Est-ce péché d'être contrariété envers Dieu ?


Question : « Est-ce péché d'être contrariété envers Dieu ? »

Réponse :
La contrariété est un sentiment d'impatience et d'anxiété que nous éprouvons lorsque nous ne trouvons pas de satisfaction à nos besoins ou que nos problèmes paraissent insurmontables. Il arrive que ce soit Dieu qui fasse l'objet de notre impatience et de notre insatisfaction et nous sommes contrariés lui. Cette contrariété envers Dieu, de ses voies et de ce qu'il fait dans nos vies peut être une occasion de chute pour les chrétiens. Si Dieu pourrait si aisément résoudre nos problèmes, alors pourquoi ne le fait-il pas ? Il sait ce dont j'ai besoin, mais où est-il ? Il est peu de de chrétiens qui n'aient jamais connu ce sentiment à un moment donné, pour une raison ou une autre.

Prenons l'exemple de Marthe (Luc 10.38-42) : Jésus était en visite chez elle et elle voulait lui servir un bon repas. Les Écritures disent qu'elle « était affairée aux nombreuses tâches du service ». Pendant ce temps, sa sœur Marie « s'assit aux pieds de Jésus et écoutait ce qu’il disait ». Marthe, qui était occupée et avait besoin d'aide à la cuisine, a laissé sa contrariété prendre le dessus : elle « survint et dit : « Seigneur, cela ne te fait-il rien que ma sœur me laisse seule pour servir ? Dis-lui donc de venir m'aider. » » Elle était contrariée non seulement envers Marie, qui ne l'aidait pas, et envers le Seigneur qui la laissait faire. Jésus l'a calmée par ces paroles : « Marthe, Marthe, tu t'inquiètes et tu t'agites pour beaucoup de choses. » Il a profité de l'occasion pour lui apprendre à s'arrêter pour connaître Dieu (cf. Psaume 46.10), quelque chose que nous oublions facilement quand nous sommes frustrés.

Une autre histoire très connue est celle de Jonas. Ce prophète était également contrarié envers le Seigneur. Dieu lui avait parlé, mais il n’avait pas aimé ce qu'il avait entendu (Jonas 1.1-3a). En annonçant le message de Dieu aux Ninivites à contrecœur, il était certain qu'ils ne l'écouteraient pas et qu'il aurait ensuite la satisfaction de les voir massacrés par un Dieu vengeur. Pourtant, au grand dam du prophète, les Ninivites se sont repentis et humiliés devant Dieu (Jonas 3.5-10). Jonas était contrarié. Son idée de la justice entrait en contradiction avec la miséricorde de Dieu. Comme si cela ne suffisait pas, Dieu a asséché la plante en dessous des feuilles de laquelle il s'abritait, le laissant exposé au soleil ardent (Jonas 4.7). Sa contrariété était si grande qu'il voulait mourir (Jonas 4.9). Dieu a montré à son prophète en colère que sa perspective était erronée : Jonas se préoccupait davantage pour une plante insensible que pour une grande ville remplie d'habitants. Notre contrariété peut altérer notre vision et se mettre en travers de notre compassion.

Est-ce péché d'être contrarié envers Dieu ? C’est bien le cas, en effet. La contrariété est le fruit de notre nature humaine pécheresse. Être contrarié envers Dieu peut être un signe de notre manque de confiance en lui ou de notre mauvaise compréhension de son identité. Si Dieu est parfait, comme le dit la Bible (Psaume 18.30), alors ses intentions, sa chronologie, ses méthodes et ses résultats le sont également. Si nous nous concentrons sur lui et lui faisons confiance, notre contrariété cédera la place à sa paix (Ésaïe 26.3).

Notre contrariété envers Dieu peut être une conséquence de notre propre entêtement. Quand nos ambitions entrent en conflit avec ses desseins, il est naturel d'être frustré, mais lutter contre Dieu est toujours déconseillé, comme Saul de Tarse l'a appris à ses dépens quand Jésus lui a rappelé : « Il te serait dur de te rebeller contre les aiguillons » (Actes 26.14). Une simple prière d'humilité et de soumission nous réconforte bien plus qu'une obstination dans nos projets.

Dieu dit aux pères terrestres : « Pères, n'exaspérez pas vos enfants » (Colossiens 3.21). On peut donc être certain que lui n'exaspérera pas les siens. Quand nous sommes frustrés de lui, c'est dû à une incompréhension de notre part, pas à un manquement de la sienne. Le meilleur moyen de gérer cette frustration est de nous soumettre à sa volonté, d'accepter qu'il interviendra en son temps et d'avoir confiance en sa bonté. « Déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous. » (1 Pierre 5.7)



English
Retour à la page d'accueil Français

Est-ce péché d'être contrariété envers Dieu ?