J'ai été blessé par l’Église dans le passé : comment puis-je guérir et voir ma passion pour la vie d'église renouvelée ?


Question : « J'ai été blessé par l’Église dans le passé : comment puis-je guérir et voir ma passion pour la vie d'église renouvelée ? »

Réponse :
Les blessures infligées par l’Église sont un « tueur silencieux ». Cela ne veut pas dire que les événements et paroles qui les ont causées ne sont jamais publiques, mais que ses effets sur notre cœur, notre âme et notre esprit peuvent nous détruire et tuer toute joie en nous s'ils ne sont pas bien traités. Les dégâts occasionnés affectent aussi le ministère de l’Église et son témoignage à l'extérieur, au point que certaines églises ne s'en remettent pas. Il faut reconnaître que ce qui a tellement blessé votre cœur n'est pas si différent de ce qui peut arriver à n'importe qui au travail, au marché ou dans votre foyer. La différence est qu'on ne s'attend pas à ce que des enfants de Dieu se comportent comme ceux qui n'ont pas Christ dans leur vie. L’Église est le seul endroit où on s'attend à toujours trouver la sécurité, l'acceptation et le pardon, le seul endroit libre de peine et de conflits. Pourtant, la plupart des églises connaissent au moins des moments de tension, de conflit et de haine qui ternissent cet idéal.

Cela arrive plus souvent dans certaines églises que dans d'autres. La santé spirituelle des membres et la force des responsables déterminent l'ampleur des conflits. Si ceux-ci deviennent incontrôlables, ils minent lentement, mais sûrement, les fondements de la vie spirituelle d'une assemblée.

Il est important de détourner votre attention des personnes qui vous ont blessées, ainsi que de l'église elle-même, afin d'identifier la source de votre souffrance, de votre mal-être et de votre déception. Exprimez vos sentiments en toute honnêteté. Voici quelques possibilités, si vous êtes comme la plupart des personnes : colère, tristesse, déception, sentiment de rejet, jalousie, vulnérabilité, crainte, rébellion, fierté, honte, sentiment de perte. Découvrez la cause profonde de ces émotions, pas ce qu'on vous a fait ou dit, mais leur véritable cause. Étudiez ensuite les Écritures pour découvrir ce qu'elles en disent. Recherchez chacune de vos émotions dans une concordance biblique et lisez chaque verset, puis méditez-le, priez et mettez-le en pratique. Il arrive, par exemple, qu'on ait l'impression d'être en colère alors qu'en fait, on se sent rejeté. Qu'est-ce que Dieu a à dire du rejet ? Il dit : « Je ne te délaisserai pas et je ne t'abandonnerai pas » (Hébreux 13.5), « Je t'aime d'un amour éternel » (Jérémie 31.3) et : « Et moi, je suis avec vous tous les jours » (Matthieu 28.20).

Si vous identifiez la cause profonde de vos émotions, Dieu y mettra un baume de sagesse, de compassion et d'amour qui guérira vos blessures. Si vous l'appelez au secours, vous vous concentrerez sur lui, non plus sur les autres et leurs mauvaises actions. Vous cesserez de repasser les événements douloureux dans votre mémoire. Vous avez peut-être été vraiment blessé ou offensé et vous le ressentez encore, mais ces sentiments ne sont que les symptômes de réalités plus importantes qui entravent votre passion pour Dieu, son Église et ses plans pour votre vie. Si ces sentiments ne sont pas pris en charge correctement, ils produiront une racine d'amertume qui affectera négativement votre âme toute entière et vous privera de la vie abondante en Christ (Jean 10.10). Vous devez absolument éviter cela.

Comment empêcher ces expériences douloureuses de nous détruire intérieurement ? La sagesse biblique nous apprend : « Garde ton cœur plus que toute autre chose, car de lui jaillissent les sources de la vie. » (Proverbes 4.23) Garder nos cœurs implique de faire attention à nos pensées, nos sentiments, nos attitudes et nos actes. Gardez votre cœur en refusant de vous focaliser sur ce qui s'est passé, sur les personnes qui vous ont blessé, et en vous abstenant d'accabler l’Église. Renoncer à l'amertume requiert de l'humilité : « Dieu s’oppose aux orgueilleux, mais il fait grâce aux humbles » (Jacques 4.6, Proverbes 3.34). Pour y parvenir, il faut une attitude et des actes de pardon (Matthieu 18.22, Marc 11.27, Éphésiens 4.32, Colossiens 3.13), sans le moindre désir de vengeance (Romains 12.19). Surtout, ce n'est possible que par la puissance du Saint-Esprit qui agit en nous (Éphésiens 3.16).

Ne blâmez pas Dieu pour ce que font ses enfants. N'abandonnez pas l’Église non plus : la plupart des assemblées comptent davantage de personnes consacrées, pleines d'amour, de grâce et de pardon. Recherchez-les et passez du temps avec elles. Si vous ne les trouvez pas, cherchez une autre église (bien que ce soit rare, même dans les milieux d'église les plus difficiles). L’Église est une idée de Dieu, qui protège ses fidèles même s'il est parfois peiné par leur comportement (voir Apocalypse 2-3).

Il y a de l'espoir pour vous si vous cherchez la guérison auprès du Seigneur. À vous de prendre la bonne décision et de vous concentrer sur la personne qui peut vraiment transformer votre vie, au-delà de vos blessures. Jésus a promis : « Venez à moi, vous tous qui êtes fatigués et courbés sous un fardeau, et je vous donnerai du repos. Acceptez mes exigences et laissez-vous instruire par moi, car je suis doux et humble de cœur, et vous trouverez le repos pour votre âme. En effet, mes exigences sont bonnes et mon fardeau léger. » (Matthieu 11.28-30)

English


Retour à la page d'accueil en français

J'ai été blessé par l’Église dans le passé : comment puis-je guérir et voir ma passion pour la vie d'église renouvelée ?