Quels sont les fondements bibliques de l'apostolat ?


Question : « Quels sont les fondements bibliques de l'apostolat ? »

Réponse :
Un Apôtre (« envoyé en mission ») est envoyé par Dieu pour être son messager. Il rend des comptes à celui qui l'a envoyé et est porteur de son autorité. La fonction de l'Apôtre s'appelle l'apostolat.

Jésus-Christ lui-même avait un « apostolat ». Il est décrit comme un « apôtre » en Hébreux 3.1, envoyé sur terre par son Père céleste pour apporter aux hommes son message, ce qu'il a fait fidèlement (Jean 17.1-5).

Pendant sa vie terrestre, il a lui-même choisi douze hommes du milieu de ses nombreux disciples, auxquels il a confié un apostolat : la responsabilité de recevoir et de diffuser son message après son retour au ciel (Jean 17.6-20, Matthieu 10.1-4, Marc 3.14-19). Ces hommes qu'il a choisis et envoyés étaient ses Apôtres. En les formant, Jésus n'a pas expliqué sur quels critères il les avait choisis.

Un des douze était Judas l'Iscariot, qui a trahi Jésus en le livrant à ses ennemis, puis s'est pendu, désespéré (Matthieu 27.5). À son retour au ciel, Jésus n'a donc laissé derrière lui que onze Apôtres.

Quelques jours plus tard, les autres Apôtres étaient à Jérusalem et priaient avec la mère de Jésus, ses frères et les autres croyants, au nombre total de 120 personnes (Actes 1.12-26). Simon Pierre a pris la parole pour citer le Psaume 69.25, qui prédit la trahison de Judas, et le Psaume 109.8, qui prédit qu'il devrait être remplacé et que son apostolat devrait échoir à un autre.

Pierre a alors proposé de choisir un nouvel Apôtre et a établi les critères de sélection. Ce n’était pas n’importe qui qui pouvait prétendre à être candidat : pour cela, il fallait avoir été avec Jésus pendant les trois années de son ministère terrestre, avoir été témoin de son baptême, quand son Père céleste a validé sa personne et son œuvre, avoir entendu son enseignement transformateur de vies et avoir vu ses guérisons et ses autres miracles. Surtout, le futur Apôtre avait dû être témoin du sacrifice de Jésus sur la croix et l'avoir vu marcher, parler et manger avec ses disciples après sa résurrection. Pour attester de la vérité de l'Évangile, ses Apôtres avaient dû être témoins directs des événements fondamentaux de la vie de Jésus, qui étaient au cœur de leur message.

Le groupe de prière de Jérusalem a choisi deux personnes qui correspondaient à ces critères : Joseph Barsabbas et Matthias. Les disciples ont ensuite demandé à Dieu de les guider dans leur choix, puis ils ont tiré au sort, une méthode couramment employée à l'époque pour déterminer la volonté de Dieu, afin de le laisser manifester clairement son choix. Le sort a désigné Matthias, qui est devenu le douzième Apôtre.

À de nombreuses occasions, les Apôtres ont rendu témoignage de ce qu'ils avaient vu de Jésus, affirmant notamment : « Nous sommes témoins de tout ce qu'il a fait dans le pays des Juifs et à Jérusalem. Lui qu'ils ont tué en le clouant sur la croix, Dieu l'a ressuscité le troisième jour et a permis qu’il apparaisse. » (Actes 10.39-40)

Plusieurs mois après, le Pharisien Saul cherchait à éradiquer la nouvelle « secte » chrétienne en tuant et emprisonnant les disciples de Jésus. Alors qu'il était en route pour Damas afin d'y persécuter les chrétiens, Jésus ressuscité lui est apparu personnellement. Cette rencontre indéniable avec Christ ressuscité a transformé sa vie. Jésus est ensuite apparu en vision à un autre frère de Damas et lui a dit que Saul était « un instrument qu['il avait] choisi pour faire connaître [s]on nom aux non-Juifs, aux rois et aux Israélites » (Actes 9.15, voir aussi 22.14-15). Après sa conversion, Saul est resté en Arabie, où Christ l'a enseigné (Galates 1.12-17). Les autres Apôtres ont reconnu que Jésus lui-même avait choisi leur ancien ennemi comme un des leurs. En s'installant en territoire non-juif, Saul a changé son nom en Paul, un nom grec. Il a par la suite transmis beaucoup de messages de Jésus, qui lui avait confié l'apostolat, aux églises comme aux incroyants. L'Apôtre a notamment écrit plus de la moitié des livres du Nouveau Testament.

Dans deux de ses Épîtres, Paul décrit le ministère d'Apôtre comme le premier mis en place par Jésus pour le service des églises (1 Corinthiens 12.27-30, Éphésiens 4.11). Le rôle des Apôtres était de poser les fondements de l'Église, avec uniquement Christ lui-même au-dessus d'eux (Éphésiens 2.19-20). Leur autorité dépendait donc du fait qu'ils avaient été les témoins oculaires des événements dont ils parlaient. L'Église a été construite sur les fondements posés par les Apôtres.

Paul n'a jamais prétendu faire partie des douze Apôtres originels, mais il revendiquait son apostolat et les croyants le reconnaissaient comme l'Apôtre des non-juifs, spécialement nommé par Jésus à cet effet (Galates 1.1, 1 Corinthiens 9.1, Actes 26.16-18). D'autres membres de l'Église primitive sont considérés comme des « Apôtres » (Actes 14.4, 14, Romains 16.7, 1 Thessaloniciens 2.6), mais uniquement dans le sens où ils étaient nommés, reconnus et envoyés par une église pour une mission spécifique. Leur « apostolat » était limité, du fait qu’ils n’avaient pas toutes les qualifications des douze apôtres originels et de Paul.

Il n'y a aucune preuve biblique indiquant que les Apôtres ont été remplacés à leur mort (voir par exemple Actes 12.1-2). Jésus les a nommés pour poser les fondements de l'Église. Ces fondements ont été posés une fois pour toutes. Après la mort des Apôtres, d'autres ministères ont pris le relais, pour lesquels il n'était plus nécessaire d'avoir connu Jésus pendant son ministère terrestre.

English


Retour à la page d'accueil Français

Quels sont les fondements bibliques de l'apostolat ?