Qu'est-ce que le blasphème ? Que signifie blasphémer ?


Question : « Qu'est-ce que le blasphème ? Que signifie blasphémer ? »

Réponse :
Blasphémer, c'est parler mal ou irrespectueusement de Dieu. Un blasphème est une attaque verbale ou écrite du nom, du caractère, de l'œuvre ou des attributs de Dieu.

En vertu de la Loi révélée par Dieu a Moïse, le blasphème était un crime grave. Les Israélites étaient appelés à adorer Dieu et à lui obéir. En Lévitique 24.10-16, un homme a blasphémé le nom de Dieu. Pour les Hébreux, un nom n'était pas qu'une manière de désigner quelqu'un : c'était la représentation symbolique de la personne. Cet homme a été lapidé à mort.

Ésaïe 36 raconte l'histoire de Sanchérib (aussi appelé Sennachérib), roi d'Assyrie, qui a cherché à démoraliser les habitants de Jérusalem avant d'attaquer la ville. Après avoir mis en avant ses nombreuses victoires, il a dit : « Parmi tous les dieux de ces pays, quels sont ceux qui ont délivré leur pays de ma domination, pour que l'Éternel puisse en délivrer Jérusalem ? » (Ésaïe 36.20) Sanchérib a blasphémé en comparant le Dieu d'Israël aux faux dieux des nations environnantes. Ézéchias, roi de Juda, a dénoncé ce blasphème dans sa prière, dans laquelle il demande à Dieu de les délivrer afin de défendre son propre honneur (Ésaïe 37.4, 17). C'est exactement ce que Dieu a fait. Ésaïe 37.36-37 raconte : « L'ange de l'Éternel sortit et frappa 185 000 hommes dans le camp des Assyriens. Quand on se leva le matin, ce n'étaient plus que des cadavres. Alors Sanchérib, le roi d'Assyrie, leva le camp et repartit, et il resta à Ninive. » Par la suite, Sanchérib a été assassiné dans le temple de son dieu Nisroc (Ésaïe 37.38).

Les disciples de Dieu ont également la responsabilité de s'assurer que leur attitude n'incite pas les autres à blasphémer contre Dieu. En Romains 2.17-24, Paul dénonce ceux qui prétendent être sauvés par la Loi tout en vivant dans le péché. Il leur cite Ésaïe 52.5 : « le nom de Dieu est blasphémé parmi les nations à cause de vous. » (verset 24) En 1 Timothée 1.20, il dit qu'il a livré deux faux enseignants à Satan « afin qu'ils apprennent à ne plus blasphémer. » Enseigner de fausses doctrines qui égarent le peuple de Dieu est donc une autre forme de blasphème.

Jésus a parlé d'une forme particulière de blasphème : le blasphème contre le Saint-Esprit, dont les responsables religieux de son époque étaient coupables. Les Pharisiens, après avoir été témoins des miracles de Jésus, attribuaient l'œuvre du Saint-Esprit à un démon (Marc 3.22-30). Leur interprétation de la sainteté comme une œuvre démoniaque était une insulte et un rejet délibéré de Dieu, impardonnable.

La principale accusation de blasphème mentionnée dans la Bible était totalement fausse : Jésus a été condamné par les prêtres et les Pharisiens pour le crime de blasphème (Matthieu 26.65). Ses accusateurs ont compris qu'il affirmait être Dieu, ce qui aurait effectivement été une atteinte à la personne de Dieu… si ce n'était pas vrai. Si Jésus n'était qu'un homme qui prétendait être Dieu, il aurait été un blasphémateur ; mais, en tant que la deuxième personne de la Trinité, il pouvait légitimement affirmer sa divinité (Philippiens 2.6).

Le fait est que tout ce que nous disons ou faisons qui donne aux autres une fausse image de la gloire, de la sainteté, de l'autorité ou du caractère de Dieu est un blasphème. Chaque fois que nous ne sommes pas à la hauteur de notre appel en tant qu'enfants de Dieu, nous salissons sa réputation. Heureusement, Jésus pardonne même nos blasphèmes. Pierre s'est opposé aux desseins de Jésus (Matthieu 16.22), Paul a cherché à pousser d'autres à blasphémer (Actes 26.9-18) et les propres frères de Jésus pensaient qu'il était fou (Marc 3.21) ; mais tous se sont repentis et ont été pardonnés.

English


Retour à la page d'accueil en français

Qu'est-ce que le blasphème ? Que signifie blasphémer ?