Le déconstructionnisme est-il une méthode d’interprétation biblique valide ?



 


Question : « Le déconstructionnisme est-il une méthode d’interprétation biblique valide ? »

Réponse :
Le déconstructionnisme est à la base une théorie de critique textuelle ou d’interprétation qui nie l’existence d’un seul sens ou interprétation correcte d’un texte ou passage. Deux idées sont au cœur de cette théorie : d’abord, celle qu’aucun texte ni passage ne peut avoir un seul message fiable et cohérent pour tous ceux qui le lisent ou l’entendent et ensuite, celle que son auteur est moins responsable de son contenu que les forces impersonnelles de la culture, comme le langage, avec leur idéologie inconsciente. Les éléments de base du déconstructionnisme sont donc contraires à l’enseignement clair de la Bible : la vérité absolue existe et nous pouvons la connaître (Deutéronome 32.4, Ésaïe 65.16, Jean 1.17-18, Jean 14.6, Jean 15.26-27, Galates 2.5).

L’approche déconstructionniste de l’interprétation biblique est issue du postmodernisme. Il ne s’agit donc que d’une énième tentative visant à nier l’existence d’une vérité absolue, une des fautes logiques les plus graves qu’on puisse commettre, qui se contredit elle-même : en niant l’existence d’une vérité absolue, on affirme comme une vérité absolue que la vérité absolue n’existe pas. Si quelqu’un vous dit qu’il n’y a pas de vérité absolue, demandez-lui s’il en est absolument certain : s’il répond oui, il se sera contredit lui-même.

Comme les autres philosophies issues du postmodernisme, le déconstructionnisme célèbre l’autonomie humaine et fait de l’intelligence humaine la mesure de toute vérité. Par conséquent, pour les penseurs postmodernes, toute vérité est relative et il n’y a pas de vérité absolue. Au cœur du postmodernisme et de la pensée déconstructionniste, il y a l’orgueil de l’homme. Les déconstructionnistes pensent pouvoir découvrir des éléments personnels ou sociaux derrière les Écritures afin de déterminer « ce que le texte dit vraiment ». Le résultat est une interpretation subjective du passage en question : au lieu d’accepter ce qu’il dit réellement, le déconstructionniste est arrogant et pense qu’il peut déterminer un sens « caché ». Cependant, en poussant le déconstructionnisme à sa conclusion logique, il faudrait déconstruire même ses propres découvertes afin de déterminer ce que le déconstructionniste voulait « réellement » dire. Un tel raisonnement circulaire se contredit lui-même. Cette pensée fondamentalement erronée rappelle 1 Corinthiens 3.19 : « car la sagesse de ce monde est une folie devant Dieu. En effet, il est écrit : Il prend les sages à leur propre ruse. »

Les déconstructionnistes n’étudient pas la Bible afin de découvrir la pensée de l’auteur, mais afin de chercher à discerner les influences culturelles et sociales sous-jacentes. La seule limite à une telle interprétation est l’imagination de celui qui interprète. Pour le déconstructionnisme, il n’y a pas de bonne interprétation et le sens du texte est laissé à sa libre appréciation. On peut imaginer les conséquences si on lisait ainsi des documents officiels, comme les contrats et les testaments. Cette approche des Écritures ne reconnaît pas cette vérité fondamentale : la Bible est le mode de communication objectif de Dieu avec l’humanité et le sens des passages vient de lui.

Au lieu de perdre notre temps à débattre avec les déconstructionnistes et les tenants d’autres théories postmodernes, nous devons surtout exalter Christ et insister sur la suffisance et l’autorité des Écritures. Romains 1.21-22 résume la pensée postmoderne qui défend des théories comme le déconstructionnisme : « puisque tout en connaissant Dieu, ils ne lui ont pas donné la gloire qu’il méritait en tant que Dieu et ne lui ont pas montré de reconnaissance ; au contraire, ils se sont égarés dans leurs raisonnements et leur cœur sans intelligence a été plongé dans les ténèbres. Ils se vantent d’être sages, mais ils sont devenus fous. »


Retour à la page d'accueil en français

Le déconstructionnisme est-il une méthode d’interprétation biblique valide ?