Pierre furent stupéfaits de ce que le don du Saint-Esprit était déversé même sur les non-Juifs. En effet, ils les entendaient parler en langues et célébrer la grandeur de Dieu. » (Actes 10.45-46) Quand Pierre a été interrogé par les autres apôtres, il a décrit ce signe comme une preuve de la direction de Dieu et tous « se mirent à célébrer la gloire de Dieu en disant : « Dieu a donc aussi accordé aux non-Juifs la possibilité de changer dʼattitude afin dʼavoir la vie. » » (Actes 11.18)

Dans tous ces cas, les signes étaient une confirmation du message et du messager de Dieu, afin que le public comprenne et croie. Une fois le message confirmé, les signes cessaient. Nous nʼavons pas forcément besoin de voir ces signes se reproduire dans nos vies, mais nous avons besoin du même message de lʼÉvangile.


Retour à la page d'accueil en français

Quel était le sens des dons bibliques servant de signes ?