Est-il nécessaire de comprendre pleinement l’Évangile pour être sauvé ? Suffit-il d'y croire, même sans le comprendre pleinement ?


Question : « Est-il nécessaire de comprendre pleinement l’Évangile pour être sauvé ? Suffit-il d'y croire, même sans le comprendre pleinement ? »

Réponse :
En un sens, le message de l’Évangile est très simple : Jésus est mort et ressuscité pour que nous puissions être sauvés. Les fondements de l’Évangile sont faciles à comprendre. D'un autre côté, il s'agit d'une des vérités divines les plus profondes jamais révélées à l'humanité, dont les implications et la théologie sous-jacente ont de quoi laisser pantois même les théologiens les plus érudits. Dans quelle mesure est-il nécessaire de comprendre l’Évangile pour être sauvé ?

La foi qui sauve implique indéniablement un certain degré de compréhension de ce que nous croyons, rendu possible par la prédication de l’Évangile (Matthieu 28.18-20) accompagnée par l'œuvre du Saint-Esprit dans nos cœurs (Actes 16.14). Paul définit le processus qui nous permet de comprendre clairement l’Évangile : le message est prêché, nous l'entendons, y croyons et faisons appel au Seigneur pour être sauvés (Romains 10.14). Entendre, c'est comprendre : si la prédication n'est pas comprise, alors nous ne l'avons pas pleinement entendue.

Le cœur de la prédication, que nous devons comprendre, c’est l’Évangile. Dès le commencement, le message des Apôtres mettait l'accent sur la mort et la résurrection de Christ (Actes 2.23-24). Voici ce message : « Christ est mort pour nos péchés, conformément aux Écritures ; il a été enseveli et il est ressuscité le troisième jour, conformément aux Écritures. Ensuite il est apparu à Céphas, puis aux douze. » (1 Corinthiens 15.3-4) Ce passage contient les éléments fondamentaux de l’Évangile, centré sur la personne et l'œuvre de Christ : Jésus est mort pour nos péchés et ressuscité. Nul ne peut être sauvé sans comprendre cette vérité et fonder sa foi sur elle.

Chaque facette du message de l’Évangile est importante et une mauvaise compréhension d'un seul d'entre eux est néfaste pour notre foi. Si nous ne comprenons pas que Jésus est le Fils parfait de Dieu, alors sa mort est inutile à notre salut. Si nous ne comprenons pas qu'il est mort, nous ne comprendrons évidemment pas sa résurrection. Si nous ne comprenons pas pourquoi il est mort (pour nos péchés), nous pourrons penser que nous sommes sans péché et n'avons donc pas besoin d'un Sauveur. Enfin, si nous ne comprenons pas qu'il est ressuscité, nous passerons à côté du fait que notre Sauveur est vivant et notre foi serait morte (1 Corinthiens 15.17).

La Bible donne des exemples de personnes ayant atteint un certain niveau de connaissance spirituelle sans pour autant être sauvés et qui, ayant compris les fondements de l’Évangile, ont mis leur foi en Christ et sont nés de nouveau. L'eunuque éthiopien (Actes 8.26-39), Corneille (Actes 10), Apollos (Actes 18.24-28) et les douze hommes d’Éphèse (Actes 19.1-7) avaient tous un arrière-plan religieux, mais ils n'ont été sauvés qu'en mettant leur foi en Christ et pour cela, ils ont dû entendre et comprendre l’Évangile.

Il n'est cependant pas nécessaire de comprendre tous les détails de l’Évangile pour être sauvé. C'est d'ailleurs impossible de ce côté-ci de la gloire : paradoxalement, nous luttons pour « connaître cet amour qui surpasse toute connaissance » (Éphésiens 3.19), mais ne comprendrons jamais pleinement la richesse de la grâce de Dieu : « Quelle profondeur ont la richesse, la sagesse et la connaissance de Dieu ! Que ses jugements sont insondables, et ses voies impénétrables ! » (Romains 11.33)

Nous n'avons par exemple pas besoin de comprendre l'union hypostatique ni de savoir définir la propitiation, la justification, la rédemption ou la sanctification progressive pour être sauvés. Ce sont des connaissances que nous acquérons avec le temps, en étudiant la Parole de Dieu, mais qui ne sont pas nécessaires à l'instant du salut. Le brigand crucifié n'avait certainement pas une sotériologie très poussée quand il s'est tourné vers Jésus et lui a demandé : « [Seigneur,] souviens-toi de moi quand tu viendras régner. » (Luc 23.42)

Le message de l’Évangile est assez simple pour qu'un enfant puisse le comprendre. Jésus insistait d'ailleurs sur le fait que le salut était accessible aux plus petits : « Laissez les petits enfants venir à moi et ne les en empêchez pas, car le royaume de Dieu est pour ceux qui leur ressemblent. » (Marc 10.14) Gloire à Dieu, l’Évangile de Jésus-Christ peut être compris des enfants. Nous croyons aussi que Dieu étend sa grâce à ceux qui sont mentalement incapables de comprendre l’Évangile.

Pour entrer au ciel, nous devons « croi[re] au Seigneur Jésus[-Christ] » (Actes 16.31) et au sacrifice du Saint de Dieu mort à notre place et ressuscité le troisième jour. À ceux qui croient en son nom, Dieu a donné « le droit de devenir enfants de Dieu » (Jean 1.12). Telle est la simplicité et la profondeur de l’Évangile.

English
Retour à la page d'accueil en français

Est-il nécessaire de comprendre pleinement l’Évangile pour être sauvé ? Suffit-il d'y croire, même sans le comprendre pleinement ?