L’annihilationisme est-il biblique ?



 


Question : « Lʼannihilationnisme est-il biblique ? »

Réponse :
Lʼannihilationnisme est la croyance selon laquelle les incroyants n’iront pas en enfer souffrir pour l’éternité, mais bien plutôt seront « anéantis » après leur mort. Lʼannihilationnisme séduit beaucoup de gens de par lʼhorreur qu’inspire lʼidée dʼun enfer éternel. Si certains passages semblent aller dans ce sens, une vision dʼensemble de ce que dit la Bible de la destinée des méchants révèle quʼils seront éternellement châtiés en enfer. La croyance en lʼannihilationnisme résulte dʼune mauvaise compréhension dʼun ou plusieurs des doctrines suivantes :
(1) les conséquences du péché,
(2) la justice de Dieu,
(3) la nature de lʼenfer.

Par rapport à la nature de lʼenfer, les annihilationnistes se méprennent sur le sens de lʼétang de feu. Il est évident que si un homme était jeté dans un étang de lave incandescente, il serait consumé quasi instantanément. Cependant, lʼétang de feu est un lieu à la fois physique et spirituel. Le corps humain ne sera pas jeté seul dans lʼétang de feu : lʼhomme y sera jeté tout entier, corps, âme et esprit, La nature spirituelle ne peut être consumée par un feu physique. Il semble que les perdus seront ressuscités avec un corps préparé pour lʼéternité, de même que les rachetés (Apocalypse 20.13, Actes 24.15). Ces corps sont préparés pour leur sort éternel.

Lʼéternité est un autre aspect que les annihilationnistes échouent à comprendre pleinement. Ils ont raison de souligner que le terme grec aionion, généralement traduit par « éternel », peut avoir un autre sens : celui dʼ« âge » ou de « siècle », une période de temps définie. Il est cependant clair que dans le Nouveau Testament, ce terme fait parfois référence à une durée éternelle. Apocalypse 20.10 dit que Satan, la bête et le faux prophète seront jetés dans lʼétang de feu et torturés « nuit et jour, aux siècles des siècles». Il est clair que ces trois-là ne seront pas « anéantis » en étant jetés dans lʼétang de feu. Pourquoi donc en serait-il autrement des perdus (Apocalypse 20.14-15) ? La preuve la plus convaincante du caractère éternel de lʼenfer se trouve en Matthieu 25.46 : « Et ils [les perdus] iront à la peine éternelle, tandis que les justes iront à la vie éternelle». Dans ce verset, le même terme grec est employé pour décrire le sort des méchants et des justes. Si les méchants ne seront tourmentés que pour un « certain temps », alors les justes ne vivront également au ciel que pour un certain temps. Si les croyants demeureront éternellement au ciel, alors les incroyants demeureront éternellement en enfer.

Une autre objection fréquente des annihilationnistes à lʼéternité de lʼenfer est quʼil serait injuste de la part de Dieu de punir éternellement en enfer un nombre fini de péchés. Est-il juste que Dieu punisse éternellement une personne qui a vécu 70 ans dans le péché ? La réponse est que les conséquences de nos péchés sont éternelles, parce quʼils constituent une offense contre un Dieu éternel. Quand le roi David a commis un adultère et un meurtre, il a déclaré : « Jʼai péché contre toi, contre toi seul, jʼai fait ce qui est mal à tes yeux». (Psaumes 51.6) David avait péché contre Batchéba et Urie : comment donc pouvait-il affirmer avoir péché contre Dieu seul ? Il avait compris que tout péché est en définitive une offense contre Dieu. Dieu est un être éternel et infini ; par conséquent, tout péché contre lui mérite un châtiment éternel. Cela ne dépend pas de la durée de notre péché, mais du caractère du Dieu contre qui nous péchons.

Un aspect plus personnel de lʼannihilationnisme est lʼidée selon laquelle nous ne pourrions être heureux au ciel tout en sachant que des êtres chers souffrent éternellement en enfer. Cependant, quand nous arriverons au ciel, nous nʼaurons plus à nous plaindre de rien et plus rien ne nous attristera. Apocalypse 21.4 nous dit : « Il essuiera toute larme de leurs yeux, la mort ne sera plus et il nʼy aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car ce qui existait avant a disparu. » Si certains de nos êtres chers ne seront pas au ciel, nous serons à 100 % dʼaccord pour dire quʼil est normal quʼils nʼy soient pas, puisquʼils se seront condamnés eux-mêmes par leur refus de reconnaître Jésus-Christ comme leur Sauveur (Jean 3.16, Jean 14.6). Cʼest difficile à comprendre, mais leur absence ne nous attristera pas. Il ne faut donc pas nous concentrer sur la façon dont nous d’appréhender le ciel sans nos êtres chers, mais plutôt sur la manière de les mener à la foi en Christ pour quʼils y soient.

Lʼenfer est peut-être la principale raison pour laquelle Dieu a envoyé Jésus-Christ payer le prix de nos péchés. Être anéanti après la mort nʼest pas un sort à redouter, mais passer lʼéternité en enfer lʼest certainement. La mort de Jésus est une mort infinie, qui couvre lʼinfinité de nos péchés afin que nous ne devions pas en payer le prix en enfer pour lʼéternité (2 Corinthiens 5.21). Si nous mettons notre foi en lui, nous serons sauvés, pardonnés, lavés, et recevrons la promesse dʼune demeure éternelle au ciel. Mais si nous rejetons son don de la vie éternelle, nous devrons subir les conséquences éternelles de ce choix.


Retour à la page d'accueil en français

L’annihilationisme est-il biblique ?