La Bible enseigne-t-elle le baptême des croyants / le crédobaptisme ?


Question : « La Bible enseigne-t-elle le baptême des croyants / le crédobaptisme ? »

Réponse :
Le baptême fait débat dans les milieux chrétiens depuis de longues années. C'était même déjà le cas dans l’Église primitive. Paul aborde le sujet en 1 Corinthiens 1.13-16 : alors que les Corinthiens se vantaient d'avoir été baptisés par tel Apôtre et se disputaient entre eux pour savoir lequel de ces baptêmes était le meilleur, Paul les reprend pour leur sectarisme et conclut : « De fait, ce n'est pas pour baptiser que Christ m'a envoyé, c'est pour annoncer l’Évangile. » Cette affirmation montre clairement qu'il n'y a pas de différence marquée entre l'acceptation de l’Évangile et l'acte du baptême : les deux sont liés, mais n'ont pas la même importance.

Les Écritures présentent le baptême d'eau comme un important premier pas à la suite de Jésus notre Seigneur. Jésus a été baptisé (Matthieu 3.16, Luc 3.21) et a exhorté ceux qui se réclamaient de lui à suivre son exemple en témoignage du changement intérieur qui avait eu lieu en eux (Actes 8.16, 19.5). Le baptême des croyants est l'acte par lequel le croyant en Jésus-Christ rend témoignage de sa foi. Il est également appelé « crédobaptisme », un terme qui vient du latin « credo » et indique que le baptême est le symbole de l'adoption d'une certaine doctrine.

Actes 2 enseigne clairement le baptême des croyants. Dans ce chapitre, Pierre prêche l’Évangile à Jérusalem, le jour de la Pentecôte. Par la puissance du Saint-Esprit, il proclame courageusement la mort et la résurrection de Jésus et appelle la foule à se repentir et à croire en Christ (Actes 2.36, 38). Le verset 41 rapporte la réaction du public : « Ceux qui acceptèrent sa parole furent donc baptisés. » L'ordre des événements est important : ils acceptaient d'abord le message (l’Évangile de Christ), puis ils étaient baptisés. De plus, seuls ceux qui avaient cru étaient baptisés. On retrouve cet ordre en Actes 16, qui raconte le salut du geôlier de Philippes et de sa famille : ils ont cru, puis ont été baptisés (Actes 16.29-34). Les Apôtres ne baptisaient que des croyants.

Le baptême des croyants se distingue du baptême des enfants en ce qu'un enfant ne peut comprendre l’Évangile ni croire en Christ. Le baptême des croyants implique que la personne a entendu l’Évangile et accepté Christ comme son Sauveur avant de demander à être baptisée. C'est son choix, tandis que le baptême des enfants est le choix de quelqu'un d'autre. Les partisans du baptême des enfants enseignent souvent que c'est par les eaux du baptême que le Saint-Esprit vient habiter en nous. Cette idée est basée essentiellement sur les paroles de Pierre en Actes 2.38 : « Changez d’attitude et que chacun de vous soit baptisé au nom de Jésus-Christ pour le pardon de vos péchés, et vous recevrez le don du Saint-Esprit. » Les tenants de cette doctrine croient que le baptême d'un enfant le met à part et garantit son salut. Le baptême des enfants n'est même pas sous-entendu dans les Écritures. Certains citent les rares références au baptême de « familles » par les Apôtres (Actes 11.14, 16.15, 33) pour affirmer que cela inclut les enfants, mais c'est aller bien au-delà du texte.

Dans le Nouveau Testament, le baptême d'eau est la conséquence naturelle de la foi qui sauve et de l'engagement à suivre Jésus (Actes 2.42, 8.35-37). Les enfants en bas âge étant incapables de prendre une décision informée à ce sujet, leur baptême n'a aucune valeur spirituelle. Si le baptême d'un bébé le justifiait devant Dieu, alors seuls les enfants dont les parents le souhaiteraient seraient sauvés, tandis que les enfants de parents incroyants seraient condamnés dès leur enfance, une idée sans fondement biblique. Les Écritures disent clairement que Dieu voit les cœurs de chaque personne et nous jugera en fonction de nos propres décisions, pas de celles de nos parents (Romains 2.5-6, Jérémie 17.10, Matthieu 16.27, 2 Corinthiens 5.10).

D'autres enseignent que le baptême d'eau est nécessaire au salut, qu'il équivaut à la repentance et à la confession de Jésus comme Seigneur (Romains 10.8-9). On voit dans la Bible que le baptême vient généralement immédiatement après la conversion, mais Jésus n'a jamais dit que nous étions sauvés par le baptême. Lors de son dernier repas avec ses disciples, il a dit : « ceci est mon sang, le sang de la [nouvelle] alliance, qui est versé pour beaucoup, pour le pardon des péchés. » (Matthieu 26.28) La foi en la puissance de son sang versé pour nous est la seule condition pour qu'un pécheur soit justifié devant Dieu. Romains 5.8-9 dit : « Mais voici comment Dieu prouve son amour envers nous : alors que nous étions encore des pécheurs, Christ est mort pour nous. Puisque nous sommes maintenant considérés comme justes grâce à son sang, nous serons à bien plus forte raison sauvés par lui de la colère de Dieu. »

Si le baptême était requis pour avoir la vie éternelle, alors Jésus aurait eu tort de dire au brigand sur la croix : « aujourd'hui tu seras avec moi dans le paradis. » (Luc 23.43) Ce brigand n'a pas eu l'occasion d'être baptisé avant de se retrouver face à Dieu, mais il a été déclaré juste par sa foi en l'œuvre accomplie en sa faveur par le Fils de Dieu (Jean 3.16, Romains 5.1, Galates 5.4). Galates 2.16 clarifie que nous ne pouvons rien ajouter ni retrancher à l'œuvre accomplie par Christ, ce qui exclut la nécessité du baptême : « Cependant, nous savons que ce n'est pas sur la base des œuvres de la loi que l'homme est déclaré juste, mais au moyen de la foi en Jésus-Christ. Ainsi, nous aussi nous avons cru en Jésus-Christ afin d'être déclarés justes sur la base de la foi en Christ et non des œuvres de la loi, puisque personne ne sera considéré comme juste sur la base des œuvres de la loi. »

Le baptême d'eau est un important premier pas d'obéissance à Christ. Les croyants doivent être baptisés, mais le baptême est la conséquence, pas la cause, du salut.

English
Retour à la page d'accueil en français

La Bible enseigne-t-elle le baptême des croyants / le crédobaptisme ?