Comment puis-je avoir la joie dans ma vie chrétienne ?



 


Question : « Comment puis-je avoir la joie dans ma vie chrétienne ? »

Réponse :
Nous aspirons tous à être heureux, mais pourtant nous avons souvent du mal à y parvenir. La joie devrait faire partie de chaque vie chrétienne : c’est un fruit du Saint-Esprit, qui ne peut être produit que par l’œuvre de Dieu en nous.

Nous savons que même le chrétien le plus mature passe par des périodes de tristesse et de dépression. Job, notamment, en est venu à souhaiter ne jamais être venu au monde (Job 3.11). David a prié pour être emporté dans un lieu où il ne serait plus confronté à la réalité (Psaumesss 55.6-8). Élie, même après avoir vaincu les 450 prophètes de Baal au moyen du feu descendu du ciel, s’est enfui dans le désert et a demandé à Dieu de lui ôter la vie (1 Rois 19.3-5). Comment pouvons-nous donc avoir la joie dans notre vie chrétienne ?

Nous devons d’abord comprendre qu’il y a une différence entre la joie et le bonheur. Le bonheur est un état qui varie en fonction des circonstances, alors que la joie est une attitude de cœur. La racine grecque du terme joie est chara, proche de charis (grâce). La joie est à la fois un don de Dieu et une réponse à ses dons. Elle vient quand nous sommes conscients de la grâce et de la faveur de Dieu.

En gardant cela à l’esprit, on comprend que notre joie dépend de notre attachement à Dieu. Plutôt que de nous concentrer sur nos difficultés ou sur ce qui nous prive de bonheur, nous pouvons nous reposer en Dieu. Cela ne signifie pas que nous devons nier nos frustrations ou refouler nos émotions négatives. Comme de nombreux psalmistes avant nous, nous pouvons épancher nos cœurs devant Dieu et lui confier tout ce qui nous blesse. Ensuite, nous devons lui abandonner ces choses et nous souvenir de qui il est. Les Psaumes 3, 13, 18, 43 et 103 sont de bons exemples de cette attitude.

L’Épître aux Philippiens a beaucoup à dire au sujet de la joie, bien que Paul l’ait écrite en prison. Philippiens 4.4-8 décrit la joie dans la vie chrétienne : « Réjouissez-vous toujours dans le Seigneur ! Je le répète : réjouissez-vous ! […] Le Seigneur est proche. Ne vous inquiétez de rien, mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, dans une attitude de reconnaissance. Et la paix de Dieu, qui dépasse tout ce que l’on peut comprendre, gardera votre cœur et vos pensées en Jésus-Christ. Enfin, frères et sœurs, portez vos pensées sur tout ce qui est vrai, tout ce qui est honorable, tout ce qui est juste, tout ce qui est pur, tout ce qui est digne d’être aimé, tout ce qui mérite l’approbation, ce qui est synonyme de qualité morale et ce qui est digne de louange. » On voit à quel point il est important de de louer Dieu, de nous souvenir qu’il est proche, de prier pour nos inquiétudes et de rester concentré sur tout le bien qu’il nous a fait. La joie vient quand nous louons Dieu de tout notre cœur. David a écrit que l’étude de la Parole de Dieu procurait de la joie (Psaumes 19.8), de même que la communion avec lui par la prière et un cœur attaché aux choses de Dieu, plutôt qu’aux circonstances adverses ou aux sujets de mécontentement.

Jésus a également donné des instructions au sujet de la joie. En Jean 15, il parle de demeurer en lui et de lui obéir : « Tout comme le Père m’a aimé, moi aussi, je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, de même que j’ai gardé les commandements de mon Père et que je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela afin que ma joie demeure en vous et que votre joie soit complète. » (Jean 15.9-11) Notre joie dépend notamment de notre obéissance à Dieu.

La joie dans la vie chrétienne peut aussi s’expérimenter par la communion fraternelle. Dieu a permis à Élie de se reposer en lui donnant une aide en la personne d’Élisée (1 Rois 19.19-21). Nous aussi avons besoin d’amis avec lesquels nous pouvons partager nos joies et nos peines (Ecclésiaste 4.9-12). Hébreux 10.19-25 dit : « Ainsi, frères et sœurs […] [v]eillons les uns sur les autres pour nous inciter à l’amour et à de bonnes œuvres. N’abandonnons pas notre assemblée, comme c’est la coutume de quelques-uns, mais encourageons-nous mutuellement. Faites cela d’autant plus que vous voyez s’approcher le jour. » Par la grâce de Dieu, nous savons que nous pouvons nous approcher de lui avec confiance par la prière (Hébreux 10.19) et que nous sommes lavés de nos péchés (Hébreux 10.22). Nous faisons partie d’une nouvelle communauté, une famille de croyants. Ensemble, nous tenons fermes dans la foi, avec confiance en le caractère de Dieu. Nous nous encourageons aussi les uns les autres. Les chrétiens ne sont pas de ce monde (Jean 17.14-16, Philippiens 3.20). Nous aspirons à être avec Dieu, enfin restaurés dans le projet original formé par Dieu pour nous. Dans la vie, nous pouvons nous sentir seuls et découragés. D’autres nous rappellent alors la vérité, portent nos fardeaux avec nous et nous encouragent à persévérer (Galates 6.10, Colossiens 3.12-14).

La joie est censée caractériser la vie chrétienne. C’est un fruit de l’Esprit et un don de Dieu, que nous recevons le mieux en nous concentrant sur qui il est, en étant en communion avec lui par la prière et en nous appuyant sur la communauté de croyants au sein de laquelle il nous a placés.


Retour à la page d'accueil en français

Comment puis-je avoir la joie dans ma vie chrétienne ?