Aurons-nous une deuxième chance de salut après notre mort ?



 


Question : « Aurons-nous une deuxième chance de salut après notre mort ? »

Réponse :
L’idée d’une deuxième chance de salut est séduisante, mais la Bible dit clairement que nos chances de salut s’arrêtent à notre mort. Hébreux 9.27 dit que nous mourrons, après quoi vient le jugement. Tant qu’une personne est en vie, elle a autant de chances qu’elle veut d’accepter Christ et d’être sauvée (Jean 3.16, Romains 10.9-10, Actes 16.31), mais une fois qu’elle meurt, c’est terminé. La notion de purgatoire, où les hommes expient leurs péchés après leur mort, n’a aucun fondement biblique, mais il s’agit d’une tradition catholique.

Pour comprendre ce qui arrive aux incroyants après leur mort, lisons Apocalypse 20.11-15, qui décrit le jugement du grand trône, au cours duquel des livres seront ouverts et « les morts [sero]nt jugés conformément à leurs œuvres, d’après ce qui était écrit dans ces livres ». Ces livres contiennent tous les actes et pensées de la personne jugée et Romains 3.20 dit que « personne ne sera considéré comme juste devant lui sur la base des œuvres de la loi ». Par conséquent, tous ceux qui seront jugés selon leurs œuvres et pensées seront condamnés à l’enfer. Les croyants en Christ, eux, ne seront pas jugés selon leurs œuvres : leurs noms sont inscrits dans un autre livre, le « livre de vie de l’agneau » (Apocalypse 21.27). Ceux qui ont cru en le Seigneur Jésus seront les seuls à entrer au ciel.

Tous ceux dont le nom est écrit dans le livre de vie de l’Agneau sont « choisis avant la création du monde » (Éphésiens 1.4) par la grâce souveraine de Dieu, qui les sauve pour en faire l’épouse de son Fils, l’Église de Jésus-Christ. Ces personnes n’ont pas besoin d’une « deuxième chance » de salut, car leur salut a été acquis par Christ, qui les a choisis, sauvés, et les préservera. Rien ne peut les séparer de Christ (Romains 8.39). Tous ceux pour qui il est mort seront sauvés parce qu’il pourvoira à leur salut. Il a lui-même déclaré : « tous ceux que le Père me donne viendront à moi » (Jean 6.37) et : « Je leur donne la vie éternelle. Elles ne périront jamais et personne ne pourra les arracher à ma main » (Jean 10.28). Les croyants n’ont pas besoin d’une deuxième chance parce que la première est suffisante.

Qu’en est-il de ceux qui n’ont pas cru ? Ne se repentiraient-ils pas et ne croiraient-ils pas si on leur donnait une deuxième chance ? La réponse est non, car leurs cœurs n’auraient pas été transformés par le seul fait d’être morts : ils seraient toujours en état d’« inimitié » contre Dieu et ne l’accepteraient pas, même s’ils le voyaient face à face, comme le montre l’histoire de l’homme riche et de Lazare en Luc 16.19-31. Cet homme avait toutes les raisons de se repentir en recevant une seconde chance de voir la vérité clairement, mais, même dans les tourments de l’enfer, il a seulement demandé à Abraham d’envoyer Lazare sur terre, afin qu’il avertisse ses frères et qu’ils ne subissent pas le même sort. Son cœur n’était pas repentant, uniquement rempli de regrets devant sa situation. La réponse d’Abraham dit tout : « S’ils n’écoutent pas Moïse et les prophètes, ils ne se laisseront pas persuader, même si quelqu’un ressuscite. » (Luc 16.31) On voit ici que le témoignage des Écritures est suffisant pour le salut de ceux qui y croient et qu’aucune révélation supplémentaire ne sauverait à ceux qui n’y croient pas. Toutes les nouvelles chances ne suffiraient pas à transformer un cœur de pierre en cœur de chair.

Philippiens 2.10-11 dit : « afin qu’au nom de Jésus chacun plie le genou dans le ciel, sur la terre et sous la terre et que toute langue reconnaisse que Jésus-Christ est le Seigneur, à la gloire de Dieu le Père. » Un jour, tout genou fléchira devant Jésus et reconnaîtra qu’il est Sauveur et Seigneur, mais à ce moment-là, il sera trop tard pour être sauvé. Après la mort, tout ce qui attend l’incroyant est le jugement (Apocalypse 20.14-15). C’est pourquoi nous devons croire en lui dès cette vie.


Retour à la page d'accueil en français

Aurons-nous une deuxième chance de salut après notre mort ?