Quelle est la définition du péché ?



 


Question : « Quelle est la définition du péché ? »

Réponse :
La Bible décrit le péché comme la transgression de la loi de Dieu (1 Jean 3.4) et la rébellion contre Dieu (Deutéronome 9.7, Josué 1.18). Le péché est apparu avec Lucifer, vraisemblablement le plus beau et puissant des anges, lequel, insatisfait de son rang, a voulu s’élever au-dessus de Dieu, ce qui a provoqué sa chute et la naissance du péché (Ésaïe 14.12-15). Lucifer, qui porte désormais le nom de Satan, a entraîné l’humanité à pécher dans le jardin d’Éden, où il a tenté Adam et Ève avec le même hameçon : « vous serez comme Dieu». Genèse 3 décrit leur rébellion contre Dieu et son commandement. Depuis lors, le péché est transmis de génération en génération et nous, les descendants d’Adam, en avons hérité. Romains 5.12 nous dit que par Adam, le péché est entré dans le monde et s’est transmis à tous les hommes, car « le salaire du péché, c’est la mort » (Romains 6.23).

Par Adam, la tendance innée au péché a atteint l’humanité et les hommes sont devenus pécheurs par nature. Quand Adam a péché, sa rébellion a transformé son être intérieur, entraînant la mort spirituelle et la corruption qui se transmettraient à toute sa descendance. Nous ne sommes pas pécheurs parce que nous péchons : nous péchons parce que nous sommes pécheurs. C’est ce qu’on appelle le péché hérité. Tout comme nous héritons des caractéristiques physiques de nos parents, nous héritons la nature pécheresse d’Adam. Le roi David s’est lamenté sur sa condition humaine déchue au Psaume 51.57 : « Oui, depuis ma naissance, je suis coupable ; quand ma mère m’a conçu, j’étais déjà marqué par le péché. »

Un autre type de péché est le péché imputé. Le terme grec traduit par « imputer », employé dans un contexte financier ou légal, signifie mettre quelque chose qui appartient à quelqu’un au compte de quelqu’un d’autre. Avant la Loi de Moïse, le péché n’était pas imputé à l’homme, même si les hommes étaient déjà pécheurs à cause du péché hérité. Lorsque la Loi fut donnée, les péchés commis en violation de celle-ci leur furent imputés, mis à leur compte (Romains 5.13). Avant même que les transgressions de la Loi ne soient imputées aux hommes, le châtiment ultime pour tout péché, la mort, régnait déjà (Romains 5.14). Tous les hommes, d’Adam à Moïse, sont morts, non pas à cause de leurs péchés contre la Loi de Moïse (qu’ils n’avaient pas reçue), mais à cause de la nature pécheresse qu’ils avaient héritée. Après Moïse, les humains mouraient à la fois à cause du péché hérité d’Adam et du péché qui leur était imputé pour avoir violé les lois de Dieu.

Dieu a appliqué le principe de l’imputation au bénéfice de l’humanité, en imputant le péché des croyants à Jésus-Christ, qui en a payé le prix en mourant sur la croix. En imputant nos péchés à Jésus, Dieu l’a traité comme le pécheur qu’il n’était pas et l’a fait mourir pour les péchés du monde entier (1 Jean 2.2). Il est important de comprendre que le péché lui a été imputé, mais qu’il n’en a pas hérité d’Adam. Il a pris sur lui la punition du péché sans jamais devenir pécheur. Sa nature pure et parfaite n’a pas été touchée par le péché. Il fut traité comme s’il était coupable de tous les péchés de l’humanité, bien qu’il n’en avait commis aucun. En échange, Dieu a imputé sa justice aux croyants et l’a mise à notre compte, tout comme il a mis nos péchés au compte de Christ (2 Corinthiens 5.21).

Un troisième type de péché est le péché personnel, que chaque personne commet tous les jours. Parce que nous avons hérité de la nature pécheresse d’Adam, nous commettons des péchés personnel et individuels, de petits mensonges d’apparence innocente au meurtre. Ceux qui n’ont pas mis leur foi en Jésus-Christ doivent payer le prix de ces péchés personnels, en plus du péché hérité et imputé. Les croyants, cependant, ont été libérés du châtiment éternel du péché, l’enfer et la mort spirituelle, et ont à présent le pouvoir de résister au péché. Maintenant, nous avons le choix de commettre ou non des péchés personnels, car nous avons le pouvoir de résister au péché par le Saint-Esprit qui habite en nous, nous sanctifie et nous convainc de péché quand nous en commettons (Romains 8.9-11). Dès que nous confessons nos péchés personnels à Dieu et lui demandons le pardon, notre relation et communion parfaite avec lui est rétablie. « Si nous reconnaissons nos péchés, il est fidèle et juste pour nous les pardonner et pour nous purifier de tout mal. » (1 Jean 1.9)

Nous sommes sous le coup d’une triple condamnation, à cause de notre péché hérité, imputé et personnel. Le juste châtiment du péché est la mort (Romains 6.23), non seulement physique, mais éternelle (Apocalypse 20.11-15). Heureusement, nos péchés hérités, imputés et personnels tous ont été crucifiés avec Jésus, si bien que maintenant, par la foi en Jésus-Christ notre Sauveur, « par son sang, nous sommes rachetés, pardonnés de nos fautes, conformément à la richesse de sa grâce » (Éphésiens 1.7).


Retour à la page d'accueil en français

Quelle est la définition du péché ?