Un chrétien peut-il faire des provisions en prévision d'une possible catastrophe à venir ?


Question : « Un chrétien peut-il faire des provisions en prévision d'une possible catastrophe à venir ? »

Réponse :
Il existe à n’en pas douter des cas où il est sage de faire des provisions en vue de l'avenir, mais le plus important est notre attitude. Notre Seigneur Jésus a dit clairement dans son Sermon sur la Montagne que nous ne devons pas nous soucier du lendemain, car notre Père céleste sait ce dont nous avons besoin avant que nous ne le lui demandions et qu'il pourvoira fidèlement à nos besoins (Matthieu 6.25-34). Si nous mettons notre foi en Dieu pour qu'il pourvoie à nos besoins, nous aurons confiance en lui et garderons un cœur ouvert aux besoins des autres.

La récompense de Dieu pour la fidélité de la veuve qui a nourri Élie est un bel exemple de ce principe (1 Rois 17.9-16), mais la Bible parle aussi d'autres cas où Dieu a clairement conseillé de faire des provisions. Dans l'Ancien Testament, l'interprétation du rêve du Pharaon montre que Dieu voulait que Joseph lui conseille de faire des prévisions en vue de la famine à venir, pour éviter que son peuple ne meure de faim (Genèse 41.15-41). En acceptant le conseil de Joseph, qui venait de Dieu lui-même, le Pharaon a sauvé non seulement son propre peuple, mais aussi la famille de Joseph, de la descendance de laquelle est issu Jésus, le Messie.

Dans le Nouveau Testament, quand Jésus a envoyé ses disciples, il leur a dit de ne pas prendre de provisions avec eux (Luc 9.3, 10.1-4). Après leur retour, il leur a rappelé qui pourvoyait à leurs besoins (Luc 22.35). Dès le verset suivant, il leur dit, au contraire, de prendre une bourse, un sac et une épée (Luc 22.36). Peut-être savait-il qu'ils feraient face à une opposition sans précédent. Sa sagesse et sa prescience lui ont permis de donner à ses disciples des directives différentes en fonction des circonstances.

Concrètement, bien sûr qu'il est bon et sage de faire des provisions pour l'avenir, mais nous devons prendre garde à ne pas trop mettre notre confiance en elles. La parabole de l'homme riche qui voulait construire de plus grands entrepôts est un bel exemple d'un homme qui fondait sa sécurité sur sa richesse (Luc 12.16-21). Sur le principe, il n'y avait rien de mal à construire de plus grands entrepôts, mais c'est son attitude qui posait des problèmes : il se confiait en lui-même sans prendre en compte Dieu dans ses plans. Après tout, c'est à lui qu'il devait être reconnaissant pour la multiplication de ses récoltes et c'est de sa sagesse qu'il aurait besoin pour gérer ses richesses, mais il ne consultait pas Dieu, si bien qu'il est mort avant d'avoir eu la chance d'en profiter.

Le plus important est que nous devons chercher la sagesse de Dieu quant à nos provisions pour l'avenir. Il a promis de donner la sagesse à ceux qui la lui demandent (Jacques 1.5) et il tient toujours ses promesses. Les chrétiens doivent être de bons gérants des biens que Dieu leur a donnés, en en mettant assez de côté pour leurs besoins de base et en investissant notre argent, notre temps et nos talents dans des richesses éternelles, qui ne passeront pas (Matthieu 6.19-20). En préparant l'avenir, pensez à l'éternité.

English


Retour à la page d'accueil en français

Un chrétien peut-il faire des provisions en prévision d'une possible catastrophe à venir ?