Pourquoi la communauté scientifique est-elle si opposée au créationnisme ?


Question : « Pourquoi la communauté scientifique est-elle si opposée au créationnisme ? »

Réponse :
Il est important de distinguer la « science » et la « communauté scientifique ». La science est une discipline d'observation, d'expérimentation et d'explication de phénomènes. La communauté scientifique est composée des personnes qui pratiquent cette discipline. Cette distinction est importante, car il n'y a aucune contradiction logique entre la science et le créationnisme : la science est une manière d'étudier le réel, tandis que le créationnisme est une philosophie appliquée à l'interprétation des faits. La communauté scientifique actuelle lui préfère le naturalisme, sans raison valable cependant.

D’une manière générale, le créationnisme est perçu comme « non scientifique ». C'est en partie vrai, dans le sens où il est fondé sur certaines affirmations ne pouvant être ni vérifiées, ni prouvées, ni infirmées ; mais il en est de même du naturalisme. Les faits découverts par la recherche scientifique ne sont que des faits, à distinguer de leur interprétation. De manière générale, la communauté scientifique rejette le créationnisme et le définit comme « non scientifique », ce qui est assez cocasse, dans la mesure où elle lui préfère une autre philosophie interprétative (le naturalisme) qui l'est tout autant.

Cette tendance de la communauté scientifique à favoriser le naturalisme s'explique par plusieurs facteurs. D'abord, le créationnisme implique l'intervention d'un être surnaturel, alors que la science s'intéresse d'abord au monde physique. Par conséquent, certains scientifiques craignent que le créationnisme ne soit qu'une manière de faire intervenir Dieu chaque fois qu'on ne trouve pas d'autre réponse. L'expérience montre que ce n'est pas le cas. Plusieurs des plus grands scientifiques de l'histoire, notamment Pascal, Maxwell et Kelvin, était fermement créationnistes et c'est leur foi en Dieu qui les a poussés à se demander comment il avait créé le monde. À l'inverse, un naturalisme déraisonné peut nuire à la recherche scientifique, car il oblige les scientifiques à ignorer les résultats qui n'entrent pas dans le paradigme établi. Les nouvelles données qui ne concordent pas avec la vision du monde naturaliste sont considérées comme invalides et donc, rejetées.

Ensuite, le créationnisme comporte des éléments clairement religieux. L'objectivité de la science s'arrête à celle des scientifiques, qui sont tout autant influencés par leurs croyances personnelles que les autres. Certains, beaucoup plus qu'on le pense, rejettent le créationnisme et lui préfèrent le naturalisme pour des raisons purement personnelles. La plupart de ceux qui rejettent l'idée de Dieu sont motivés essentiellement par leur désaccord avec ce qu'ils perçoivent comme des restrictions ou des injustices. Malgré toutes les affirmations contraires, ceci est tout aussi vrai pour les scientifiques que pour n'importe qui d'autre.

Le créationnisme est également victime de l'hostilité de la communauté scientifique. À travers les siècles, beaucoup de scientifiques créationnistes ont contribué à d'importantes découvertes scientifiques, mais aujourd'hui, la communauté scientifique se caractérise d'une manière générale par une attitude hostile et condescendante envers tous ceux qui n'adhèrent pas à la vision du monde naturaliste. Cette hostilité ouverte envers le créationnisme et envers la religion en général pousse ses adhérents à éviter les études scientifiques. Les croyants créationnistes qui font des études scientifiques sont poussés à garder le silence par peur du ridicule. Ainsi, la communauté scientifique a exclu un segment de la population, avant de pousser l'audace jusqu'à affirmer que le faible pourcentage de créationnistes dans ses rangs est la preuve que le naturalisme est plus scientifique.

Il y a aussi des raisons politiques à l'hostilité de la communauté scientifique à l'égard du créationnisme et de la religion en général. La foi chrétienne, plus que toutes les autres, accorde une immense valeur à la vie humaine, ce qui provoque des tensions avec la communauté scientifique en cas de conflit d'intérêt avec un domaine de recherche scientifique. Les valeurs chrétiennes servent de garde-fou contre des formes d'expérimentation dégradantes pour la personne humaine, qui détruisent ou abîment la vie humaine, notamment la recherche sur les cellules-souches, l'avortement et l'euthanasie. Dans d'autres cas, les valeurs chrétiennes sont en contradiction avec les valeurs laïques, quand la science promeut des activités que la Bible qualifie de péché. Les scientifiques naturalistes qui considèrent ces valeurs comme une entrave devraient se demander que ce devient une recherche scientifique sans égard pour la morale, une science sans conscience. Le personnage interprété par l'acteur Jeff Goldblum dans le film Jurassic Park l'exprime ainsi : « Vos scientifiques avaient tellement envie de montrer qu'ils pouvaient le faire qu'ils ne se sont même pas demandé s'il fallait le faire. »

Enfin, on constate une lutte de pouvoir entre les communautés scientifique et religieuse, qui s'ajoute à ces tensions. Certains grands scientifiques sceptiques ont eux-mêmes reconnu que la communauté scientifique a tendance, même inconsciemment, à revêtir un rôle de sacerdoce laïc, d'élite détentrice du savoir dont le peuple a besoin pour être sauvé et qui ne peut être remis en question au dehors. On peut dire clairement que les idées d'inspiration religieuse comme le créationnisme portent atteinte aux prétentions de la communauté scientifique à connaître le fonctionnement de l'univers.

Malgré toutes ces raisons aux tensions entre la communauté scientifique et le créationnisme, il y en a tout autant pour leur coexistence pacifique. Il n'y a aucune raison logique de préférer le naturalisme au créationnisme, comme le fait la communauté scientifique. Le créationnisme n'inhibe pas l'esprit de découverte, comme le montrent les géants de la science qui y croyaient fermement. L'attitude de dérision envers les créationnistes a contribué à réduire le nombre de scientifiques créationnistes compétents dans de nombreux domaines. Le créationnisme a beaucoup à apporter à la science et à la communauté scientifique. L'univers révèle le Dieu qui l'a créé (Psaume 19.1). Plus nous découvrons sa création, plus il est glorifié !

English


Retour à la page d'accueil en français

Pourquoi la communauté scientifique est-elle si opposée au créationnisme ?