Que dois-je faire pour m'entendre dire : « C'est bien, bon et fidèle serviteur » en arrivant au ciel ?


Question : « Que dois-je faire pour m'entendre dire : « C'est bien, bon et fidèle serviteur » en arrivant au ciel ? »

Réponse :
Dans sa parabole des talents, Jésus parle de deux serviteurs fidèles qui ont fait fructifier les richesses que leur maître leur avait confiées. Quand celui-ci est revenu après une longue absence, il les a récompensés et leur a dit : « C'est bien, bon et fidèle serviteur ; tu as été fidèle en peu de chose, je te confierai beaucoup. Viens partager la joie de ton maître. » (Matthieu 25.21, 23) Tous les chrétiens aspirent à entendre ces paroles de la bouche de Jésus quand nous serons au ciel.

Nous sommes sauvés par la grâce, par le moyen de la foi (Éphésiens 2.8-9), mais aussi « pour des œuvres bonnes » (Éphésiens 2.10). Jésus a parlé des trésors célestes (Matthieu 6.20) et sa parabole des talents montre qu'il y aura plusieurs types de récompenses pour ceux qui le serviront fidèlement dans ce monde.

Pour entendre Jésus vous dire : « C'est bien, bon et fidèle serviteur », vous devez d'abord vous assurer de votre salut. Les incroyants n'entendront jamais ces mots, car « sans la foi, il est impossible d'être agréable à Dieu » (Hébreux 11.6). Reconnaissez aussi que Jésus n'est pas seulement votre Sauveur, mais aussi votre Seigneur (voir Luc 6.46). « Servez l'Éternel avec joie. » (Psaume 100.2)

Voici quelques idées pour servir le Seigneur :
1. Annoncez l'Évangile. Le Seigneur Jésus nous appelle à faire des disciples, à enseigner aux autres la nature et le caractère de Dieu et à leur partager le sens de sa mort et de sa résurrection (Matthieu 28.18-20).
2. Aidez les démunis. Dans l'histoire de l'homme riche et de Lazare en Luc 16.19-31, l'homme riche est condamné pour ne pas avoir aidé Lazare, ainsi que pour sa confiance démesurée en ses richesses. Ne faites pas passer votre propre plaisir avant les besoins des autres. 1 Jean 3.17 dit : « Si quelqu’un qui possède les biens de ce monde voit son frère dans le besoin et lui ferme son cœur, comment l'amour de Dieu peut-il demeurer en lui ? »
3. Pardonnez aux autres leurs offenses. Le pardon est différent de la réconciliation et de la confiance, mais implique de renoncer à la vengeance. Le Seigneur Jésus est notre modèle de pardon : « lui qui insulté ne rendait pas l'insulte, maltraité ne faisait pas de menaces mais s'en remettait [au Père] qui juge justement. » (1 Pierre 2.23)
4. Considérez votre position d'autorité comme une occasion d'aider ceux qui vous sont soumis et votre position de subordination comme une occasion de vous soumettre à ceux qui ont autorité sur vous, tout comme Jésus s'est soumis à l'autorité du Père. Dans les deux cas, vous serez semblable à Christ, qui était à la foi maître et serviteur. « Portez les fardeaux les uns des autres et accomplissez ainsi la loi de Christ. » (Galates 6.2)
5. Cherchez à mieux connaître le caractère de Dieu par la communion fraternelle, l'écoute de prédications, l'étude de la Bible, la prière et en faisant attention à ce qu'il fait dans votre vie.
6. Reconnaissez que tout ce que vous avez vient de Dieu, la source de toute bénédiction : « tout bienfait et tout don parfait viennent d'en haut ; ils descendent du Père des lumières. » (Jacques 1.17)
7. Tenez-vous prêt à être mal-aimé et à devoir faire preuve de courage, comme le Bon Samaritain dans la parabole de Jésus (Luc 10.30-37). Faites toujours ce que dit la Bible : « Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes. » (Actes 5.29)
8. Par un jugement moral introspectif (qui évalue votre propre caractère), regardez au caractère de Jésus comme un à un idéal au lieu de justifier vos actes et attitudes douteux. Faites preuve d'humilité.

Le plus important : aimez Dieu par-dessus tout et aimez aussi sincèrement les autres (Marc 12.30-31). Au jugement dernier, ceux qui seront demeurés fidèles au Seigneur qui les a sauvés s'entendront dire : « C'est bien, bon et fidèle serviteur. » C'est tout ce qu'un véritable serviteur peut souhaiter.

English


Retour à la page d'accueil en français

Que dois-je faire pour m'entendre dire : « C'est bien, bon et fidèle serviteur » en arrivant au ciel ?