Y a-t-il un au-delà ?


Question : « Y a-t-il un au-delà ? »

Réponse :
Le livre de Job pose la question de l'au-delà en des termes très simples : « si l'homme meurt, revivra-t-il ? » (Job 14.14) Poser cette question est facile, mais trouver quelqu'un qui a l'autorité et l'expérience requise pour y répondre est plus difficile.

Jésus-Christ est le seul qui a l'autorité (et l'expérience) requise pour parler de l'au-delà, car il est venu du ciel : « Personne n'est monté au ciel, sinon celui qui est descendu du ciel, le Fils de l'homme [qui est dans le ciel]. » (Jean 3.13) Le Seigneur Jésus, qui a personnellement fait l'expérience du ciel, nous présente trois vérités fondamentales au sujet de la vie après la mort :
1. Il y a un au-delà.
2. Il y a deux destinations possibles après la mort.
3. Il n'y a qu'une manière d'aller au bon endroit après la mort.

D'abord, Christ a affirmé plusieurs fois qu'il y a un au-delà. Par exemple, à l'occasion d'une rencontre avec les Sadducéens, qui niaient la doctrine de la résurrection, il a dit : « En ce qui concerne la résurrection des morts, n'avez-vous pas lu dans le livre de Moïse ce que Dieu lui a dit, dans l'épisode du buisson : Je suis le Dieu d'Abraham, le Dieu d'Isaac et le Dieu de Jacob ? Dieu n'est pas le Dieu des morts, mais des vivants. Vous êtes complètement dans l'erreur. » (Marc 12.26-27) Pour Jésus, des hommes morts plusieurs siècles auparavant étaient vivants dans la présence de Dieu.

Dans un autre passage, il a réconforté ses disciples (et nous) en leur parlant de l'au-delà : « Que votre cœur ne se trouble pas ! Croyez en Dieu, croyez aussi en moi. Il y a beaucoup de demeures dans la maison de mon Père. Si ce n'était pas le cas, je vous l'aurais dit. Je vais vous préparer une place. Et puisque je vais vous préparer une place, je reviendrai et je vous prendrai avec moi afin que, là où je suis, vous y soyez aussi. » (Jean 14.1-3)

Jésus parle aussi avec autorité des deux destinées possibles dans l'au-delà. Dans le récit de l'homme riche et de Lazare, il dit : « Le pauvre mourut et fut porté par les anges auprès d'Abraham. Le riche mourut aussi et fut enterré. Dans le séjour des morts, en proie à une grande souffrance il leva les yeux et vit de loin Abraham, avec Lazare à ses côtés. » (Luc 16.22-23) À noter qu'il n'y a pas d'état intermédiaire : ceux qui meurent vont directement à leur destinée éternelle. Jésus parle davantage de la destinée des justes et des méchants en Matthieu 25.46 et Jean 5.25-29.

Jésus met également l'accent sur le fait que c'est notre foi en le Fils unique de Dieu qui détermine notre destinée éternelle. L'importance de la foi est exprimée clairement : « Afin que quiconque croit en lui [ne périsse pas mais qu'il] ait la vie éternelle. En effet, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donné son Fils unique afin que quiconque croit en lui ne périsse pas mais ait la vie éternelle. Dieu, en effet, n'a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui n'est pas jugé, mais celui qui ne croit pas est déjà jugé parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jean 3.15-18)

Ceux qui se repentent de leurs péchés et acceptent Jésus-Christ comme leur Sauveur passeront l'éternité dans la présence de Dieu, mais ceux qui rejettent Christ auront une destinée très différente : Jésus parle des « ténèbres extérieures, où il y aura des pleurs et des grincements de dents » (Matthieu 8.12). Jésus, l'autorité envoyée par Dieu pour la question de l'au-delà, nous exhorte à faire le choix de la sagesse : « Entrez par la porte étroite ! En effet, large est la porte, spacieux le chemin menant à la perdition, et il y en a beaucoup qui entrent par là, mais étroite est la porte, resserré le chemin menant à la vie, et il y en a peu qui les trouvent. » (Matthieu 7.13-14)

Le scientifique canadien G. B. Hardy a dit de la vie après la mort : « Je n'ai que deux questions à poser. D'abord, quelqu'un a-t-il jamais vaincu la mort ? Ensuite, est-ce possible pour moi aussi ? » La réponse à ces deux questions est oui : il y a quelqu'un qui a vaincu la mort et ouvert la voie pour que tous ceux qui mettent leur foi en lui puissent également la vaincre. Ceux qui ont mis leur foi en Jésus-Christ n'ont pas à craindre la mort, mais peuvent se réjouir de son salut : « Lorsque ce corps corruptible aura revêtu l'incorruptibilité et que ce corps mortel aura revêtu l'immortalité, alors s'accomplira cette parole de l'Écriture : La mort a été engloutie dans la victoire. Mort, où est ton aiguillon ? Enfer, où est ta victoire ? » (1 Corinthiens 15.54-55)

English


Retour à la page d'accueil en français

Y a-t-il un au-delà ?